mercredi 2 octobre 2013

Un bouillon de cultures


SANNA ROBIN 

MONS-CENTRE Samedi, la Ville de Saint-Ghislain a fêté la diversité culturelle de ses citoyens



Chaque année, depuis 2003, le conseil consultatif de la personne immigrée organise la Fête Interculturelle. Ce samedi, pour sa 10e édition, l’événement a une fois de plus été un réel succès.

Outre, l’aspect festif, la journée annuelle permet un grand rassemblement interculturel avec des actions concrètes comme une dégustation de spécialités culinaires de multiples pays, des groupes folkloriques divers, des expositions, des présentations d’associations locales pour une meilleure communication de proximité avec le citoyen.

Rudolf Gregox, d’origine Slovaque tenait un stand arborant les couleurs de son pays d’origine. "Je vis à Saint-Ghislain depuis neuf ans. J’aime ce genre d’initiative. J’explique ma culture à ceux qui ne la connaissent pas. J’ai préparé plusieurs spécialités culinaires de mon pays. Comme pour toutes les fêtes, c’est important de s’amuser. Mais lorsqu’il y a un échange, comme aujourd’hui, c’est encore mieux".

En complémentarité de tous ces mets venus des quatre coins du monde, la fête battait son plein sur scène. Plus de quinze groupes de la commune se sont suivis sur les planches pour danser, chanter et rigoler. "Le but de la journée est clairement la découverte des cultures et des traditions de son voisin", explique Angélique Simon, coordinatrice de la personne immigrée à Saint-Ghislain.

"Il faut pouvoir montrer ses origines pour faire tomber certains préjugés. À Saint-Ghislain, il n’y a pas énormément de personnes étrangères, mais elles viennent d’un peu partout. Notre rôle est de les accueillir et d’être à leur écoute. Cette journée est très importante. Il y a encore trop de racisme et il faut lutter contre".

La fête interculturelle n’est pas l’unique événement mis sur pied par le conseil consultatif de la personne immigrée. Tout au long de l’année l’équipe accompagne les nouveaux habitants étrangers de la ville. Un service indispensable pour les familles étrangères qui arrivent sur l’entité.

Robin Sanna


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

SYMPATHIQUE

On aurait mauvaise grâce d'exprimer la moindre critique face à cette initiative et pourtant...

Une fois l'an, c'est bien mais c'est peu. La dynamique intercuturelle ne prend son sens que si elle est pratiquée au quotidien par un maximum de gens.

Le polilique devrait donner cette impulsion, il s'en garde bien.

 

 

Aucun commentaire: