jeudi 21 novembre 2013

Bart De Wever hospitalisé: «C’est moins grave qu’initialement craint»


Gaëlle Moury Le Soir

 


Le bourgmestre d’Anvers et président de la N-VA a été admis mercredi à l’hôpital après avoir fait un malaise au Parlement Flamand.

Bart De Wever a été hospitalisé mercredi pour hyperventilation et douleur à la poitrine a annoncé la Gazet van Antwerpen. On ignore combien de temps il sera hospitalisé, mais selon son entourage, son séjour devrait être de courte durée.

«  Bart De Wewer a été hospitalisé ce mercredi après-midi sur ordre du médecin. Il se trouve actuellement, aux soins intensifs  » a déclaré son porte-parole, Philippe Beinaerts au Standaard. 

«  Son état est moins grave qu’initialement craint. Nous espérons qu’il ne devra pas rester trop longtemps à l’hôpital. » Philippe Beinaerts n’a pas donné plus de détails. 

Son entourage parle de problèmes de tension, de stress, de fatigue et non d’un problème cardiaque. 


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

L’IMPREVISIBLE


Bart De Wever a fait un gros malaise. On ne parle que de cela dans les journaux.

Bel exemple de ce que Morin appelle l’imprévisible.

On songe aux coups de revolver de Sarajevo ou à la débâcle de von Paulus devant Stalingrad.

They call it a black swan. J’en ai parlé déjà.

C’est le pire des signaux pour la N-VA, parti d’un seul homme et de cent lieutenants serviles dont aucun ne saurait remplacer l’idole des nationalistes.

J’imagine qu’il paye le prix de son régime insensé et de son cumul de fonction (président de la N-VA et bourgmestre d’Anvers qui ne l’est pas moins. L’Übermensch est aux soins intensifs, à six mois de la mère de toutes les élections  comme désormais on l’appelle.  

Quoi qu’il arrive et quelque bénin que soit le malaise l’homme a cessé pour de bon d’être invincible.

Il sera contraint de dégraisser son agenda au risque d’y laisser sa peau.

Il n’en fera rien et sera terrassé. Ceci devrait logiquement coûter un maximum de voix à son parti.

On imagine que Elio ne mouille pas son mouchoir.

On a parlé d’un congrès de la N-VA en janvier.  Avec ou sans Bart, ce sera le congrès de tous les dangers. La N-VA a grandi trop vite, elle risque bien de rétrécir comme peau de chagrin.

Mais ne vendons pas trop vite la peau de l’ours.

MG

 

Aucun commentaire: