dimanche 24 novembre 2013

De Wever en partance pour le fédéral?

Didier Zacharie

Le Soir



C’est une rumeur persistante à Anvers qui est relayée par De Standaard. Bart De Wever prendrait congé de son mayorat le 8 décembre prochain. Il serait remplacé à la tête de la métropole flamande par Liesbeth Homans, actuelle présidente du CPAS. La N-VA nie formellement.

Le choix pour De Wever est le suivant, résume De Standaard  : Anvers ou son parti. S’il reste à Anvers, il garantit la fidélité de ses électeurs, mais la N-VA perd son leader pour les élections fédérales de 2014. Or, comme il le rappelait lui-même : « Pour mon parti, le plus grand défi est au niveau fédéral ». Et à ce niveau, pour la N-VA, il est coutume de dire que c’est 14 ou jamais.

« NON-SENS COMPLET ! »

De Wever, candidat Premier ministre ? Son porte-parole à la Ville d’Anvers Philippe Beinaerts nie : « Non-sens complet ! C’est la première fois que j’entends parler de ça. Rien de tout cela n’est vrai ». Joachim Pohlmann, porte-parole de la présidence de la N-VA va dans le même sens : « Jusqu’à nouvel ordre, Bart reste bourgmestre  ».

La date du 8 décembre circule en tout cas le long du vieux port. Ce serait à cette date qu’il annoncerait son congé du mayorat d’Anvers. Il est aussi déjà question que cette annonce se fasse lors de l’émission populaire « Wakker op Zondag » sur ATV, émission dans laquelle le bourgmestre se présente régulièrement. A suivre, donc.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PANIQUE A BORD

Attention, cela secoue méchamment chez Bart De Wever.

Non seulement sa santé chancelle mais il semblerait que son épouse hollandaise dont il a quatre enfants soit, elle aussi, assez mal.

C’est dire que la pression médiatique et politique qui pèse sur la mairie d’Anvers est maximum.

Certes il s’est engagé à rester à la barre du vaisseau Antwerpia, mais il semble qu’il ne tiendra pas cette promesse.

Y aurait-il panique à bord ? Et quid du rôle de plus en plus important que semble jouer Liesbeth Homans, la passionaria ?

L’image du Super De Wever se craquèle de toute part.

C’est très mauvais pour un parti qui apparait comme celui d’un seul homme. Cherchez la femme…


Puisqu’ils ont voulu cela, qu’ils ne s’étonnent pas d’une« peepolisation » du premier -pardon du troisième- personnage de Flandre. En effet, le sémillant Chris Peeters l’a dépassé dans le cœur des Flamands et surtout, surtout la surprenante Maggie De Block qui monte et monte au firmament du VLD et de la scène politique flamande.

Qu’en conclure ?

Que le personnel politique du premier cercle est de plus en plus l’otage des medias qui font et défont les images et les réputations. Et surtout que rien n’est joué six mois avant l’élection clé de 2014.

MG

 

 

 

Aucun commentaire: