lundi 4 novembre 2013

Vlaanderen verzuipt als ijs op Aarde smelt



NATIONAL GEOGRAPHIC

Het Nieuwsblad

 

De ijsmassa op onze planeet staat onder druk door deklimaatopwarming. Maar wat zou er gebeuren als al het ijs op het land zou smeltenDan mag Vlaanderen aan verhuizendenken.

Het populair-wetenschappelijk magazine National Geographicmaakte een interactieve wereldkaart waarop netjes te zien iswat er zou gebeuren als al het ijs op aarde zou smelten. In dathypothetisch - geval zou de zeespiegel met liefst 65,8 meter (216 voetstijgen.

 

Dat heeft nare gevolgen voor een groot deel van dewereldbevolking. In de Verenigde Staten zouden zowat allesteden langs de Oostkust (New York, Philadelphia, Miami...)verdwijnenIn China zouden 600 miljoen mensen moetenverhuizen. En over Bangladesh moeten we zelfs niet meerspreken, het is zowat volledig van de kaart geveegd. In Afrikalijkt het op het eerste gezicht nog mee te vallen.

 

En wat in Europa? Voor Vlaanderen ziet het er alvast niet goeduit. Bijna het hele grondgebied loopt onder water. Wie op deKemmelberg of in de Vlaamse Ardennen woontkan zijnvoeten nog droog houden, maar voor de rest wordt hetzwemmen of verhuizen.

 

Ook Nederland, Denemarken en Noord-Duitsland zoudengrotendeels onder de waterspiegel verdwijnen.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

SURVIVRE ENSEMBLE?

 


Il y a dans la grande salle des guichets de la gare centrale une grande et belle fresque murale qui représente la Belgique de manière allégorique. Elle doit dater du milieu des années cinquante.

On y voit une Flandre rurale avec ses pêcheurs et ses beffrois historiques, ses chevaux de trait et ses moulins à vent, son Génie des villes revêtu d’une toge et d’autre part une Wallonie industrielle symbolisée par un Génie féminin tenant un marteau et entourée d’engrenages mais aussi de sangliers de Tchantchès, de gilles Entre les deux, Bruxelles avec son immense Saint Michel : altière et triomphanteSoixante ans plus tard l’allégorie a perdu tout son sens.  Et si dans cinquante ou cent ans les eaux montaient effectivement, engloutissant les belles villes flamandes, chassant les habitants de leur terroir via une fonte accélérée des glaces?

Les tribulations médiatiques de Bart De Wever et les péripéties de ses adversaires socialistes wallons n’arrêteront pas la montée des eaux. A Ostende, le très pragmatique Johan Vande Lanotte a fait renforcer les digues et construit un môle de pierre pour protéger l’antique estacade. Les prix de l’immobilier ont commencé à se tasser et les vacanciers se font plus rares.

On a cru longtemps que l’union faisait la force. On laisse entendre aujourd’hui que c’est plutôt la diversité qui rend fort.Il serait temps de donner à cette pensée toute sa mesure. On en est vraiment très loin.

MG

 

 

 

Aucun commentaire: