mercredi 25 décembre 2013

Christian de Duve: «Si on continue comme cela, ce sera l’apocalypse, la fin»

Les grands entretiens 2013  Le Soir

Béatrice Delvaux

 

Christian de Duve, prix Nobel de médecine en 1974, est décédé samedi 4 mai 2013, à l’âge de 95 ans. 

 

Christian de Duve est né en Grande-Bretagne en 1917, de parents belges. Inscrit à l’Université catholique de Louvain à partir de 1934, il décroche son diplôme en médecine en 1941 et celui de chimie 5 ans plus tard. Ses premières recherches portent sur l’insuline. Après un premier séjour aux Etats-Unis, il concentre son travail sur les structures cellulaires. Ses découvertes sur le lysosome et le peroxysome lui vaudront le prix Nobel de médecine en 1974, qu’il partage avec un autre Belge, Albert Claude, et l’Américain George Emil Palade, pour leurs travaux sur la biologie cellulaire. Sa découverte du lysosome a permis des avancées significatives dans la recherche médicale, en particulier en cancérologie. Son dernier ouvrage, « Sept vies en une », dans lequel il conte ses mémoires de chercheur, est paru en janvier 2013. Il est décédé le samedi 4 mai 2013, à l’âge de 95 ans.

 

Entretien paru en avril 2013

 

Christian de Duve a toujours eu grande confiance en son destin. Petit, il était déjà persuadé qu’il réaliserait de grandes choses. Et aujourd’hui, il a attendu 95 ans pour raconter son histoire : il avait tant de choses essentielles à réaliser auparavant, que sa biographie pouvait franchement attendre. Cet homme qui, jeune, a failli se mettre en danger, par son goût pour le bridge et le poker, est notre Prix Nobel, le seul Belge vivant, reçu en 1974 pour ses découvertes en médecine, et pour ses deux compagnes d’aventure qu’il a baptisées lysosome et peroxysome.

 

«  La cellule est un organisme vivant qui possède tout ce qu’il faut pour vivre et a donc des organes, très petits. J’ai eu la chance de découvrir deux de ces organes, comme si, du temps de Vésale, quelqu’un avait trouvé le foie, et quelqu’un d’autre l’estomac. Moi j’ai trouvé l’estomac de la cellule, que j’ai appelé le lysosome, et un autre organe, plus difficile à expliquer, le peroxysome, qui intervient dans des phénomènes d’oxydation, de combustion d’aliments, de graisse. »

 

Tous les jours, jusqu’à il y a peu, Christian de Duve entretenait ses muscles en nageant tous les matins et en faisant quelques exercices, et ses neurones en jouant aux « Chiffres et aux Lettres ».

 

SON DESTIN EST FABULEUX, SON PARCOURS STIMULANT MAIS C’EST SON CRI D’ALARME QUI NOUS TERRASSE, LE CRI D’UN HOMME ÉBLOUI PAR SON PASSÉ MAIS EFFRAYÉ PAR L’AVENIR.

 

«  J’ai vécu le siècle le plus extraordinaire de l’histoire de l’humanité, nous raconte-t-il dans son bureau débordant de livres. Il y a eu une série de découvertes extrêmement importantes, l’atome, le big bang, etc. Dans mon domaine, les sciences de la vie, on a fait des progrès inouïs. Quand j’étais jeune étudiant, on ne savait pratiquement rien du fonctionnement de la vie. Aujourd’hui, on sait, on comprend. Pas tout, mais beaucoup. Et c’est la recherche scientifique qui a permis cela, produisant des résultats essentiels. Et j’ai vu toutes ces découvertes. »

 

L’IMPACT RÉDUIT DE LA RELIGION CATHOLIQUE A-T-IL LIBÉRÉ DES CAPACITÉS DE DÉCOUVERTES ?

Je n’oserais pas dire cela. On a été un peu plus libres de penser mais pas de chercher, car on a toujours pu chercher. Lors de ma nomination comme professeur à Louvain (1948), le fait d’accepter une place dans une université confessionnelle, soumise à la doctrine catholique, m’a gêné, car la démarche scientifique n’est pas très compatible avec l’attitude dogmatique de la démarche religieuse catholique. Mais à Louvain, on ne m’a jamais obligé à renoncer à certaines recherches.

 

VOUS TERMINEZ VOTRE PARCOURS SUR LA TERRE EN LUI PRÉDISANT BEAUCOUP DE TOURMENTS ?

C’est un peu le bout de mon périple personnel, j’ai essayé de reconstituer l’histoire de la vie depuis 30 ans, de lire, réfléchir, étudier et d’écrire des livres qui rendent compte de cette réflexion.

 

VOUS DEVIEZ EN ARRIVER AUX QUESTIONS EXISTENTIELLES ?

J’y suis arrivé très tard, à la 6e de mes dernières vies (1985) car j’avais jusque-là, mis tout cela de côté. Et puis il y a 30 ans, je me suis intéressé à l’origine et à l’histoire de la vie, à l’avènement de l’humanité, au développement du cerveau humain : cela m’a passionné. Arrivé au but, j’ai bien dû poser la question de savoir « où allons-nous » ? Et c’est là que je suis inquiet. J’ai reconstitué cette longue histoire dans un cadre darwinien, en faisant intervenir la sélection naturelle, qui avantage uniquement ce qui est utile, au moment et à l’endroit mêmes. Nos ancêtres ont acquis un certain nombre de traits et propriétés génétiques, parce que ces propriétés étaient utiles à leur survie et à leur reproduction, à l’époque et l’endroit où ils vivaient. Ce qui a été privilégié alors, c’étaient des traits utiles à ce moment-là, mais pas à l’avenir. La sélection naturelle ne regarde pas en avant. J’EN SUIS ARRIVÉ À LA CONCLUSION QUE LES TRAITS GÉNÉTIQUES PRIVILÉGIÉS PAR LA SÉLECTION NATURELLE ÉTAIENT UTILES À NOS ANCÊTRES MAIS SONT DEVENUS NÉFASTES POUR NOUS. Le résultat, dans l’histoire de la vie, a été un succès extraordinaire. L’espèce humaine, si vous la comparez à tout ce qui vit et a vécu dans le monde, a réussi d’une manière exceptionnelle. On était quelques milliers dans le coeur de l’Afrique il y a 100.000 ans, et on est presque 8 milliards à occuper tous les endroits habitables de la Terre, à utiliser toutes les ressources disponibles, à épuiser ses ressources, à vider des océans de poissons, polluer l’environnement, le rendre inhabitable, à transformer les forêts en désert. Et en plus, nous avons créé des mégapoles – je suis allé à São Paulo, Tokyo, Mexico City – où les gens s’entassent et qui sont des nids de discorde. Je le vois d’une manière objective et JE LANCE UN CRI D’ALARME. SI ON CONTINUE DANS CETTE DIRECTION, CE SERA LA CATASTROPHE, L’APOCALYPSE.

 

COMMENT L’HOMME A-T-IL LAISSÉ FAIRE CELA, SCIEMMENT ?

L’homme ne réfléchit pas à l’avenir, ne s’en préoccupe pas. Même pas les dirigeants politiques, pour qui, ce qui compte, est la date des prochaines élections, dans deux ou trois ans maximum. Lorsque j’étais enfant, on vivait un peu comme si le monde nous était donné, sans préoccupation : le monde était là pour nous servir et être exploité par l’homme. Ce n’est vraiment qu’à la fin de la dernière guerre qu’on s’est rendu compte brusquement que les ressources naturelles étaient finies, qu’elles risquaient d’être épuisées rapidement par le développement de l’humanité et que les conditions de vie allaient être fort diminuées.

 

N’EST-CE PAS L’ÉCHEC DE LA CAPACITÉ DES SCIENTIFIQUES À JOUER UN RÔLE ?

Les scientifiques n’ont pas de pouvoir. Ils essayent d’étudier, de comprendre, éventuellement de créer du neuf mais le pouvoir, c’est les politiques qui l’ont. Ils consultent peu les scientifiques. Ils sont très absents de votre livre.

 

Comme Si Vous N’aviez Pas Eu De Contacts Avec Eux ?


Si on n’en parle pas, c’est qu’ils ne m’ont pas marqué. J’ai fait partie de multiples commissions d’experts, mais je n’ai pas eu le sentiment que les scientifiques étaient fort écoutés dans le monde d’aujourd’hui.

 

VOUS N’AVEZ JAMAIS PENSÉ FAIRE DE LA POLITIQUE ?

Non. Ce que j’ai fait de plus « actif », ce fut de créer mon Institut.

 

VOUS EN APPELEZ À DES SAGES ?

Le monde a besoin de guides mais encore faut-il les suivre ! Gandhi, Bouddha, Jésus, Socrate : il y a eu un certain nombre de sages mais on les a tués, on ne les a pas suivis. Ce qu’on demande à ces sages, c’est d’utiliser le cerveau que nous avons reçu de la sélection naturelle, pour faire quelque chose qu’elle ne peut pas faire : prévoir l’avenir. Et si ce résultat est néfaste, prendre des décisions.

 

Mon message est simpliste : le boulier compteur. Pas besoin de regarder la télé ou de lire les journaux pour connaître ces menaces : perte de biodiversité, épuisement des ressources, des sources d’énergie, pollution de l’environnement,etc

 

QUELLE EST LA CAUSE DE TOUT CELA ?

C’est nous, les hommes, les femmes, les vivants, les humains ! Nous avons trop bien réussi dans la course pour la vie, et aujourd’hui nous avons créé une situation telle, que l’avenir de l’humanité est menacé.

 

LA SCIENCE PEUT FAIRE QUELQUE CHOSE ?

Elle ne peut pas augmenter la surface de la terre ou ses ressources. Elle peut simplement donner des conseils. « LE » PROBLÈME, C’EST LA DÉMOGRAPHIE.

 

IL FAUT UN CONTRÔLE DES NAISSANCES TRÈS STRICT ?

Absolument. Quand j’étais enfant, on nous disait qu’on approchait des deux milliards d’humains sur la terre. Aujourd’hui, on a dépassé les 7 milliards. De mon vivant, la population du monde a quadruplé, dépassant les possibilités naturelles. Donc nous sommes en train, par notre nombre croissant, de rendre le monde invivable.

 

CE NE SONT PAS CES PROBLÈMES-LÀ QUI NOUS OCCUPENT. LES GENS SONT ÉGOÏSTES ?

Ils sont surtout aveugles. Les dirigeants se préoccupent trop peu de l’avenir éloigné de l’humanité dans le monde. Et je parle de 50 à 100 ans, pas dans desmillénaires  !

 

LE REGAIN DES RELIGIONS VOUS INQUIÈTE ?

La religion musulmane, je la trouve inquiétante, parce qu’elle est à mon point de vue particulièrement obscurantiste. Mais les chrétiens sont aussi terriblement doctrinaires. Je ne sais pas comment le nouveau pape va agir, mais jusqu’à présent, la contraception, la limitation des naissances a été condamnée par le Vatican. C’est scandaleux, car le seul espoir de l’humanité de survivre, est de ne pas continuer son expansion.

 

VOUS AVEZ, MALGRÉ TOUTES CES PRÉDICTIONS PESSIMISTES, UN GRAND APPÉTIT DE LA VIE ET UN GRAND ÉQUILIBRE PERSONNEL ?

Je ne sais pas si j’ai été équilibré mais j’ai suivi ma ligne à moi. J’ai eu plusieurs vies. Mes recherches à Louvain sont le coeur de mes recherches scientifiques, mon aventure américaine a été très importante. La création de l’Institut de Duvea ensuite été une entreprise magnifique qui a très bien réussi. Et puis, j’ai pu commencer à étudier, réfléchir, lire et écrire et pendant 30 ans, j’ai vraiment fait un très long chemin, en écrivant chaque fois mon carnet de bord. J’ai d’abord essayé de comprendre la totalité de la cellule, après en avoir identifié les fameux deux composantes et cela a fait un livre.

Puis de comprendre la vie – comment elle fonctionne, ce qui est commun à tout ce qui vit –, deuxième livre. Après, il y a eu logiquement ma préoccupation pour l’origine de la vie. Et puis, je suis passé à son histoire et à Darwin qui ne m’avait jamais intéressé jusque-là. De là, je suis arrivé à la dernière étape, l’avènement de l’humanité, et dans la foulée, au fonctionnement et au développement du cerveau. Ce fut un voyage, une progression logique


DANS CE VOYAGE, VOUS AVEZ TROUVÉ UN SENS À LA VIE ?

J’ai retrouvé vers la fin, un peu des souvenirs du mysticisme, de la ferveur de mon enfance, mais à la dernière minute, je m’en suis séparé. L’évolution est mon mot-clé aujourd’hui.


POURQUOI AVOIR ABANDONNÉ CE MYSTICISME ?

J’avais abouti, à la fin de mon périple, à une vision platonicienne du monde. J’appelais « l’Ultime réalité », quelque chose qui existe en dehors et qu’on découvre. Je suis arrivé à la conclusion que toute cette notion-là est fausse et que cette réalité que je crois découvrir, est quelque chose que j’ai créé moi-même.

C’est le produit de notre propre cerveau. Le vrai, le beau, le bien, n’est pas quelque chose qui vit en dehors de nous et que nous découvrons, mais que nous créons.

 

C’EST MIEUX ?

Je n’ai pas de jugement de valeur à donner. C’est peut-être plus scientifiquement crédible que la notion « d’Ultime réalité ».

 

PAS D’EXISTENCE POUR DIEU NON PLUS DÈS LORS ?

Je comprends que ce soit une préoccupation pour grand nombre d’êtres humains, à la source d’au moins trois religions. Disons pour simplifier : l’existence de Dieu ne se démontre pas, et son inexistence non plus. Napoléon avait demandé à Laplace : « Et Dieu dans tout cela ? » Laplace a répondu : « Je n’ai pas besoin de cette hypothèse. » Je suis un peu comme ça.

 

« Lorsque je disparaîtrai, je disparaîtrai, il ne restera rien »

COMME LA MORT S’APPROCHE, PRENEZ-VOUS CETTE PERSPECTIVE, COMME UNE DÉLIVRANCE ?

Je suis tout proche de la mort, je suis au bout du rouleau.

 

Vous le ressentez plus fortement aujourd’hui, au bout de toutes ces années ?

 

Personnellement, je suis très objectif, très serein devant tous ces phénomènes. La mort, ce serait beaucoup dire qu’elle ne m’effraye pas, mais je n’ai pas peur de l’après car je ne crois pas. Lorsque je disparaîtrai, je disparaîtrai, il ne restera rien. Ce que je dois prévoir maintenant, c’est ma propre disparition et je suis en train de le faire.

 

(Nous lui confions le coup de fil que nous avons reçu de François Narmon, ex-patron de Dexia, à la veille de son euthanasie)

 

Je suis dans le même état. J’ai tout prévu, mes enfants le savent, ma fille est venue de France. Si mon fils qui est aux Etats-Unis avait pu se déplacer, je me serais fait euthanasier dans les jours qui viennent. Je suis prêt. Mais je dois attendre, je voudrais revoir mon fils. Il ne peut venir qu’au mois de mai, et donc je dois survivre jusqu’en mai.

 

CELA NE VOUS REND PAS TRISTE ?

Ecoutez, je suis fatigué. Je ne sais pas si je réponds encore d’une manière lucide. La nuit du premier avril, je suis vraiment passé d’un côté à l’autre, j’ai passé plusieurs heures sur le sol de mon dressing. J’étais tombé, je n’ai pas pu me relever.

 

C’EST LÀ QUE VOUS AVEZ PRIS VOTRE DÉCISION ?

Elle était déjà prise avant, mais je me suis dit que cela était le signal d’alarme. Je me suis dit : « Il est temps d’y penser ». Ces confidences que je vous fais, il faudrait peut-être les garder pour le jour où je serai mort. Ce sera une belle nécrologie.

 (Il rit.)

 

CELA VOUS SOULAGE PEUT-ÊTRE DE PENSER À MOURIR : C’EST TERRIBLE D’AVOIR VÉCU UN TEL PROGRÈS AU COURS DE CE QUASI-SIÈCLE, POUR AVOIR IN FINE L’IMPRESSION QUE JAMAIS L’HUMANITÉ N’A ÉTÉ AUTANT EN DANGER ?

C’est vrai. Tout cela m’a fort perturbé et cela continue à me perturber très fort mais je n’ai jamais eu mon mot à dire. M. Di Rupo n’a jamais demandé mon avis. Les politiques ne consultent pas les scientifiques. Je comprends qu’aujourd’hui on ne consulte pas un vieillard de 95 ans, mais enfin, il y a 30 ans, quand j’étais lucide et vivant, on ne me consultait pas.

 

AVEZ-VOUS DES REGRETS EN CE MOMENT SI PARTICULIER ?

De ne pas avoir fait mieux, d’avoir surtout un peu sacrifié ma famille à ma carrière. Je l’emporte avec moi. Mais ma femme disait toujours : « Les regrets sont inutiles, Christian ».





COMMENTAIRE DE DIVERCITY

TOUT EST DIT

Savourons cette belle journée.

 

Aucun commentaire: