dimanche 1 décembre 2013

Musulmans progressistes, Tayush et Muslims Rights : des officines d'influence Frères musulmans



CCLJ



Des responsables associatifs et communautaires, des journalistes ainsi que des mandataires politiques ont été démarchés ces derniers mois, au nom du « dialogue », par un groupe dénommé Musulmans progressistes (MP). MP déploie un activisme frénétique, surtout fait de communiqués. Il a cartonné dans les médias. Que Musulmans progressistes soit... musulman, de cela personne ne doute. Quant au reste...

 

Que vise cette stratégie de communication tous azimuts ? Pourquoi cette quête échevelée de contacts vers les milieux les plus divers, sans liens entre eux, voire aux positions antagoniques  qui possèdent seulement en commun de se situer hors islam ? MP n’est qu’une officine. Que cherchent les quelques individus qui la peuplent ? Qui sont-ils au vrai ? Quels objectifs poursuivent-ils ?

 

L’article ci-joint réunit divers éléments relatifs à FouadBenyekhlef, jusqu’il y a peu président de Musulmans progressiste, pilier de  Muslims Rights Belgium (MRB), cofondateur de  Musulmans proactifs, à Hajib El-Hajjaji, cadre du Complexe éducatif et culturel islamique de Verviers (CECIV), militant de Muslims Rights Belgium et membre de l’Association belge des Professionnels musulmans et enfin à Hassan Benyekhlef, frère de Fouad, militant du CECIV, de Musulmans progressistes, cofondateurde Musulmans proactifs. Il établit leurs liens étroits et leurs activités en rapport avec le CECIV. Le CECIV se situe au cœur de la nébuleuse belge des Frères musulmans avec leur soutien financier au Hamas (fondation Al-Aqsa), leur idéal prosélyte d’accroitre la Oumma à l’infini, leur haine de la démocratie  libérale et de l’Occident, ainsi que l’antisémitisme rabique de leurs mentors, tels le cheikh égyptien Youssef Al-Qaradawi. La fondation Al-Aqsa étend ses antennes en Allemagne et aux Pays-Bas. Tout démarre de Verviers, d’abord modestement sur le plan local, pour rayonner en Province de Liège et, de là, en francophonie belge. Les frères  Benyekhlef  sont verviétois,  comme Hajib El-Hajjaji,  ainsi que Michaël Privot, un converti (ex?) frère musulman, animateur du CECIV. Il existe une sorte d’unité de lieu à notre histoire.

 

Les Frères musulmans constituent une secte politico-religieuse aux ramifications internationales. La foi musulmane n’est ici en rien visée, ni le Coran. Que les fidèles s’assemblent et prient dans les mosquées. Que les savants débattent des interprétations du Livre et des hadiths. Cela ajoute à la richesse du monde. Ce qui est en cause avec les Frères musulmans, c’est un projet politique totalitaire. Sous prétexte d’islam, il fait irruption dans la sphère publique, prétend régenter le temporel selon des normes religieuses et ambitionne de convertir à l’islam l’humanité entière. En Europe, terre d’islam minoritaire plutôt hostile à cette religion, la stratégie frériste vise à reconquérir les populations musulmanes détachées du culte et à réaliser des conversions parmi la population non musulmane. Un quart environ des habitants en Région de Bruxelles-Capitale appartiennent aux traditions islamiques, dont près de la moitié sont sécularisés.Verrons-nous cette sécularisation s’accroître au cours des décennies à venir ? Ou au contraire pauvreté, exclusion sociale et environnement urbain sinistre se conjugueront-ils pour engraisser l’islamisme ? Enjeu politique majeur à l’heure de pouvoirs régionaux toujours accrus. Nos mandataires publics seraient avisés d’en tenir compte.

 

Des officines de communication comme Musulmans « progressistes » ou Muslims Rights Belgium participent de la stratégie frériste. Dépourvues de toute assise sociale, ces cellules servent uniquement à bombarder l’opinion d’un flux médiatique « musulman sympa » destiné à préparer les esprits au programme des Frères. Manipulateurs, fonctionnant au culot, pratiquant le double langage, ses agents ont reussi à bluffer leur monde avec un indéniable talent. Pour dorer la pilule et assoupir les méfiances, ils concèdent sur tout, depuis les droits des gays et lesbiennes jusqu’à à la fréquentation de Juifs sionistes, en passant par l’Eglise catholique et des militants laïques. Mais il est deux points cruciaux sur lesquels ils ne transigent jamais : la lutte contre « l’islamophobie » et la promotion du voile islamique. Là ils se démasquent et révèlent leur vrai visage. Là, ils montrent toujours les dents, de manière  brutale, immédiate et sans concession aucune. Nous verrons pourquoi. Au passage, nous examinerons le rôle deTayush, un cénacle de dialogue entre militants islamistes et intellectuels de gauche égarés par leurs analyses de l’islam en Occident.

 

Musulmans « progressistes » et son clone Muslims Rights Belgium ont suscité de multiples débats parmi les associations et personnes qu’ils ont approchées. Il y existe un tel désir de rencontrer des musulmans à la main tendue. En termes de marketing, leur qualificatif de « progressistes » constitue un coup de maître. Et si c’était un leurre ? Rien ne nous oblige à saisir une main empoisonnée. Puissent ces lignes aider celles et ceux qu’ils sollicitent à se forger une opinion.

Vous pouvez lire le dossier complet dans la rubrique "en savoir plus" dans sa version PDF.

 

Willy Wolsztajn

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

UN PROJET POLITIQUE TOTALITAIRE.


« Manipulateurs, fonctionnant au culot, pratiquant le double langage, ses agents ont réussi à bluffer leur monde avec un indéniable talent. »

« Ce qui est en cause avec les Frères musulmans, c’est un projet politique totalitaire. Sous prétexte d’islam, il fait irruption dans la sphère publique, prétend régenter le temporel selon des normes religieuses et ambitionne de convertir à l’islam l’humanité entière. En Europe, terre d’islam minoritaire plutôt hostile à cette religion, la stratégie fréristevise à reconquérir les populations musulmanes détachées du culte et à réaliser des conversions parmi la population non musulmane. Un quart environ des habitants en Région de Bruxelles-Capitale appartiennent aux traditions islamiques, dont près de la moitié sont sécularisés. Verrons-nous cette sécularisation s’accroître au cours des décennies à venir ? Ou au contraire pauvreté, exclusion sociale et environnement urbain sinistre se conjugueront-ils pour engraisser l’islamisme ? Enjeu politique majeur à l’heure de pouvoirs régionaux toujours accrus. Nos mandataires publics seraient avisés d’en tenir compte. »

Consternant !

Ceci pose une question de fond gravissime.

Si même ceux qui se revendiquent d’un islam progressiste s’avèrent être des frères musulmans déguisés, existe–il vraiment chez nous des musulmans « éclairés » et critiques, en dehors d’une poignée d’intellectuels et d’un ou deux imams ? Avec qui dialoguer ?

Clairement, ce n’est pas à la modernisation de l’islam que nous assistons mais ceci ressemble au contraire à l’islamisation de la modernité. C’est terriblement préoccupant.

Un article du Morgen de vendredi dernier montre combien sont efficaces les Sharia 4 Europe qui auraient envoyé près de 300 gamins européens en Syrie, dont plus de de 30 jeunes Belges.

Désormais notre conviction est faite définitivement : l’islamisme est le troisième totalitarisme après l’hitlérisme et le stalinisme qui ont gangrené le xxème siècle.

Ce totalitarisme islamiste a bien failli mettre en place une seconde république islamiste en Egypte avec le coup d’Etat des frères musulmans.  La Tunisie, la Lybie, la Syrie sont menacées d’une semblable prise de pouvoir.

Il serait temps que le monde politique européen se réveille et prenne toute la mesure de  cette évolution.

Il est clair que l’Iran est dès à présent un Etat totalitaire islamiste où la liberté de parole, de réunion est réduite à sa plus simple expression, comme en Allemagne hitlérienne jadis et en Russie staliniste. En Iran, même les codes vestimentaires et alimentaires sont réglés jusque dans les moindres détails et surveillés par la police religieuse qui patrouille en permanence. Même, et surtout, la liberté de pensée est sous haute surveillance.

La civilisation européenne a mis plus de deux siècles pour s’émanciper de la chape de plomb catholique qui l’écrasa pendant plus de mille ans. Depuis un demi-siècle  nos démocraties sont en voie de sécularisation.  Les églises se vident, moins de cinq % des catholiques sont pratiquants, les paroisses manquent de prêtres et plus encore de fidèles et les églises sont transformées en librairies, en centre de séminaires voire en night clubs tandis qu’un grand nombre de garages sont transformées en mosquées extrémistes.


Il faut lire l’article qui suit et le prendre très au sérieux.Surtout, il faut lire, voire relire  « Islam l’épreuve française »de Elisabeth Schemla dont je vous suggère en conclusion de méditer les derniers paragraphes de son superbe livre : 

« L’islam n’est pas une réalité circonstancielle mais structurelle. Nous ne pouvons pas continuer cahin caha sans en tirer les conséquences. J’ai pour ma part la certitude aujourd’hui devant l’ampleur des dégâts, que le dialogue inter religieux et les imams ont un rôle déterminant à jouer pour redresser la barre et éviter la dérive définitive. Beaucoup d’imams et laplupart des organisations musulmanes, sont particulièrement hostiles à ce tango avec l’état. (…). Encore faut-il, bien sûr, pouvoir enclencher la mécanique et ils ne sont pas légion, les hommes de foi musulmane prêts à ce formidable challenge.Tareq Oubrou  jette sur les français musulmans un regard sans concession. Il affirme : « Ils n’ont pas une foi sereine, l’islam n’est pas un bouclier identitaire de protection, je veux sauver l’islam des musulmans ».

Et d’ajouter : « je suis représentatif de l’islam en occident qui a les mains dans le cambouis ».

Oubrou croit le moment venu pour les musulmans de comprendre enfin qu’ils sont minoritaires dans une terre laïque, à laquelle il adhère au terme d’une longue et ascétique réflexion avec lui-même :

« Rien ne sert de perturber le fonctionnement d’une société pour améliorer son propre sort ». ce changement radical de la perception de soi-même et de la religion, cet islam de minorité assumé, Oubrou veut en être le penseur, le théologien, la figure de proue.

« Penser Dieu en français, c’est déjà le penser autrement ». Mine de rien, il prêche là pour une révolution. La même au fond, vue de l’autre côté de la rive, que celle qui s’impose à la classe politique française. » ( Elisabeth Schelmapage 260) 

De toute évidence ceci vaut aussi pour la Belgique où seul Ali Daddy (« le Coran contre l’intégrisme ») semble défendre cette thèse contre vents et marées et dans la plus grande indifférence des instances politiques qui lui reprochent de n’être point représentatif. Un comble !

MG



GEESTELIJKE VADER BELKACEM LEIDT WERELDWIJD NETWERK



Nieuw onderzoek duidt de Brit Anjem Choudary aan als leidervan een wereldwijd netwerk van islamisten met linken naar AlQaida en als ‘de grootste rekruteerder voor terrorisme in derecente geschiedenis’. Via zijn Global Shariah Movement zouhij 300 Europese jongeren naar het slagveld in Syrië gestuurdhebbenonder wie zeker 33 Belgen.

“A gateway to terror.” Zo noemen onderzoekers Joe Mulhall(University of London) en Nick Lowles (onderzoeksjournalisten auteur) de radicale moslimorganisaties die geleid wordendoor de in Londen gevestigde advocaat Anjem ChoudaryHetis ook de titel van het stevig gedocumenteerde rapport datMulhall en Lowles schreven in opdracht van de anti-racismeorganisatie Hope not hate. Volgens de onderzoekersstaat Choudary niet alleen aan de leiding van het (verboden)grootste Britse islamistische netwerk Al-Muhajiroun, maartrekt hij via zijn ‘multinational’ Global Shariah Movement ookaan de touwtjes bij radicale moslimorganisaties in 21 landen,waaronder België en Nederland.

SHARIARECHTBANK

Choudary haalde in januari 2010 de Belg Fouad Belkacemnaar Londen en gaf hem de leiding over de toen nog op terichten Belgische afdeling Sharia4Belgium. Belkacemontpopte zich tot de beste leerling van de klasHijorganiseerde talloze da’wa’swaarbij hij op straatbekeerlingen trachtte te winnen, en installeerde in september2011 in Antwerpen de eerste Belgische shariarechtbankzoalsleermeester Choudary hem dat in Londen had voorgedaan.Daarnaast stuurde Sharia4Belgium minstens 33 Belgen naarhet front in Syrië”, stellen Mulhall en Lowles. Sommigepolitiebronnen vrezen zelfs dat het er 70 zijn. OndanksBelkacems arrestatie is de groep nog steeds ondergrondsactief.” Via zijn Global Shariah Movement zou Choudary 300geradicaliseerde Europese jongeren naar het slagveld in Syriëgestuurd hebben. Volgens schattingen vechten er in totaal1.700 Europeanen. “Choudary is de grootste rekruteerder. Viazijn organisaties ronselt hij ook jongeren om te gaan vechtenin IndonesiëSomalië en JemenHij stuurde eerder heel watradicale jongeren naar Afghanistan, Pakistan, Tsjetsjenië enBosnië.”

De welbespraakte Anjem Choudary steekt zijn sympathie voorOsama bin Laden niet onder stoelen of bankenAlleen lette hijer tot nu altijd op dat hij zelf niet van aanzetten tot terreurbeschuldigd kon worden. Maar in A gateway to terror lijstende onderzoekers zeventig veroordeelde of gedode terroristenop die lid zijn van Choudary’s Al-MuhajirounZo was Mohammad Sidique Khan, leider van de zelfmoordaanslagenin Londen in 2005, een prominent lid. De 21-jarige Mohammed Chowdhury was een van Anjem Choudary’spersoonlijke assistenten toen hij in december 2010 met elfanderen gearresteerd werd tijdens de voorbereidingen vooraanslagen op kerstdag. Chowdhury’s gsm-verkeer wees uit dathij de weken voor zijn arrestatie meer dan anders met AnjemChoudary gebeld had.

In mei 2012 reisde Anjem Choudary naar Oslo om er zijnsteun te betuigen aan Mullah Krekarstichter van derechtstreeks aan Al Qaida gelinkte terreurorganisatie Ansar al-Islam. Krekar stond er terecht omdat hij Noorse politici hadbedreigd en werd veroordeeld tot vijf jaar cel. “Tijdens datbezoek haalde Choudary zijn banden met Ansar al-Islamstevig aan en maakte hij van de gelegenheid gebruik om zijnDeense en Zweedse secondanten te ontmoeten.”

A gateway to terror brengt ook Anjem Choudary’s banden met het Somalische Al-Shabaab in kaart. “Die organisatie zatachter de aanslag op het winkelcentrum in de Keniaansehoofdstad Nairobi. Tweehonderd Britten vechten nu alsstrijders bij Al-Shabaab, van wie de meesten stammen uit Al-Mujahirounzoals wijlen Bilal Berjawi, die het schopte tottweede in rang.”

In oktober lanceerde Al-Shabaab de rekruteringsvideo‘Woolwich attack, it’s an eye for an eye’, met centraal deaanslag op de Britse soldaat Lee Rigby. “In de film zitteninterviewfragmenten met Choudary verwerktDe vertellerdraagt een zwart masker en houdt een geweer in de hand. Hijroept jonge Britse moslims op met een slagersmes de nekkenvan ongelovigen door te snijden.” De Britse politie weetondertussen wie de verteller in de Al-Shabaab-propagandafilmis: de 21-jarige Mohammed Abdul Hasnath uit de Londensewijk Tower Hamlets, lid van Al-Muhajiroun en hulpje vanAnjem Choudary.

(c) Jan Stevens

 

Aucun commentaire: