vendredi 17 janvier 2014

Frédéric Mitterrand: "François, le niqueur magnifique"

La Libre   A. HE. 


L'ancien ministre de la Culture "analyse" l'affaire Gayet / Hollande à sa sauce.

Alors que la France baigne en plein Juligate, certains tentent de rire de cette situation qui soulèvent à la fois les questions les plus sérieuses et les railleries les plus viles. Frédéric Mitterrand fait partie de ceux qui préfèrent plaisanter autour du soudain sex-appeal du Président François Hollande. Invité dans l'émission Hep Taxi, l'ancien ministre de la Culture est interrogé sur la fonction présidentielle et l'attrait qu'un tel poste peut provoquer pour le sexe opposé.

     

"Qui aurait pu imaginer que François Hollande puisse être un Casanova ?" se demande-t-il, hilare et bien calé sur la banquette arrière de Jérôme Colin. "La presse est remplie des histoires de 'François le niqueur magnifique'. C'est extraordinaire. Car il n'en a franchement pas vraiment l'air. Il n'a pas vraiment le physique. On choisirait quelqu'un pour jouer le rôle du tombeur intégral, on ne prendrait pas un mec qui ressemble à François Hollande", estime ensuite le neveu de François Mitterrand. "Et bien si. Il les nique toutes: les politiciennes, les grandes journalistes, les petites de la Comédie française. C'est génial, non ? Oui, c'est bien, la politique. C'est aphrodisiaque, oui."

Et Frédéric Mitterrand de conclure cette saillie par une reformulation du nom du mandat de François Hollande. "C'est un 'niquennatgénéral !", s'écrie-t-il, en référence au quinquennat qu'a débuté le Président en mai 2012. Quand Frédéric Mitterrand analyse la "Mauvaise vie" de François Hollande, cela ne manque pas de piquant...

 



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE FRANCOIS HOLLANDE NOUVEAU EST ARRIVE




Mine de rien, la conférence de presse de François Hollande fait d’une pierre deux coups et le ricochetqui fend l’eau atteint deux cibles à bout portant : la grognasse de l’Elysée, cette Pompadour que les Français n’aiment pas, ensuite la gauche de sa gauche en se positionnant au centre. Il est très fort ce Président rouge métamorphosé, sans crier gare, en social-démocrate à l’allemande. Tout cela aurait été programmé par des stratèges politiques en chambre -peut-être cela l’-t-il été par le cercle le plus rapproché- qu’on n’aurait pas mieux réussi ce formidable coup. HollandeRoméo transis, amoureux fou d’une Marianne prénommée Julie, a donné des gages à gauche notamment avec son mariage gay qui fit de gros titres et des remous à droite : l’équivalent de l’abolition de la peine de mort de Tonton. Assurément, il en donnera d’autres avec l’euthanasie et l’adoption pour les couples gays.Indifférent aux sondages, il commence seulement à surprendre, y prendra goût et va beaucoupétonner les Français et pas rien qu’eux. Comme François Premier, il donne un franc coup de barre, vire de bord laissant la droite ci-devant sarkosienne dans la sidération et le désarroi des luttes fratricides. Il lui reste à larguer un premier ministre avenant comme une porte de frigo et à remanier son gouvernement en larguant les tâcherons brouillons.

La coalition rouge romaine d’Angela applaudit ; il lui reste à transformer l’essai et prendre des initiatives hardies à Bruxelles en la jouant façon Benditt-Verhofstadt au Parlement et à la Commission.C’est à sa portée. Hollande l’Européen candide en est parfaitement capable, Attali ne le trouve-t-il pas intelligent ? « François le niqueur magnifique'. C'est extraordinaire s’exclame le neveu de Mitterrand.

Faudra s’y faire, apprendre à le regarder autrement, découvrir dans « Flamby » ce qu’il peut y avoir de flamboyant. Y aurait-il plus d’un souverain décoiffant nommé François ?

MG

 

 

 

Aucun commentaire: