lundi 6 janvier 2014

L’enseignement, priorité des Bruxellois


NATHAN GONZE La Libre Belgique




Enseignement et emploi au cœur des préoccupations selon une enquête d’Ecolo.

Quels sont les thèmes qui sont les plus importants pour les Bruxellois ? Pour le découvrir, Ecolo est allé durant six semaines (de mi-septembre à début novembre) à la rencontre des Bruxellois dans les rues commerçantes ou sur les marchés. Ils ont pu récolter les réponses de 2 177 citoyens (dont un quart via l’Internet). "Nous ne voulions pas nous substituer à un institut de statistiques. Nous voulions surtout donner la parole aux Bruxellois et aux Bruxelloises. Trop souvent, les politiques délivrent leurs messages et leurs vérités sans écouter le citoyen", explique Arnaud Pinxteren, secrétaire régional d’Ecolo.

Les conclusions de l’enquête n’en sont pas moins dignes d’intérêt. Elles font ressortir un constat clair : l’enseignement (22 %) et l’emploi (18 %) sont les deux principales priorités pour les Bruxellois. "Il est intéressant de constater que ces thèmes reviennent constamment, peu importe la tranche d’âge, le sexe ou le quartier", note Arnaud Pinxteren. Suivent les questions de logement et de mobilité (12 %), qui sont une priorité pour près d’un Bruxellois sur quatre. Quant à l’Environnement (11 %), la santé et la sécurité (10 %), ces thématiques récoltent à peu près le même nombre de suffrages. Enfin, la culture ferme la marche avec le faible score de 5 %. "La santé et la culture sont revenues assez peu souvent parmi les priorités. Notre interprétation, c’est que les gens sont en partie satisfaits par la situation. Ils pointent plutôt les sujets d’insatisfaction que les choses qui fonctionnent bien."

 

Enseignement et emploi sont donc au cœur des préoccupations et ce, quel que soit le quartier. Ecolo constate néanmoins qu’en troisième position, les priorités peuvent varier selon le groupe de communes. "Par exemple, sur la zone Nord-Ouest, c’est-à-dire au-delà du canal, la question de la sécurité est plus présente. L’insécurité est ressentie plus fortement. Les gens ne sont pas terrorisés, loin de là. Ils veulent d’abord des écoles, ensuite du boulot et enfin de la sécurité", constate encore le député bruxellois.

 

Les personnes interrogées pouvaient également faire part de leurs préoccupations et propositions pour améliorer les choses. Ainsi, au sujet de l’enseignement, c’est le nombre insuffisant de places dans les écoles, la question du choix de l’école et la connaissance des langues qui préoccupent principalement les personnes interrogées. En termes d’emploi, les inquiétudes se focalisent principalement sur l’emploi des jeunes, les questions liées à la formation et le souhait de réserver des emplois pour les Bruxellois.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

"OUVREZ UNE ÉCOLE, VOUS FERMEREZ UNE PRISON."  V.HUGO


« Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez donc l'ignorance. » A. Lincoln

L’éducation, l’enseignement n’ont pas de prix.

Le poisson pourrit par la tête. L’Europe, la Belgique et Bruxelles en particulier aussi.

Il faut sauver nos têtes blondes et nos têtes brunes aussi, sans faute, faute de nous retrouver demain sur la planète salafiste.

Il fut un temps où la cité des Anes était fière d’être devenue par choix la Cité des EcolesNols a voulu fermer des écoles, en vain. Aujourd’hui on ne sait plus très bien où on en est.

Les écolos sont pour l’école, la majorité des enseignants votent vert, le MR prétend défendre l’école lui aussi, le CDH exige la direction du ministère des écoles et le Ps qui se tait, la lui accorde volontiers, trop content de se débarrasser de la patate chaude.

DiverCity défend l’école interculturelle qui n’existe pas, dont personne ne veut et qui pourtant est la vraie solution. Patience est belle.

MG

 

Aucun commentaire: