mardi 7 janvier 2014

Sinardet: "Une coalition CD&V/N-VA, c'est possible"

 

 La Libre

 

 


Son avis sur la politique belge fait autorité des deux côtés de la frontière linguistique. Dave Sinardet enseigne d’ailleurs son savoir dans une université flamande (VUB) et francophone (Saint-Louis). Il livre les clés pour comprendre l’année politique 2014, qui s’annonce cruciale avec les élections du 25 mai.


L’ÉQUIPE DI RUPO A ENGRANGÉ QUELQUES ACCORDS (STATUT OUVRIERS/EMPLOYÉS,…) MAIS COMMENCE À SE DÉCHIRER. QUEL EST VOTRE BILAN ?

Compte tenu du contexte politique et économique finalement, ce gouvernement a un assez bon bilan, certainement si on le compare avec le gouvernement flamand, qui était confronté à une situation budgétaire moins difficile, qui n’était composé que de trois partis, et disposait de cinq ans pour travailler. Bien sûr, à l’approche des élections, les partis de la majorité ont plus de mal à trouver le bon équilibre entre leur loyauté au gouvernement, ce qui est nécessaire pour défendre un bilan, et la volonté de se créer un profil propre, distinct des compromis réalisés avec les autres partis. On voit que la balance commence à pencher du deuxième côté.

 

CE GOUVERNEMENT A-T-IL MENÉ UNE POLITIQUE COHÉRENTE OU BIEN SA POLITIQUE CONSISTE-T-ELLE EN UNE SUPERPOSITION DE TRANCHES MILANAISES SOCIALISTES, CENTRISTES ET LIBÉRALES ?

 

Il est quand même difficile de trouver une grande cohérence. De l’ordre a été mis dans le budget de l’Etat. Mais on a du mal à voir, dans les mesures prises pour y arriver, une ligne directrice, un grand projet.

 

ET LA RÉFORME DE L’ETAT, EST-ELLE COHÉRENTE ?

 

La N-VA estime qu’elle va encore augmenter la complexité. Et elle a raison. Quand on voit par exemple le nombre d’accords de coopération nécessaires pour exécuter cette réforme de l’Etat, c’est énorme. Mais faut-il, comme elle le réclame, une nouvelle réforme pour tenter de rendre le pays moins complexe ? C’est un cercle vicieux. Ce but de cohérence, d’homogénéité, n’est-il pas finalement une illusion ?

 

CETTE RÉFORME, VA-T-ELLE DÉMINER LE CONFLIT COMMUNAUTAIRE ?

 

Elle l’a fait. Maintenant, tous les partis, et même la N-VA, donnent la priorité au socio-économique. Dans ce sens, on peut dire que la 6e réforme de l’Etat a apaisé les choses, pour l’instant et peut-être pour la prochaine législature. Mais est-ce que cela aurait un effet électoral ? Là, je suis très sceptique. Car le vote N-VA, c’est beaucoup plus sur le socio-économique que sur la réforme de l’Etat. Pour stopper la N-VA, on aurait peut-être mieux fait de ne pas faire de réforme d’Etat, mais former un gouvernement de centre-droit qui aurait fait des réformes fiscales et économiques.

 

ON ENTEND SOUVENT DIRE EN FLANDRE QUE CE SONT LES FRANCOPHONES QUI ONT FAIT LA N-VA, EN REFUSANT EN 2007 ET EN 2010 LES GRANDES RÉFORMES DE L’ETAT QUE LES FLAMANDS DEMANDAIENT…

 

Cela a joué certainement. Mais le discours de la N-VA depuis longtemps, c’est qu’il faut une réforme pour mener les politiques plus à droite que la Flandre réclame, notamment sur le plan socio-économique. Dans le passé, ils parlaient aussi d’une politique plus stricte en matière d’immigration. C’est moins le cas aujourd’hui, justement peut-être parce que là, avec Maggie De Block, on a fait quelque chose.

 

IL NE FAUT PAS DE 7E RÉFORME DE L’ETAT, ALORS, MAIS FAIRE FONCTIONNER LA 6E ?

 

Oui, il faut exécuter celle-ci. Même s’il reste des réformes à faire pour la cohésion fédérale et au niveau bruxellois. En fait, les réformes qu’on aurait dû faire, on ne les a pas faites. Et on a fait un tas d’autres réformes dont l’intérêt laisse perplexe. La scission des allocations familiales par exemple.

 

FAUT-IL PRENDRE AU SÉRIEUX LES PROPOS DE STEFAAN DE CLERCK SUR LA RECONSTITUTION DU CARTEL CD&V/N-VA ?

 

Une coalition CD&V/N-VA, c’est quelque chose de possible. Il y a dans le chef du CD&V la volonté de jouer sur tous les tableaux. Le CD&V est dans un fauteuil. Sauf gros drame, il est sûr d’être au gouvernement. Finalement, c’est quoi la politique belge ? On dit souvent que le football, c’est 11 joueurs qui tapent sur un ballon et à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne. Et bien la politique belge, on pourrait dire que c’est 7 millions d’électeurs qui votent et finalement le CD&V est au gouvernement et décide avec qui.

 

NE POURRAIT-ON PAS DIRE LA MÊME CHOSE DU PS ?

 

Cette fois-ci, le CD&V est davantage sûr d’y être. Si la N-VA est dans un gouvernement, ce sera avec le CD&V avec qui il a le plus d’atomes crochus. Et si on fait un gouvernement sans la N-VA, ce sera aussi avec le CD&V. Ce sont eux qui pourront probablement décider. Sauf si la N-VA est incontournable au gouvernement flamand, alors le CD&V devra s’allier avec la N-VA.

 

ON A L’IMPRESSION QUE C’EST LA FLANDRE QUI DONNERA LA COULEUR DE LA COALITION FÉDÉRALE…

 

Au soir des élections, il sera en tout cas important de regarder les scores au parlement flamand. Et plus particulièrement le score cumulé de la N-VA, du Vlaams Belang et de l’Union des francophones. Si ensemble, ils ont une majorité, alors la N-VA sera incontournable. Aucun parti flamand ne pourrait s’associer à l’Union des francophones ou au Vlaams Belang. Paradoxalement donc, le vote des francophones en périphérie pourrait rendre la N-VA incontournable au fédéral. C’est le cas aussi du PTB. Si la N-VA était intelligente, elle financerait le PTB (rires).

 

QUELLE SERA LA SÉQUENCE LE 25 MAI ? D’ABORD LA FORMATION D’UNE MAJORITÉ À LA RÉGION FLAMANDE, PUIS AILLEURS ?

 

La N-VA voudra certainement d’abord créer une majorité flamande, qui pourrait négocier ensuite avec les francophones. Mais il serait très stupide de la part du CD&V ou des autres partis de se précipiter dans la même voie car cela permettrait à la N-VA d’être au gouvernement flamand et pas au fédéral. Pour moi, la question se situe à la N-VA : peut-elle participer à un gouvernement fédéral sans aucune garantie pour une nouvelle réforme de l’Etat ? La N-VA dit aujourd’hui deux choses : d’un côté, elle veut un gouvernement de centre-droit sans socialistes et de l’autre, elle réclame des pas importants vers le confédéralisme. Or c’est incompatible puisqu’il faut une majorité des 2/3 et dans chaque groupe linguistique pour réformer l’Etat. Si on veut gouverner sans le PS, on ne peut rêver à une grande réforme de l’Etat. Et je pense qu’il sera très difficile de trouver une majorité des 2/3 au congrès N-VA pour accepter de monter au gouvernement fédéral sans la garantie d’une réforme de l’Etat. Bien sûr, le parti a changé. Il a attiré des cadres et du personnel plus libéral. Et il voudra éviter d’être pour 5 ans dans l’opposition. Mais la N-VA reste quand même un parti nationaliste. Si la N-VA entre dans un gouvernement socio-économique, elle démontrera le contraire de ce qu’elle dit depuis des années : on peut réformer la Belgique sans passer par le confédéralisme.

 

LA N-VA N’A PAS ÉTÉ CAPABLE DE S’ENTENDRE AVEC LES FRANCOPHONES PAR LE PASSÉ. PEUT-ELLE LE FAIRE EN 2014 ?

 

Si c’est sur le socio-économique, c’est possible, avec le MR notamment. Mais bien sûr difficile avec le PS. Et il n’est pas probable que le MR et le CDH acceptent d’aller dans un gouvernement avec la N-VA et sans le PS. En tout cas, il est quasi certain que la N-VA n’entrera pas dans un gouvernement avec le PS et sans réforme de l’Etat.



 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

SI LA N-VA ÉTAIT INTELLIGENTE, ELLE FINANCERAIT LE PTB


Le vieux Dehousse ne dit pas autre chose et ce vieux crocodile sait de quoi il parle. Il connait le marigot PS comme personne.

Autrefois on consultait la pythie, les oracles, les astrologues : Mitterrand avait même sa voyante attitrée. Hollande n’ose plus la consulter de peur de son diagnostic. Désormais on a les sondages et Dave Sinardet pour les interpréter dans les deux langues. C’est beaucoup mieux.

Lire du Sinardet c’est comme appréhender du Machiavel ou du Clausewitz : c’est du solide.

Relisez-le donc et faites vos jeux.  La roulette du 24 mai tourne déjà.

J’envie ses étudiants gantois. Ils ne doivent s’ennuyer au cours ; et pour les Bruxellois c’est pareil à Saint Louis. Je parie qu’il y a du monde dans l’auditoire, des journalistes incognito, des attachées de cabinet en lunettes noires ; des élégantes comme autrefois chez Bergson, Jung , Arendt, Lacan ou Derida. Rien que du beau monde et des places réservées.

« Si la N-VA entre dans un gouvernement socio-économique, elle démontrera le contraire de ce qu’elle dit depuis des années : on peut réformer la Belgique sans passer par le confédéralisme. »

Tout est dit en une seule phrase toute simple. Le génie c’est de décomplexer la complexité et de la rendre accessible à tous. Grâce à lui la politique belge devient un jeu d’enfant : bac à sable et cache- cache  pour les (é)lecteurs de 7 à 77 ans. Merci Sinardet.

« Cette fois-ci, le CD&V est davantage sûr d’y être. »

Résumons-nous : «  Si la N-VA est dans un gouvernement, ce sera avec le CD&V avec qui il a le plus d’atomes crochus. »

« Si on fait un gouvernement sans la N-VA, ce sera aussi avec le CD&V. Ce sont eux qui pourront probablement décider. Sauf si la N-VA est incontournable au gouvernement flamand, alors le CD&V devra s’allier avec la N-VA. »

Au soir des élections, il sera en tout cas important de regarder les scores au parlement flamand. Et plus particulièrement le score cumulé de la N-VA, du Vlaams Belang et de l’Union des francophones. Si ensemble, ils ont une majorité, alors la N-VA sera incontournable. »

A bon électeur, Salut.

MG


LES COMMENTAIRES

« Une analyse qui a du sens, le pays se polarise en deux camps, au nord la droite et au sud la gauche... les w@llonschoississent l'exemple de la France, le plus mauvais actuellement en Europe, les flamand celui de l'Allemagne, le moteur européen. »

« Mettre la NVA dans un gouvernement c'est agir comme avec les Ecolos : les forcer à prendre des responsabilités réelles pour en arriver à faire la preuve de leur incompétence. »

« Notre pays est divisé en deux. Le confédéralisme n'est peut-être pas une mauvaise solution mais le problème épineux c’est Bruxelles. De demandons l'avis de la population !

 

« Une NVA a 30% et une CDV a 20% se partagent le pouvoir en Flandre. »

 

Si le MR fait un score honorable alors Reynders sera Premier ; Kris Peeters président Fl ; Bart bourg d'Anvers. Le MRPresident Wa et Bru.

« Nos politiciens ont rendu ce pays ingouvernable (pléthored'institutions , de Ministres , de cabinettards , de fonctionnaires de tous poils voulus par ce fédéralisme où desrequins et des crabes se combattent entre eux au détriment dubien du pays ! »

"Excellent résumé :Le football, c’est 11 joueurs qui tapent sur un ballon et en finale fin, c’est l’Allemagne qui gagne. Enpolitique belge, c’est 7 millions d’électeurs qui votent et finalement le CD&V est au gouvernement et il décide avec qui."

 

Aucun commentaire: