samedi 4 janvier 2014

Un député américain jure allégeance sur la Bible d’un iPad


Le Soir

C’est une situation plutôt inattendue à laquelle le député Edward Mangano a été confronté. Elu au poste de responsable de comité de Nassau, Edward Mangano n’a pu prêter serment que sur une bible numérique, aucun député présent sur place n’ayant emporté de bible ce jour-là

C’est malgré lui que le député Edward Mangano, élu pour la seconde fois au poste de responsable du comité de Nassau, s’est retrouvé au centre d’une très vive polémique aux Etats-Unis.

Obligé de jurer sur une bible numérique en raison de l’absence du livre sacré le jour de la cérémonie, Edward Mangano s’est retrouvé malgré lui à jurer sur un texte sacré numérisé, affiché simplement sur la surface tactile d’un iPad.

Si certains médias se sont beaucoup amusés de la situation, les organisations religieuses ont visiblement très peu apprécié les fanfaronnades du député, évoquant une cérémonie « blasphématoire ». Pour beaucoup de religieux en effet, une bible numérique affichée sur un écran tactile ne peut remplacer une bible classique, aux textes sacrés


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

FÉTICHISATION DE L’OBJET.


Voilà qui est tout à fait fascinant.

C’est quoi la bible pour ces gens ? Un texte vivant ou un objet fétiche, mort que de toute façon personne ne lit ou presque? Certains veulent brûler des corans comme Hitler fit brûler des livres écrits par des auteurs juifs : chers virtuels annonçant les fours crématoires bien réels.

Il y a des musulmans qui savent le coran par cœur. Sont-ils des corans vivants sur lesquels on pourrait, le cas échéant faire un serment ?

Certes on jure sur la bible mais quelle bible ? L’original ou une traduction ? Et quelle traduction ?

Dans « le rouge et le noir », Julien a appris les évangiles par cœur et en latin encore bien.

Cela fait-il de lui un évangile incarné ou un simple objet de curiosité volontiers exhibé dans les salons ?

Quelle est la différence, qu’on me le dise, entre un texte imprimé et un texte gravé dans la mémoire, entre un manuscrit recopié par des générations de moines ou le même texte imprimé par le procédé inventé par Gutenberg ?

Au départ le coran est virtuel puisqu’il est dicté à Mohammed par l’ange Jibril.

Il sera mis en mémoire par le prophète et ensuite mis par écrit sur les supports les plus inattendus, bouts de peau tannée, omoplates de mouton etc. avant d’être organisé en un texte cohérent.

Quant aux évangiles il en circula des dizaines avant que les quatre ne soient sélectionnées arbitrairement par le concile de Nicée.

Alors franchement quelle différence y a t'il  entre un texte et sa traduction (il y a traduction et traduction) ; entre un texte virtuel sur IPad et une bible fut elle achetée pour deux euro chez Pèle-mêle ou aux Petits Riens ?

Cela pose une vraie question : c’est quoi au juste un texte ?

Un euro virtuel n’est-il pas l’exact équivalent d’’une pièce d’un euro et  500 euro qu’un billet de 500 euro, coqueluche des contrefacteurs. L’argent est virtuel : je tape un 300 euro sur le clavier d’un mister cash et il me crache six billets neufs de cinquante euro. Mon  journal virtuel est moins réel que sa version papier ? Alors pourquoi pas la bible. Pourquoi certains lecteurs fanatiques et collectionneurs d’autographes sont-ils prêts à payer des fortunes pour d’authentiques manuscrits tout raturés ?

Avant d’être conçu dans le ventre de Marie, Jésus était virtuel comme le fut du reste chacun d’entre nous. Seul le texte rend réel !  C’est par leurs textes que Goethe, Shakespeare, Montaigne ou Platon ont survécu à la mort.

Ce qui vraiment me trouble et me met franchement mal à l’aise c’est qu’on ait juré sur un objet technologique, autrement dit qu’on ait en quelque sorte sacralisé la technologie.

Mais que diable, elle est sacralisée depuis des décennies. Qu’on me cite un seul objet sur ceux qu’on utilise sur une journée qui ne soit pas manufacturé, (dans manufacturé il y a main) plutôt fabriqué technologiquement. Mon PC, mon Gsm, mon GPS, mon vélo, ma bagnole, ma chemise, mes bretelles ma bouteille d’eau, mon stylo, mon encre noire, ma brosse à dent, ma télé mon réveil. Stop !

Deux choses sont sacrées dans nos sociétés occidentales : le fric et la technologie. Il y en a même qui n’écoutent rien d’autre que de la musique techno…

Autre chose: pourquoi jurer encore sur la bible ou sur le coran ?

Pourquoi pas sur la déclaration universelle des droits de l’homme, l’éthique de Spinoza  ou les oeuvres complètes d’Emmanuel Kant (en version virtuelle évidemment) ?

MG

Aucun commentaire: