lundi 20 janvier 2014

Verhofstadt en lice pour la présidence de la Commission

Libre Belgique


     C'est désormais officiel.

L'ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt sera le candidat à la présidence de la Commission européenne pour les libéraux, alors que l'actuel commissaire européen Olli Rehn sera candidat "pour une autre fonction européenne importante", a annoncé lundi le président du Parti européen libéral démocrate (ALDE), Graham Watson. MM. Rehn et Verhofstadt, qui étaient tous deux candidats à la présidence de la Commission, ont trouvé un accord lundi, à l'approche des élections européennes de mai prochain, a précisé M. Watson dans un communiqué.

Cet accord propose que les candidats mènent compagne "conjointement, sur une base égale". Il propose aussi que M. Verhofstadt, qui est actuellement chef de groupe des libéraux (ALDE) au Parlement européen, soit leur candidat à la présidence de la Commission et que M. Rehn le soit "pour une des autres principales fonctions au sein de l'UE, en particulier dans le domaine des questions économiques et de politique étrangère".

"J'ai écrit aujourd'hui au bureau du parti pour proposer une motion de résolution qui sera soumise à notre réunion électorale du 1er février à Bruxelles", précise M. Watson. "Nous avons deux candidats extrêmement qualifiés pour des fonctions importantes dans l'UE", ajoute-t-il.

Toute candidature nécessite une approbation des partis membres de l'ALDE, rappelle enfin M. Watson. Le parti ALDE compte plus de 50 partis membres en Europe et est actuellement la troisième force politique au sein du Parlement européen.

Trois Premiers ministres européens sont issus des partis membres de l'ALDE: l'Estonien AndrusAnsip, le Néerlandais Mark Rutte et le Luxembourgeois Xavier Bettel. Huit des 28 commissaires européens représentent enfin les libéraux démocrates, dont le Belge Karel De Gucht, chargé du commerce.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

IL N’A AUCUNE CHANCE


Guy Verhofstadt est sans doute le plus fédéraliste des candidats, donc le plus qualifié pour être le digne successeur de Jacques Delors et nous l’avons démontré plus souvent qu’à notre tour.

Autrement dit, il n’a aucune chance de le devenir: les Anglais s’y opposeront avec force et mettront leur véto. Dommage, vraiment dommage. Si on veut que naisse un jour l’Europe, ce sera sans Albion. We want our Europe back !

MG

 

 

 

Aucun commentaire: