mercredi 19 février 2014

50 ans d'immigration marocaine en Belgique: Une récupération du PS ?


JONAS LEGGE   La Libre




Les ministres Didier Reynders (MR) et Joëlle Milquet (cdH) ont été écartés du casting de la grande soirée organisée par le PS.

Une grande soirée dédiée aux 50 ans de l'immigration marocaine était organisée par EspaceMagh, une asbl présidée par le socialiste Ahmed Laaouej, ce lundi soir, au centre Bozar, à Bruxelles. Dans un billet publié sur son blog, le journaliste de L'Echo Martin Buxant signalait dimanche que le MR et le cdH "considèrent que cette manifestation a été totalement récupérée par le Parti socialiste". En cause : le déséquilibre de visibilité donnée aux différents partis lors de cet événement où des vidéos de personnalités, surtout politiques, étaient projetées. Une visibilité pourtant indispensable à trois mois des élections... 

Finalement, 19 capsules ont été diffusées, mettant en avant : 3 MR (Jacques Brotchi, Richard Miller, Alain Courtois), 2 cdH (Céline Fremault, Julie De Groote), 2 Ecolo (Olivier Deleuze, ChristosDoulkeridis), 7 PS (Fadila Laanan, Rachid Madrane, Rudy Demotte, Rudi Vervoort, Yvan Mayeur, Laurette Onkelinx, Philippe Moureaux) et 5 personnes de la société civile.

CERTAINS SE DÉBINENT, D'AUTRES SE RAVISENT

"Une telle disproportion est déplorable", affirme le député fédéral Denis Ducarme (MR), qui suit les matières d'immigration. "Je regrette cette confiscation partisane d'un anniversaire important qui doit appartenir à l'ensemble de la communauté belge et belge d'origine étrangère. S'approprier cet événement et s'en faire une publicité est regrettable. Cet anniversaire valait mieux que cela. Je vous le dis au nom de nombreux libéraux, plutôt que ces capsules de précampagne du PS, il aurait été plus utile de mettre en valeur les personnes issues de l'immigration et l'aspect bénéfique de cette immigration économique. Ce win-win est notre modèle au MR et il doit nous inspirer pour l'avenir car nous aurons toujours besoin de l'immigration."

UNE VOIE GLISSANTE VERS LE CLIENTÉLISME

Mais comment expliquer que le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), ou la ministre de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet (cdH), n'aient pas été approchés pour ces vidéos ? "Ils ont été ignorés", désapprouve Denis Ducarme. Ahmed Laaouej donne évidemment un son de cloche différent. "Ca aurait été surréaliste de demander à Didier Reynders. On en est à une immigration de troisième génération. Quant à Joëlle Milquet, je n'ai pas senti le moindre soutien de sa part à EspaceMagh, que du contraire..."

Un autre aspect fait grincer des dents dans cette affaire : l'utilisation des subsides reçus par EspaceMagh en vue des festivités. Provenant essentiellement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du gouvernement bruxellois et de la Cocof, ils s'élèveraient à 600.000 voire 700.000 euros. Selon Denis Ducarme, "Les différents exécutifs qui ont subsidié l'événement devront s'interroger sur les agissements de telles asbl. Utiliser des fonds publics à des fins quasi exclusivement partisanes oblige au questionnement. Les réflexes doivent changer. J'espère que les personnes issues de l'immigration ne tombent pas dans ce genre de panneaux. Mais il faudra qu'on me le prouve... C'est une voie glissante vers le clientélisme, le communautarisme."

Une interprétation balayée par le socialiste Ahmed Laaouej. "Les sensibilités d'Espace Magh sont progressistes. Je peux comprendre qu'avoir dans ses rangs quelqu'un qui qualifie les jeunes d'origine marocaine de Norvégiens (NdlR : Alain Destexhe) ou quelqu'un qui situe Molenbeek à l'étranger (Didier Reynders), empêche certaines personnes de se retrouver dans notre projet."

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

« CE N’EST PAS L’ETAT, MAIS LE PARTI SOCIALISTE, QUI COMMÉMORAIT LE CINQUANTIÈME ANNIVERSAIRE »

Il y a le fond : « Les gens que nous avons accueillis en Belgique méritent d'être traités comme des Belges. Il faut savoir regarder la réalité en face: toute une frange de la société belge autochtone n'est pas "au top" et c'est le moins que l'on puisse en dire » (commentaire de forumeur) ; il y a la forme :Sarah Turine : « J’ai vu une nette surreprésentation socialiste, sur la forme, c’était ambigu : Ahmed Laaouej parlait-il en tant que président de l’Espace Magh ou en tant que sénateur PS ? Il y avait clairement un mélange des deux. Ce même mélange s’est retrouvé dans le discours d’Elio Di Rupo. C’était comme s’il n’y a qu’un seul parti que cet anniversaire préoccupait. »

On dira que c’est de bonne guerre et qu’en campagne électorale tous les coups sont permis. Celui-ci est d’une habileté diabolique et est de nature à drainer beaucoup de voix de l’immigration vers le PS.

On comprend l’émotion des écolos et celle du râleur MR de service, l’honorable député fédéral Ducarme.

Pas un mot dans tout cela de la dynamique interculturelle. Comme disait Marguerite Yourcenar : « c’est avoir tort que d’avoir raison trop tôt ».

MG

 

 

LE VIF/L’EXPRESS : VOUS AVEZ ASSISTÉ, HIER SOIR AU BOZAR, À LA RÉCEPTION OFFICIELLE POUR LE CINQUANTIÈME ANNIVERSAIRE DE L’ACCORD D’IMMIGRATIONBELGO-MAROCAIN. SUR FACEBOOK, VOUS DITES AVOIR ÉTÉ HEURTÉE PAR CE QUE VOUS Y AVEZ VU. POURQUOI ?



Sarah Turine : J’ai vu une nette surreprésentation socialiste. Dans son discours, Ahmed Laaouej a parlé de l’emploi, de l’économie… Sur la forme, c’était ambigu : parlait-il en tant que président de l’Espace Magh ou en tant que sénateur PS ? Il y avait clairement un mélange des deux. Ce même mélange s’est retrouvé dans le discours d’Elio Di Rupo. Comme Premier ministre, il est normal qu’il évoque l’action de son gouvernement, ainsi que des thèmes comme l’emploi et l’enseignement. Mais, alors, peut-être fallait-il ouvrir la scène à d’autres responsables, pour que l’ensemble des forces publiques du pays soient présentes sur scène. Là, c’était comme s’il n’y a qu’un seul parti que cet anniversaire préoccupait.

ON POURRAIT RÉTORQUER QUE LE PS EST MIEUX ANCRÉ QUE LES AUTRES PARTIS DANS LES QUARTIERS MULTICULTURELS DE BRUXELLES, DE LIÈGE ET DE CHARLEROI. N’EST-IL PAS LÉGITIME POUR LES SOCIALISTES DE VOULOIR RÉCOLTER LES DIVIDENDES DE LEUR IMPLICATION AUX CÔTÉS DES BELGES D’ORIGINE MAROCAINE ?

Libre aux socialistes de le penser, mais c’est de l’auto-crédo, ça. D’autres partis que le leur ont lutté pour accorder le droit de vote aux étrangers. D’autres partis que le leur se battent avec ténacité contre les discriminations. Ils ne sont pas tout seuls à se préoccuper des Belges issus de l’immigration marocaine ! Hier, c’était la soirée inaugurale des commémorations pour les 50 ans de cette immigration, mais parfois, on se serait cru à un congrès du PS. Pourtant, il s’agissait d’un anniversaire officiel. C’est le pays qui a signé cet accord avec le Maroc, ce n’est pas le PS. Agir de la sorte, ce n’est pas rendre hommage aux descendants de l’immigration marocaine, ni leur rendre service.

NE RÉAGISSEZ-VOUS PAS, AVANT TOUT, POUR DES MOTIFS POLITIQUES, PARCE QUE VOUS ÊTES UNE ÉLUE ECOLO ? 

Hier, beaucoup de gens ont ressenti un malaise. J’étais avec des amis qui ne sont pas du tout actifs en politique, et dont je sais qu’ils ne votent pas Ecolo. Ils ont eux aussi ressenti ce malaise. Ils se sont demandés : mais où est-ce qu’on est ici ?

OSERIEZ-VOUS DIRE QU’IL S’AGISSAIT DE RÉCUPÉRATION POLITIQUE ?

Oui. C’était manifeste. Au cours de la soirée, deux salves de capsule vidéo présentées comme émanant de la société civile ont été diffusées. J’en ai compté 18, et parmi elles, 14 acteurs politiques. C’est ça, la société civile ? Le décompte, parti par parti, est assez éloquent : 7 PS, 3 MR, 2 Ecolo et 2 CDH. Les seuls de l’immigration marocaine étaient PS. Si l’on compare les socialistes et les libéraux, on comptabilise au moins trois ministres pour le PS : Laurette Onkelinx, Rachid Madrane et FadilaLaanan. Pour le MR, en revanche, alors que le ministre des Affaires étrangères provient de leur parti, seuls des parlementaires ont été retenus : Richard Miller, Alain Courtois et Jacques Brotchi. Si on ajoute à cela le discours extrêmement long d’Elio Di Rupo et celui d’Ahmed Laaouej, on ne peut que ressentir un malaise.

N’ÉTAIT-CE PAS INÉVITABLE, EN PLEINE CAMPAGNE ÉLECTORALE ?

On est à quelques pas d’élections très importantes, c’est vrai. Je ne vais pas cracher dans la soupe. Chacun essaye de vendre ses idées, de présenter son projet. Tout le monde le fait, d’une manière ou d’une autre. Mais instrumentaliser à ce point un événement officiel… C’était offensant pour la communauté marocaine. Cela donnait l’impression que ce n’est pas l’Etat, mais le Parti socialiste, qui commémorait le cinquantième anniversaire. Ce qui est faux !

 

Aucun commentaire: