lundi 3 février 2014

Édito: la sagesse de l’Eglise belge


FRANCIS VAN DE WOESTYNE  La Libre


 

Dans quelques jours, la Chambre votera le projet de loi qui étend, sous certaines conditions, l’euthanasie aux mineurs. Afin de sensibiliser les consciences, l’archevêque André-Joseph Léonard a décidé d’organiser une journée de jeûne et de prière. Certains ont jugé cette initiative déplacée. 

1. La Belgique est une démocratie parlementaire. Le peuple est souverain. C’est au Parlement, où siègent les élus de la Nation, que se conçoivent les textes législatifs et que se discutent les projets rédigés par les membres du gouvernement. Ce processus législatif ne peut être entravé par aucun groupe, aucune association. Les lois, votées selon des majorités définies dans la Constitution, s’appliquent à tous. 

2. Il est cependant tout à fait légitime, pour qui désire manifester une crainte à l’égard d’un texte en préparation, de s’y opposer par tous les moyens démocratiques possibles. Et l’on reste éberlué devant les protestations des partisans de la loi élargissant l’euthanasie aux mineurs. Selon eux, l’Eglise belge ferait preuve d’une ingérence inacceptable dans ce débat. Où sont les intolérants ? Pourquoi l’Eglise ne pourrait-elle donc pas intervenir dans un débat aussi sensible ? L’Eglise considère que ce texte heurte ses convictions. Elle n’est pas la seule. Le monde médical est divisé. Des pédiatres ont expliqué, il y a deux jours dans "La Libre", en quoi la loi en préparation était inutile et précipitée. C’est aussi notre sentiment. 

3. En France, les lois à caractère éthique ont provoqué une profonde division de la société. En Belgique, ces évolutions ont eu lieu grâce à l’incroyable maturité démocratique des citoyens. C’est notamment parce que l’Eglise a choisi des modes de protestation "doux", sans aucun radicalisme, que le débat est resté serein.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

« NON MONSIEUR VAN DE WOESTYNE! »


Un internaute proteste et fulmine : « Les personnes favorables à la loi ne sont pas intolérants quand ils reprochent à l'église de vouloir dicter sa loi à l'ensemble du peuple. Si elle était honnête, l'église ferait savoir clairement que, POUR CEUX QUI SE RECLAMENT DE L'EGLISE, ET POUR EUX SEULEMENT, IL NE PEUT ETRE QUESTION DE RECOURIR A L EUTHANASIE.

Quant aux autres, s'il vous plait, que l'église leur foute la paix. Le temps ou le pouvoir et l'église étaient cul et chemise estrévolu et cela est très bien ainsi. Une loi qui autorise l'euthanasie n'oblige personne à y recourir et seuls ceux qui le veulent le font, sans préjudice pour les autres. Une loi interdisant l'euthanasie impose à tous une conception de vie basée sur une religion. Ce n'est plus acceptable. »


Difficile de ne pas être d’accord avec lui. L’archevêque Léonard, brillant communicateur, surfe habilement sur la vague d’ultra conservatisme qui balaie la France, secouée par les grandes tempêtes et vient mourir sur les plages belges.

Et un second forumeur d’abonder dans le même sens : « Bien sûr qu'une bonne partie de nos cancers (chez les jeunes ou les moins jeunes ceci dit) sont dus à notre mode de vie, dans sa globalité (pollution, nourriture, tabac etc). Bien sûr qu'il faut en amont une rééducation des gens pour qu'ils prennent soin de leur organisme, mais cela ne va tout résoudre. Des cas malheureux (la génétique est ce qu'elle est) existeront toujours. Et des gosses qui souffrent le martyre aussi et ce, malgré les soins palliatifs etc. Je ne puis comprendre comment on peut, dans le même temps adhérer au fait qu'on euthanasie un animal pour lui épargner des souffrances et pas un être humain. Une vie est une vie, et la souffrance est la souffrance. Et face à cela, venir se réfugier derrière le fait que seul un hypothétique "être supérieur" aurait le droit de donner ou de reprendre, quand bon lui semble, me parait bien inhumain. »


«  On a pu nous apprendre à trier nos ordures. Pourquoi ne pourrions-nous pas apprendre à éviter tout ce qui est cancérigène ? L ' augmentation de cas de cancer est dramatique ,surtout chez les enfants et les 40 - 50 ans .Mais parce qu'on les guérit de plus en plus (au prix de traitement très lourds ) on ne s' occupe guère de prévention . Il est même souvent impossible d'être correctement informé. »

« Certes la vigilance et la  prévention mériteraient d’être développées davantage.  Ce n’est pas que la prévention contre les maladies graves soit nulle en Belgique. Le drame c’est que les gens s'en fichent. Il y a des campagnes pour promouvoir les dépistages des divers cancers et du diabète, on incite les gens à ne pas fumer, à ne pas manger de la viande tous les jours, à acheter bio, à éviter le sucre et l'alcool etc.. La recherche médicale progresse tous les jours (je travaille dans ce domaine), mais ce sont les gens qui s'en fichent. Ils leur faut leur sacrosaint steak tous les jours et ils continuent d'acheter du tabac. »


Certes l’école est surchargée de tâches diverses en dehors de ses missions fondamentale. Ceci dit, il ne serait pas inutile que les institutrices et les professeurs de biologie attirent l’attention de leurs élèves sur les conséquences désastreuses que peut entraîner une alimentation inadéquate. Il s’agit bien là d’un problème de santé publique dont les médias se préoccupent peu.

Une fois de plus, on constate que les commentaires sont bien plus longs, précis et pertinents que l’article publié par l’éditorialiste. Certes, la presse en ligne est gratuite mais les lecteurs y fournissent un travail d’information qui quelquefois,comme dans le cas présent s’avère infiniment précieux.

MG

Aucun commentaire: