mardi 11 février 2014

Immigration en Suisse: Fillon "propose le même système"


LA LIBRE  




I"L'intégration, l'assimilation, (...) s'est cassée en raison du nombre."

Ce week-end, les citoyens suisses ont été invités à se prononcer sur la politique migratoire de leur pays. Ces derniers ont ainsi approuvé à 50,3% dimanche lors d'un référendum un texte sur la fin de l'immigration de masse. Désormais, cette immigration sera donc limitée "par des plafonds et des contingents annuels." 

Interrogé à ce sujet par Jean-Jacques Bourdin ce lundi sur BFM TV, François Fillon (UMP) a affirmé qu'il proposait "depuis des mois et des mois que la France ou l'Europe adoptent le même système".

L'ancien premier ministre français a ainsi évoqué le système canadien qui selon ses mots "consiste à décider chaque année, en fonction de la capacité d'intégration du pays, c'est à dire son économie, les logements disponibles, capacités d'accueil des services publics, de l'école... Combien de personnes extérieures, d'étrangers on peut accueillir."

François Fillon prône donc le vote d'une telle loi à l'Assemblée nationale. "L'intégration, l'assimilation, (...) s'est cassée en raison du nombre. Il y a un problème de surcapacité, il y a un blocage de l'intégration lié au nombre d'étrangers qu'on accueille sur notre territoire. Que le parlement le vote, dans un débat qui public, ouvert, transparent, cela changerait beaucoup le discours sur l'immigration."

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

TROP D’IMMIGRATION TUE L’INTEGRATION


L’immigration de masse ? Personne n’en veut, surtout pas les immigrés de la troisième ou quatrième génération qui se sentent le plus envahis dans les quartiers qu’ils ont investis il y a quarante,vingt où dix ans et où ils se sentent chez eux.

La popularité de Maggie De Block vient de ce qu’elle ose dire non à trop de demandes d’asile, ce qui lui vaut les quolibets de la gauche et de la gauche extrême. Le problème de l’immigration et de sa réglementation ne peut être réglé qu’au niveau européen. Concrètement, cela veut dire plus d’Europe et non pas moins d’Europe, comme le suggèrent les ultra-conservateurs de la N-VA, du FN français, du parti de Wilders et de tous les nationalistes du vieux continent.

DiverCity pour sa part a choisi son camp : celui d’une société optant pour le dialogue interculturel.

MG




 

REYNDERS À PROPOS DE LA SUISSE: "LA LIBERTÉ DE CIRCULATION EST UN PRINCIPE ESSENTIEL"

 

La Libre

 Les Européens attendent maintenant de voir les mesures de mise en œuvre du vote.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, s'est déclaré "déçu" lundi par la votation suisse sur la libre circulation. "Il est parfaitement possible de bien gérer l'immigration tout en respectant la libre circulation, comme le montre Maggie De Block en Belgique", a-t-il assuré à son arrivée à une réunion européenne. Selon M. Reynders, la Suisse bénéficie actuellement d'un "certain nombre d'accords favorables" avec l'Union européenne. Une restriction de la libre circulation ne pourra dès lors avoir que "des conséquences défavorables" pour la Confédération, a-t-il dit. "La liberté de circulation est un principe essentiel", a poursuivi le ministre.

Les Européens attendent maintenant de voir les mesures de mise en oeuvre du vote. Ils se concerteront sur les suites à donner sur base d'une évaluation de la Commission, a encore indiqué M. Reynders.

Les électeurs suisses ont dit "oui" dimanche, à une courte majorité de 50,3%, à une limitation de l'immigration européenne. Le texte approuvé prévoit le rétablissement de quotas pour les étrangers, les frontaliers et les demandeurs d'asile en fonction des besoins et des possibilités du pays. Il n'est pas conforme à l'accord bilatéral de libre-circulation conclu avec l'Union européenne.

 

Aucun commentaire: