mardi 25 mars 2014

8 questions pour en finir avec les clichés sur la théorie de l’évolution


Blog du Monde

Un entretien avec Jean-Sébastien Steyer


Jean-Sébastien Steyer est paléontologue au CNRS et rattaché au Muséum national d'histoire naturelle. Avec l'astrophysicien Roland Lehoucq, l'archéologue Jean-Paul Demoule et l'écrivain de science-fiction Pierre Bordage, il vient de co-signer Exquise Planète (éditions Odile Jacob, 190 p., 19 €), un livre où, sur le principe du cadavre exquis, les auteurs imaginent une planète où se développe la vie, en suivant les lois de la physique et de la biologie. L'exercice permet de réinterroger la théorie de l'évolution, souvent déformée par une série d'idées reçues que j'ai demandé à Jean-Sébastien Steyer de décrypter pour les lecteurs du Monde.fr.

1/ SOIT PAR UNE SIMPLIFICATION EXCESSIVE SOIT DANS LE DISCOURS DES PARTISANS CREATIONNISTES DE L'« INTELLIGENT DESIGN », L'EVOLUTION EST SOUVENT REPRESENTEE COMME UNE LIGNE DROITE QUI VA DE LA BACTERIE JUSQU'A L'HOMME. QUE REPONDRE A CECI ET QUELLE AUTRE REPRESENTATION GRAPHIQUE SERAIT PLUS CORRECTE ?

L’esprit humain a du mal à accepter le rôle important du hasard et l’absence de hiérarchie dans l’évolution, deux leitmotivs que je me suis imposés en écrivant Exquise Planète. Avant même que l’évolution ne soit connue, Aristote classait le monde selon une hiérarchie imaginaire allant des minéraux jusqu’à Dieu, englobant alors les bactéries et l’homme ! Cette conception hiérarchique de l’évolution, dictée par les croyances plus que par la raison, a donc une origine très ancienne. Elle montre que, même si certains religieux ont participé à la description de la nature, les religions sont des prismes nous empêchant de la comprendre.

En 1996, et à défaut d’admettre enfin la réalité de l’évolution, l’Eglise catholique reconnaît que la théorie de l’évolution est « plus qu’une hypothèse »… Des spiritualistes (parfois déguisés en scientifiques pour mieux brouiller les pistes) prêchent alors un déterminisme dans l’évolution : « OK, l’évolution existe, mais elle est dirigée par Dieu. » Ce mélange entre science et religion – certains parlent même de « réconciliation » – n’a pas lieu d’être puisque ces deux magistères (pour reprendre les termes de Stephen Jay Gould) répondent à des questions fondamentalement différentes, « comment » et « pourquoi ». C’est cet affreux mélange qui masque la vision buissonnante et aléatoire que nous devrions tous avoir de l’évolution…

2/ L'EVOLUTION VA-T-ELLE NECESSAIREMENT VERS PLUS DE COMPLEXITE COMME ON L'ENTEND SOUVENT ?

Non. Concevoir l’évolution comme une augmentation de la complexité, c’est encore une fois lui donner un sens… Or l’évolution est un phénomène stochastique et foisonnant qui part dans toutes les directions. L’argument souvent avancé est alors « Oui mais regardez le cerveau humain et l’évolution de l’homme ; ne sommes-nous pas plus complexes que les autres espèces ? » En bons primates égocentriques, nous percevons l’évolution comme une augmentation de la complexité car nous trônons sur notre branche. Or dans l’arbre de la vie, aucune espèce n’est plus complexe ni plus évoluée qu’une autre, mais toutes sont différentes.

Cette idée de complexité hiérarchise non plus les espèces elles-mêmes, mais les caractères les définissant : ainsi le fait de posséder un cerveau devient plus important que celui de posséder un œil ou un rein… Vu sous cet angle, il est alors facile de démonter l’argument en orientant le projecteur sur d’autres caractères : le crâne des hominidés est par exemple beaucoup plus simple que celui d’un vulgaire poisson car il contient beaucoup moins d’os !

3/ UN AUTRE RACCOURCI TRES COURANT DANS LA VULGARISATION EST QU'UNE FORME APPARAIT POUR REALISER UNE FONCTION. COMMENT REFORMULER LES CHOSES SANS CE « POUR » ? 

Il faut reconsidérer l’importance du hasard dans l’évolution et se détacher du contexte finaliste et adaptationniste. Je m’explique : l’évolution consiste en l’apparition de nouvelles formes éventuellement retenues par la sélection naturelle si elles remplissent des fonctions avantageuses permettant la survie et/ou la propagation de l’espèce. Comme les mutations produisent une infinité de formes, l’évolution est donc un joyeux bricolage ! Hélas l’œil humain agit encore une fois comme un prisme : l’organe une fois identifié, il est tentant en effet de le considérer comme un produit fini ayant été sélectionné pour quelque chose. C’est le problème de l’adaptationnisme qui, comme son nom l’indique, ne conçoit souvent que l’adaptation comme unique moteur de l’évolution…

Or en paléontologie, nous identifions de plus en plus d’exaptations, c’est-à-dire des fonctions non-implicites pourtant retenues par la sélection naturelle : ainsi les plumes ne sont pas apparues pour le vol mais elles permettaient aux dinosaures de maintenir leur chaleur corporelle. Les pattes ne sont pas apparues pour marcher, elles permettaient aux premiers tétrapodes de mieux s’agripper entre eux et au fond de l’eau. Ces nouvelles observations brisent les idées reçues qui sont d’autant plus ancrées que nous vivons dans des sociétés consuméristes où tous les objets qui nous entourent doivent être utiles et où rien ne doit être laissé au hasard.

4/ L'IMAGE DU CHAINON MANQUANT EST ELLE AUSSI TRES ANCREE DANS L'IMAGERIE POPULAIRE. SE JUSTIFIE-T-ELLE SUR LE PLAN SCIENTIFIQUE ?

Non. Et pourtant, cette représentation est en effet très présente dans les consciences collectives : nous avons tous en tête, sur des T-shirts ou des panneaux divers, le célèbre dessin repris N fois et mettant en scène un singe se redressant et se transformant en australopithèque, en Homo habilis, etc. jusqu’en homme moderne. Ce schéma véhicule une vision graduelle, linéaire et donc fausse de l’évolution. Elle est même dangereuse car elle permettait de valider des thèses racistes qui considéraient les Noirs comme des chaînons manquants entre les singes et les Blancs.


L’image du chaînon manquant est souvent, à tort, associée à Darwin : celui-ci n’a jamais écrit que l’homme descendait du singe mais que l’homme et le singe avaient un ancêtre commun. La différence est de taille. D’ailleurs la seule illustration présente dans L’origine des espèces est un arbre évolutif buissonnant et non une échelle linéaire ! A la question « Qui descend de qui ? », Darwin préférait déjà répondre « Qui est le plus proche de qui ? ». Cette question phylogénétique forme aujourd’hui la base des sciences de l’évolution.

5/ AUTRE IMAGE D'EPINAL, CELLE DU FOSSILE VIVANT, EMPLOYEE PAR EXEMPLE POUR LE CŒLACANTHE. FAUT-IL AUSSI LUI TORDRE LE COU ?

Oui ! Car cette image sous-entend que certaines espèces n’évoluent pas. Or toute espèce évolue à son rythme, même si cela ne se voit pas a priori : on parle alors de taux d’évolution – comme on parle d’ailleurs de taux d’extinction. Ce taux d’évolution varie si vous êtes humain, cloporte ou fougère ; il dépend de votre génome et des mutations qui l'affectent, des pressions environnementales que vous rencontrez, etc. L’évolution est donc un phénomène constant et universel, ce que j’ai tenté de montrer en imaginant des formes de vie pourExquise Planète. Quant au cœlacanthe, il est vraiment un mauvais exemple pour illustrer cette idée fausse de fossile vivant : si la forme actuelle présente quelques vagues similitudes avec ses représentants fossiles, les proportions du corps, la forme du crâne, la longueur des nageoires, etc., ne sont pas du tout les mêmes.

Il existe bien sûr des formes de vie dont le taux d’évolution demeure très faible, comme leGingkoAfin d’éviter le discours gradualiste et finaliste, on parle alors de formespanchroniques (littéralement « qui traversent les âges ») et non plus de fossiles vivants… La différence paraît futile dans la forme, mais dans le fond, elle est de taille.

6/ DANS LES GRANDES ETAPES DU VIVANT, IL Y A LA « SORTIE DES EAUX » PAR LES VERTEBRES. COMMENT LA SCIENCE LA CONÇOIT-ELLE AUJOURD'HUI ?

La « sortie des eaux » est une idée très réductrice de l’évolution vue par le prisme des singes terrestres que nous sommes. Elle a d’ailleurs souvent été associée à une notion encore plus anthropocentrique, celle de « conquête des continents » – que j'ai critiquée dans mon ouvrage La Terre avant les dinosaures. En effet, en quoi l’évolution peut-elle s’apparenter à une conquête ? En quoi s’installer sur la terre ferme correspond-t-il à un affranchissement par rapport au milieu aqueux originel ? Cette notion de sortie des eaux est d’autant plus erronée que la plupart des vertébrés sont aquatiques : ils forment les différents groupes de poissons osseux, cartilagineux, etc. que nous connaissons aujourd’hui. Nous ne parlons donc plus de « sortie des eaux » mais de « terrestrialisation » pour désigner les phases d’installation de la vie sur les continents. Avant les vertébrés, des plantes puis des vers et des arthropodes ont connu différentes phases de terrestrialisation. Sans elles, les vertébrés ne se seraient sans doute pas installés sur les continents. Enfin, en terme de physiologie, on peut se demander si nous sommes réellement « sortis des eaux » avec un corps composé à 60 % d’eau…

7/ PARMI LES GRANDS CHOUCHOUS DU PUBLIC, EN MATIERE DE PALEONTOLOGIE, ON TROUVE LES INCONTOURNABLES DINOSAURES. L'IMAGE QUE LA SCIENCE EN DONNE AUJOURD'HUI EST TRES DIFFERENTE DE CELLE QUE NOUS EN AVIONS IL Y A QUELQUES DECENNIES...

Oui, et cette image sera sans doute différente dans le futur ! Il est vrai que les dinosaures ont radicalement changé de look depuis quelques décennies. D’abord considérés comme lourds, patauds et stupides (jusque dans les années 1970 environ), ils sont devenus ensuite des reptiles dynamiques et rapides ayant subi une extinction de plein fouet. Ce premier relooking a été favorisé par la découverte de gisements exceptionnels ayant permis de mieux cerner leurs modes de vie – certains s’occupaient de leurs petits – et leur extinction : le fait qu’ils soient très diversifiés à la fin du Crétacé a notamment remis en cause l’hypothèse d’une extinction graduelle de reptiles inadaptés. Le deuxième relooking des dinosaures, peut-être plus récent, s’est réalisé grâce à l’évolution de nos connaissances sur leur anatomie interne notamment : l’étude des structures osseuses et/ou des cavités endocrâniennes a renforcé l’idée d'animaux intelligents au métabolisme actif.

8/ QUELLE ETAIT LA PLACE REELLE DES MAMMIFERES DANS LE MONDE ANIMAL AVANT LA DISPARITION DES DINOSAURES NON AVIENS ?

L’esprit humain, féru de causalité, a trop tendance à associer des phénomènes pourtant sans lien direct entre eux. Ainsi nous pensions que l’extinction des dinosaures non aviens, à la fin du Crétacé, avait permis aux mammifères de se développer et de connaître ce que l’on appelle une « radiation évolutive ». Mais ce scénario s’avère encore une foi trop simpliste : certes, il y a 66 millions d’années, la disparition des dinosaures non aviens a laissé des niches écologiques vacantes pour les mammifères, mais ces derniers étaient déjà là ! Les fossiles en attestent : beaucoup de représentants de groupes actuels (marsupiaux mais aussi placentaires) étaient déjà présents à la fin du Crétacé. La radiation des mammifères – même si la plupart n’avaient ni la taille ni la forme de leurs cousins actuels – a donc eu lieuavant la fin tragique des dinosaures non aviens. Nous surestimions donc l’effet de la crise Crétacé-Tertiaire car nous n’avions pas assez de données.

Notre œil nouveau est aussi aiguisé par des découvertes qui bouleversent l’ordre établi, comme ce mammifère fossile de la taille d’un gros chat, découvert en Chine et présentant un petit dinosaure dans son estomac ! S’il est une science de l’évolution en pleine évolution, c’est bien la paléontologie.

Propos recueillis par Pierre Barthélémy 


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

QUAND TOUT EST LAISSÉ AU HASARD


« Quand on n’a que le hasard » aurait pu chanter Brel, il préféra hurler « quand on n’a que l’amour », sa chanson n’en eut que plus de succès. Pourtant hasard et amour sont bien souvent synonymes. Que d’essais et d’erreurs avant de rencontrer le bon, la bonne partenaire, mais aussi la bonne insertion professionnelle, le logement idéal…

Entre les sciences modernes et l’opinion publique s’ouvre un fossé béant. A moins d’être scientifique -et encore, le scientifique se cantonne à un seul domaine généralement très pointu-, rares, très rares même, sont ceux qui ont une vision globale de l’état actuel d’avancement des sciences. Et pourtant elles sont omniprésentes, les sciences dans l’évolution des objets technologiques qui envahissent tout et jusqu’au plus trivial : la bouteille en plastic, par exemple. Qui comprend le fonctionnement de son ordi, de son i Pad, de son appareil photo digital, de sa voiture, de sa machine à laver, de son cerveau ?

Et pourtant les scientifiques savent, eux. La technologie a mauvaise presse n’est-elle pas responsable de Hiroshima, de la mécanisation des guerres, de l’omnipotence d’internet qui nous espionne en permanence comme un puissant Big Brother technologique ?

Et pourtant la médecine scientifique et hautement technologique sauve nos vies et les rallonge considérablement.

Les sciences et les technologies de pointe intimident. Elles font si peur que beaucoup aujourd’hui s’en détournent pour se vouer, aveuglément aux religions. Le succès de l’islam et de son produit dérivé délétère, l’islamisme, ne saurait s’expliquer autrement.

Il est plus confortable évidemment de croire en un dessein intelligent animé par un dieu visible ou invisible. Et pourtant, si on en croit la sagesse populaire, « le hasard fait bien les choses ». Il les fait si bien que cela en est terriblement troublant comme la beauté du papillon s’approchant de fleurs merveilleuses en ce printemps rayonnant de lumière.

Ah la beauté de la nature…Parlons-en de la nature, cette magicienne que d’aucuns voudraient nommer hasard tant elle est le fruit d’innombrables mutations improbables. Le hasard agit partout, tout le temps mais sa moisson ne se fait que dans le très long terme qui se mesure en dizaines de millénaires comme le creusement spectaculaire de la Meuse à travers des falaises de calcaire.  

Mais comment expliquer que la nature, fille du hasard  produise tant de beauté sur cette terre quand l’homme si intelligent n’apporte que laideur et destruction? Qu’on regarde nos villes post modernes rongées par le cancer du trafic, de la pollution, de l’urbanisme sauvage qui étend ses métastases jusque dans les belles campagnes qui s’abiment de manière irréversible de génération en génération.

L’homme détruit en quelques générations ce que la nature, ce hasard actualisé, a mis des millénaires à construire, il dilapide en un siècle les réserves fossiles que des millions d’années ont accumulées.

Sans doute les civilisations sont-elles, elles aussi le fruit de mutations hasardeuses innombrables, faites de déclins, de renaissances –depuis Valéry nous les savons mortelles-, de violences et de réconciliations.

L’humanité est en train de vivre une immense métamorphose après deux ou trois siècles de révolution industrielle et technologique sidérantes mais suicidaires. La suprématie de la civilisation blanche arque boutée sur le progrès technologique s’érode au profit d’autres modèles, ce qui provoque ce que Huntington a appelé « the Clash of civilisations ». Mais un autre processus est en marche qui résulte d’échanges innombrables, de métissages et de fécondation réciproque - appelons ça la dynamique interculturelle. Fruit du hasard ou de la nécessité ? Les deux sans doute.

MG

Aucun commentaire: