lundi 17 mars 2014

Basta avec les pandas!




BéatriceDelvaux éditorialiste en chef 

Vous sortez d’une opération, on vous a dit mourant, on doute de votre forme. Vous sortiez bon mot sur bon mot pour crucifier vos opposants et depuis des semaines, vous êtes réduit au silence. On se demande même si vous n’êtes pas fini. Pas de souci, vous allez rebondir. Pas nécessairement parce que vous avez un programme, des idées ou une envie d’en découdre dans un débat. Trop convenu. Non, il vous faut un vrai effet d’annonce, un coup d’éclat, quelque chose qui fasse parler de vous durant des heures, mais surtout un événement qui fasse rire, aux dépens d’un autre : méchant et drôle, vrai et faux, anecdotique et on ne peut plus politique.

En plus – et ça, c’est du « grand art » – ce come-back tonitruant, cette chose pour laquelle certains seraient prêts à dépenser des fortunes, sera gratuit.

Car ce vrai retour, ce sont les médias qui vont vous l’offrir. Si ceux-ci vous donnent cette place sur scène, tout seul, sans concurrent ni contradicteur, pour y suivre le scénario que vous avez écrit (dicté serait même plus juste), c’est parce que vous explosez l’audimat à chacun de vos passages à l’antenne. A l’heure où les buzzdeviennent stratégiques et vitaux, vous êtes devenu une mine d’or, car vous ÊTES un buzz.

Et voilà pourquoi samedi soir, Bart De Wever a pu, en deux secondes, faire rire et délivrer ses messages à toute la Flandre, à une heure d’écoute où l’insertion publicitaire vaut sa tonne de bambous.

À côté de cela, les Chichis d’Elio en baskets, c’est du travail d’amateur.

Ce que le président de la N-VA, malade, n’a pas su dire depuis des mois, sort en effet de sa tête de panda, avec le message subliminal suivant : « Di Rupo est mon ennemi, ses pandas sont ridicules, il a spolié la Flandre en payant pour ces animaux à la c., une somme qu’il a refusée à un grand patron (flamand) talentueux. Votez Bart. » Soit une projection d’amalgames et de contrevérités, avec zéro possibilité de le contredire. Faut-il rappeler que c’est une entreprise (wallonne), Pairi Daïza, qui a décroché ces deux balourds noirs et blancs, que De Wever aurait été accueillir à Zaventem déguisé en bambou, si le zoo d’Anvers les avait décrochés ?

Notre avis ? Pathétique. On dira qu’on est vieux jeu, de parti pris et qu’on manque d’humour. Non. Juste lassés de ces clowneries et autres communications bidons, entre animaux de zoo et valise en carton, qui nous prennent pour des idiots, électeurs comme journalistes. Passons aux idées et au débat de fond, SVP.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

QUAND DEWEVER FAIT DU KROLL SANS KROLL



Excellente analyse de Béatrice Delvaux, évidemment et comme toujours. Quant au gag de De Wever, il fallait y penser et les facéties de Bart en rappellent d’autres : celles  Zanluc Dehaene déguisé en supporter du FC de Bruges ou grimpant sur un taureau mécanique, celles de Nols déguisé en berbère  grimpant sur un chameau.


Après tout, il ne fait qu’emboiter le pas aux outrances médiatiques de Di Rupo, l’homme qui a accueilli les pandas avec une escorte digne d’un chef d’Etat.

On s’arrête où ? On n’imagine pas De Gaulle faisant le zèbre, -quoique le coup du cabri faisant des bonds en criant Europe, Europe était drôle-, ou Churchill faisant le gugusse devant les photographes…On le voit pourtant déguisé en ganster américain une kalachnikov à la main ou  faisant dans son nuage de cigare le V de la Victoire de deux doigts 





Faut-il s’en offusquer ? De Wever, lui, fait volontiers du Kroll sans Kroll.

Et sait-on qui était caché sous la cagoule du second panda ? Elio ? Reynders ? Louis Michel ? Laurette. Non pas du tout : son chauffeur… C’est comme le judo : un  minimum d’effort pour un maximum d’efficacité. En somme Bart fait comme Vladimir : d’abord occuper le terrain (médiatique) ensuite passer au scrutin. En Crimée, ça a marché. En Flandre, ça risque de bien fonctionner également.  Il suffit pour s’en convaincre de revoir la vidéo du gag et les rires des jeunes spectatrices subjuguées. On reproche au président de la N-VA de se dérober aux débats télévisés avec le Elio le Panda. Il renâcle, gagne du temps car il se sait affaibli par ses problèmes de santé. Donc il biaise et le public n’y voit que du feu. Ecran de fumée ? Certes mais il finira par devoir tomber le masque, fût-il celui d’un panda sympa. Un internaute commente finement : « Faut-il rappeler à tous les buveurs de vinaigre, que pour faire un débat, il faut être deux. Or c'est ce que refuse BDW. Cherchez l'erreur ? Il profite de tous les prétextes organisés par les chaines Flamandes pour y déverser sa bile et y faire le clown. Libre à lui, mais alors ne venons pas pleurnicher si le vrai débat politique est absent ou qu'il se résume à des grimaces de bac à sable. BDW est populiste, il flatte bassement un électorat peu instruit et à cent mille lieues de la recherche de la vérité ou de la contradiction. Il n'est pire sourd ou aveugle que celui qui ne veut rien entendre ni voir. »

 

 

Non, lance un autre forumeur « cette propagande de la NVA n'a rien à faire dans un show télévisé pour le bon peuple flamand à part le radicaliser contre le socialistes profiteurs et paresseux. A force de jouer encore et encore cette carte, il aura ce qu'il chérit le plus la séparation de la Belgique de manière démocratique car la Flandre votera massivement à droite toute et la Wallonie Bruxelles voteront à gauche toute ce qui prouvera qu'un gouvernement est impossible et que les deux communautés sont trop différentes pour pouvoir encore à vivre ensemble. ». De Morgen conclut : «  Het idee leeft dat de vastgestelde kloof tussen politici en burgersoverbrugd wordt door dit soort 'volkseoptredensHet tegendeel zou wel eens het geval kunnen zijn. »Et surtout qu’on aille pas s’imaginer que ce genre de facétie soit de nature à combler  le fossé qui sépare la politique du grand public. C’est l’inverse qui risque de se produire.

En faisant du Tati à l’envers, le très caricatural  Zanluc Dehaene a cassé son image de super intello auprès de l’électeur flamand lambda et ça a marché.  De Wever tente de lui emboiter le pas, non sans succès. Wait and see.

MG


 

LES PANDAS RÉPONDENT À BART DE WEVER

Le Soir

Le président de la N-VA s’était moqué du Premier ministre lors d’une émission télévisée… déguisé en panda.


Bart De Wever a profité de la7e Nuit des Etoiles de la télévision flamande, à Hasselt, où il était invité à remettre un prix pour se payer la tête du Premier ministre. Déguisé en panda, il a expliqué à un public hilare : « Je n’étais ni à l’hôpital, ni en Suisse. Non, j’étais à Mons où mon bon ami Elio m’avait offert un emploi (…) 700.000 euros par an et la même somme pour mon ami. De quoi faire rêver chez BPost. »

Le parc Pairi Daiza n’a pas tardé à répondre sur sa page Facebook, se livrant à son tour à un trait d’humour, en laissant la plume à Xing Hui – le panda. Le propos faussement naïf de la carte blanche du « panda » sait se faire incisif : « Nous vous avons gentiment écouté. Pour vous dire la vérité, nous n’avons pas trop compris si ce que vous disiez était de l’humour ou pas (il paraît qu’on n’est pas les seuls), et c’est peu important… Mais juste entre nous, on tient quand même à vous signaler, pour éviter que vous refassiez la gaffe devant de nombreux téléspectateurs la prochaine fois, une petite coquille dans vos propos (sans doute passée inaperçue…) qu’il faudrait corriger : c’est bel et bien Pairi Daiza, jardin privé, qui paie pour nous, pas le contribuable. »

Voire carrément perfide, lorsqu’il s’agit de rappeler la gamelle du président de la N-VA. « Cher Monsieur De Wever, n’est pas panda qui veut. C’est tout un Art », explique l’ursidé avant d’inviter Bart De Wever « à PairiDaiza, pour prendre quelques cours de motricité. (…) Pairi Daiza acceptera sans aucun doute de prendre votre stage en charge. Cela pèse peu par rapport à la somme que notre jardin privé verse intégralement à la Chine – rappelons-le : de sa poche (sans subsides de fonctionnement ;-) – pour aider les scientifiques à sauver notre espèce de la disparition. »

Et pas besoin d’escorte « vu que : 1) votre arrivée ne suscitera sans doute pas – sans vous vexer, hein – le même engouement que la nôtre. 2) vous ne figurez pas sur la liste des espèces en voie d’extinction ».


 

CARNAVALESKE VERTONINGEN TASTEN HET BEELD VAN POLITIEK AAN

DM STANDPUNT


Het zou beter zijn mochten politici wegblijven of weggehouden worden uit de showbizz

Misschien heeft de N-VA toch gelijk en is Vlaanderen echt wel een aparte democratieHet is alleszinszowat de enige in de hele wereld waar getolereerd wordt dat toppolitici op geregelde tijdstippen in eenof ander carnavalspak voor een massapubliek van tv-kijkers de show proberen te stelenNergens terwereld zie je tafereeltjes zoals ze afgelopen zaterdag door N-VA-voorzitter Bart De Wever inpandakostuum op de Nacht van de Televisiesterren werden opgevoerd.

Zelfs in Wallonië is een al met al nog beschaafde verschijning van een politicus in eenentertainmentshow zo uitzonderlijk dat premier Elio Di Rupo én zender RTBF er zich onlangs politiekvoor moesten verantwoorden. In Vlaanderen is zoietshelaas, erg gewoon.

Ja dusdit moet toch weer over Bart De Wever gaan, de politicus die debatten met rechtstreekseconcurrenten ontloopt, maar wel genoeg op kracht is om in berenkostuum van een tv-podium tevallenBlijkbaar heeft deze nochtans hoogst verstandige politicus niet meer het soort vertrouwelingenrond zich die hem dit soort beschamende vertoningen uit het hoofd durven te pratenDus zeggen wijmaar in hun plaats dat zijn optreden zaterdagavond studentikoosmisplaatst en vooral niet grappigwas.

(…) Het idee leeft immers dat de vastgestelde kloof tussen politici en burgers overbrugd wordt door ditsoort 'volkseoptredens.

Het tegendeel zou wel eens het geval kunnen zijn. De Vlaming ervaart immers niet zozeer een kloofmet zijn vedettes-volksvertegenwoordigers, maar wel met 'de' politiek als systeemCarnavaleskevertoningen dragen enkel bij tot meer onbegrip of afkeerZe tasten het beeld van politiek alsbelangwekkend en beschaafd meningsverschil aan.

Het zou daarom beter zijn mochten politici wegblijven of weggehouden worden uit de showbizz. Neen,dat hoeft niet per se weer in een of andere nieuwe en onvolkomen wet gegoten te wordenDat zou eenkwestie van gezond verstand moeten zijn. Zoals het in alle andere beschaafde landen gaat.

Bart Eeckhout


Aucun commentaire: