mercredi 5 mars 2014

Sept nouvelles prisons pour endiguer la surpopulation carcérale


Belga Le Soir




Le comité ministériel restreint s’est accordé sur une capacité d’accueil supplémentaire dans les prisons. L’objectif ? Construire sept nouveaux établissements pénitentiaires, dont la capacité totale serait de 1.500 places, annonce Het Laatste Nieuws.

La Belgique compte 12.000 détenus, alors qu’il n’y a de la place que pour 9.500 d’entre eux. D’ici à la fin de l’année prochaine, on devrait compter un total de 10.800 places, ce qui n’est pas encore suffisant. C’est pourquoi la capacité d’accueil a encore été élargie, explique Het Laatste Nieuws.

 

Le nouveau masterplan, sur lequel le gouvernement a conclu un accord de principe, prévoit sept nouvelles prisons. « Chaque installation disposera de ses propres spécificités, afin que les détenus qui nécessitent une surveillance importante se trouvent dans une prison de haute sécurité », explique-t-on au SPF Justice.

 

Un établissement de haute sécurité verra par exemple le jour à Achêne, en région namuroise. A Paifve, près de Liège, c’est un centre pour internés qui sera installé. Des prisons classiques sortiront de terre dans le Limbourg, à Bourg-Léopold (sur le site du quartier militaire) et, en Flandre occidentale, à Ostende. Le centre de détention de Saint-Hubert, qui pratique un régime ouvert, et son pendant flamand, la prison de Wortel, seront agrandis, tandis que la prison de Verviers sera entièrement remplacée.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MIEUX VAUDRAIT CONSTRUIRE DES ECOLES


Ce fut ma première réflexion mais elle est superficielle et impulsive.

Une centaine de volontaires se sont laissé enfermer pendant un WE à la nouvelle prison de Beveren. Parmi eux des magistrats et même un directeur de prison. Chapeau bas.

Canvas (aflevering 41) diffuse leurs témoignages. Ils en sont sortis très marqués malgré le confort apparent de l’établissement. Le plus dur : la privation de liberté et le renoncement à l’auto responsabilisation. J’ai longuement pensé à un ami détenu après avoir vu ce reportage. Ce qu’il vit est évidemment insupportable et j’admire son courage, son abnégation.  Certes la résilience humaine est considérable mais j’imagine que la souffrance de l’enfermement est incommensurable. Nous qui avons le droit et le loisir de jouir de cette chère liberté en faisons beaucoup trop peu de cas. Libre de son temps, de ses mouvements, de ses pensées et opinions : quel privilège inouï dans un monde où l’arbitraire triomphe. Je pense à mon ami Pierre sur son lit de souffrance dans une minuscule chambre d’hôpital incapable de se déplacer après son opération à la hanche, condamné à sonner une infirmière qui ne répond pas ; aux séquestrés de Kiev rongés d’angoisse,  à Gramsci, à Mandela, à Gandhi qui ont trouvé la force de rester debout dans leurs geôle et d’y grandir.

Je pense à cet autre ami prisonnier de ses dettes, assailli par les soucis et les huissiers, emmuré dans ses problèmes.

Je songe aux poilus de quatorze enchaînés à leurs tranchées de boue, aux prisonniers de guerre, aux détenus des camps de la honte.

Je suis, comme cet ami embastillé, quelqu’un d’extrêmement rebelle etlibertaire. J’ai aussi une pensée pour son épouse et ce qu’elle vit, pour ses fils et ses petits enfants qui savent et posent des questions qui attendent réponse. 

Tout cela est immensément triste mais d’une beauté grave, d’une grande humanité.omment fait-il pour tenir, je me le demande.  

Il est des pays au Nord de l’Europe où on laisse les cellules ouvertes quelques heures par jour, où les repas sont pris en commun, où il est possible de socialiser et de découvrir le visage de l’autre dans son altérité, sociale, culturelle, ethnique. Oui construisons de nouvelles prisons, plus confortable mais à quand la prison à visage humain pourapprendre aux détenus à redécouvrir qu’ils sont des hommes et des femmes à part entière et aussi des citoyens qui demain retrouveront la société et la liberté.

Le plus dur, ont dit les témoins, est d’en être réduit à attendre le bon vouloir des gardiens, l’heure du repas et celui de la promenade, surtout attendre le moment où la liberté leur sera rendue 

Point d’envie de lire, de méditer, de rêver en attendant…Godot.

MG

 


PRIMEUR IN BELGIË: VRIJWILLIGERS TESTEN NIEUWE GEVANGENIS UIT

 − Bron: VRT


© belga.

DM UPDATE Circa honderd vrijwilligers zullen zich komend weekend latenopsluiten in de nieuwe gevangenis van BeverenDaar vindt een soort vangenerale repetitie plaats om alle procedures en veiligheidssystemen uit te testenvooraleer de gevangenis op 17 maart de deuren opent voor echte gedetineerden,zo meldt de nieuwsdienst van de VRT.


Het is voor het eerst dat er in ons land dergelijk testweekend gehouden wordt. De deelnemers zijn hoofdzakelijk medewerkers van justitie, maar ook eenjournalistenrechters en advocaten laten zich vrijwillig opsluiten

Onder meer Jorn Dangreaurechter bij de correctionele rechtbank van Gent,Annemie Serlippenssubstituut-procureur des KoningsKarel VanCauwenberghevoorzitter van de vereniging van onderzoeksrechters en advocate Nathalie Buisseret kregen een "oproepingsbrief" om zich aan temelden, met een reeks do's en don'ts.

Weekend in de gevangenis
De valse gevangenen verdwijnen kort na de middag achter de tralies in Beveren.Gedurende drie dagen staan ze onder toezicht van het gevangenispersoneel.

Het grootste deel van het weekend zullen de testpersonen doorbrengen in huncel, maar er staan ook wandel- en werkmomenten op het programmaevenalseen naaktfouillering. Zondagavond krijgen de honderd vrijwilligers hun vrijheidterug. 

"Wanneer we een nieuwe gevangenis openen, is er altijd een periode waarbij we 'droogdraaien", legt woordvoerder Laurent Sempot van het Gevangeniswezenuit. "Dat betekent dat er personeel aanwezig is, maar nog geen gedetineerden, met als bedoeling om de procedures te leren kennen en toe te passenzoals het correct opsluitenorganiseren van wandelingen... Er wordt gekeken of de procedures correct en duidelijk zijn en goed toegepast worden met als bedoelingom fouten eruit te halen." 

Levensgrote test
Het initiatief van de levensgrote test kwam van het directieteam in Beveren, "een jonge dynamische ploeg die bruist van creativiteit," aldus Sempot.

De gevangenis van Beveren werd eerder deze maand officieel geopend en zalvanaf de zomer plaats geven aan 312 gedetineerdenHet is een ultra beveiligden modern complex. Zo hebben de gevangenen bijvoorbeeld een computer inhun cel. Het is ook de eerste gevangenis waar een rechtbank is in gevestigd.

 

 

 

Aucun commentaire: