mardi 4 mars 2014

UKRAINE. Pourquoi l'OSCE peut jouer les médiateurs ?


Le Nouvel Observateur

L'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe va dépêcher sur place des observateurs et tenter de régler le conflit par la médiation politique. 

   


Vingtième réunion du conseil ministériel de l'OSCE, à Kiev (Urkaine), le 5 décembre 2013. (SERGEI SUPINSKY/AFP)

 

Le président en exercice de l'OSCE (Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe), Didier Burkhalter, a indiqué, lundi 3 mars, sa volonté d'envoyer une mission en Ukraine pour enquêter sur les incidents ayant eu lieu dans le pays. 

Ce lundi, au lendemain de la proposition de la chancelière allemande Angela "d'établir une mission d'enquête ainsi qu'un groupe de contact, éventuellement sous la direction de l'OSCE, pour entamer un dialogue politique" sur l'Ukraine - proposition approuvée par la Russie -, les ambassadeurs des pays-membres de l'OSCE se retrouvaient lors d'une séance exceptionnelle à Vienne pour préciser le contenu des deux "missions" de l'organisme : l'une d'observation, déjà en cours d'organisation, et l'autre de médiation, qui n'a pas encore été définie.

D'autres propositions de missions plus classiques seront aussi abordées, comme la préparation d'élections ou le déplacement en Ukraine du haut-commissaire des minorités ainsi que celui de la liberté de la presse. "Nous avons aussi un bureau avec un coordinateur en Ukraine, qui travaille sur des projets à plus long terme", explique Natacha Rajakovicla chargée de communication de l'OSCE. Mais au fait, pourquoi l'OSCE ? 

POURQUOI CONFIER CETTE MISSION À L'OSCE ?

Parce que c'est une organisation non militaire

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé qu'il n'était "pas trop tard" pour trouver une solution politique à la crise en Ukraine, et qu'il n'y avait "pas d'option militaire". L'OSCE fait figure d'organisme le plus adapté pour ce genre d'intervention pacifique. Sa fonction n'est pas militaire, à l'inverse de l'Otan. L'organisme est au contraire spécialisé en médiation politique. L'apaisement des conflits est sa principale mission et ses champs d'intervention sont les questions politico-militaires, économiques et environnementales, humaines (droits de l'homme, droits des minorités, liberté de la presse...).

PARCE QU'ELLE A PRÉCISÉMENT ÉTÉ CRÉÉE POUR RAPPROCHER L'EST ET L'OUEST

Née au début des années 70, en période de détente, l'OSCE, anciennement CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe), veut servir d'instance multilatérale de dialogue et de négociations entre l'Est et l'Ouest. C'est à l'organisation que l'on doit l'accord sur l'Acte final d'Helsinki, tentative d'amélioration des relations entre le bloc communiste et l'Occident, signé le 1er août 1975 par les Etats-Unis, l'Union soviétique, et 33 autres pays (majoritairement Européens). Post-guerre froide, la CSCE se réinvente avec de nouvelles institutions et des capacités opérationnelles permanentes. En 1994, changement de nom. La CSCE prend plus d'importance qu'une simple conférence et devient l'OSCE. 

A la différence de l'Otan, l'OSCE compte parmi ses signataires la Russie.

Le porte-parole d'Angela Merkel a souligné l'absence d'évaluation objective de la situation en Crimée.

Parce qu'elle est une garantie d'objectivité

Grâce aux observateurs de l'OSCE, la situation pourrait être analysée et ainsi mieux abordée. Il explique :  

Il y a beaucoup de rumeurs qui nous parviennent de Crimée mais ce qui nous manque, c'est une évaluation objective de la situation dans la péninsule."

L'OSCE n'en est pas à son coup d'essai. Depuis les années 90, elle a tenté de désamorcer plusieurs situations de crise, avec plus ou moins de succès. Alors que les conflits sécessionnistes font rage entre la Russie et des pays issus de l'éclatement de l'Union soviétique, l'Azebaïdjan, la Gérogie et la Moldavie, l'OSCE tente de faire tampon et d'apaiser les conflits en restaurant le dialogue. En août 2008,  un conflit ouvert éclate entre la Russie et la Géorgie. Grâce à la présidence Française de l'Union européenne (PFUE) et à la présidence en exercice finlandaise de l'OSCE, un accord de cessez-le-feu en six points est signé quelques jours plus tard. 

Là non plus, l'OSCE ne sera pas seule sur le terrain. Son président a demandé qu'un groupe de contact et de coordination, sur le terrain, soit créé pour les différentes organisations (ONU, OSCE, CE, OTAN). "Ce sera plus efficace. Il ne faut pas que chaque organisme mène sa barque de son côté", explique Natacha Rajakovic. Y aura-t-il donc une force unie sur place ? La chargée de communication de l'OSCE veut y croire : 

Même si la crise est particulièrement violente, nous sommes familiers de ce genre de conflits et nous savons les régler. J'ai bon espoir."

Barbara Krief - Le Nouvel Observateur


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

FAIRE EN SORTE QUE TOUT LE MONDE SE PARLE ET TROUVE DES MOYENS DE COOPÉRER


l'OSCE, anciennement CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe), veut servir d'instance multilatérale de dialogue et de négociations entre l'Est et l'Ouest.

Atout fondamental, selon la responsable de la communication, Natacha Rajakovic :  Nous essayons toujours d'insister sur l'importance d'un dialogue inclusif, que ce soit en temps de crise ou pas.  Nous n'avons pas de moyens coercitifs, nous ne 'punissons' pas les pays en difficulté, mais nous essayons de faire en sorte que tout le monde se parle et trouve des moyens de coopérer."  

A la différence de l'Otan, l'OSCE compte parmi ses signataires la Russie« Même si la crise est particulièrement violente, nous sommes familiers de ce genre de conflits et nous savons les régler. J'ai bon espoir. »   DiverCity aussi…


MG

 

 

 

Aucun commentaire: