lundi 3 mars 2014

Ukraine : Poutine accepte d'entamer un dialogue


AFP  et La Libre Belgique



Vladimir Poutine a accepté une proposition d'Angela Merkel sur la création d'un "groupe de contact" pour entamer "un dialogue politique" sur l'Ukraine, a indiqué dimanche le gouvernement allemand, après un entretien téléphonique de la chancelière allemande avec le président russe.

"Le président Poutine a accepté la proposition de la chancelière d'établir immédiatement une mission d'enquête ainsi qu'un groupe de contact, éventuellement sous la direction de l'OSCE, pour entamer un dialogue politique", selon un communiqué du gouvernement allemand.

Dimanche, l'Otan a appelé la Russie et l'Ukraine à rechercher une "solution pacifique" à la crise à travers le "dialogue" et le déploiement d'observateurs internationaux", qui se ferait "sous les auspices du Conseil de sécurité des Nations unies ou de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe".

Lors de son entretien téléphonique dimanche soir avec M. Poutine, la chancelière a "reproché au président russe d'avoir violé le droit international par l'intervention russe, inacceptable, en Crimée". Mme Merkel a notamment fustigé la violation du mémorandum de Budapest de 1994, dans lequel la Russie s'était engagée à respecter l'indépendance et la souveraineté de l'Ukraine dans ses frontières existantes, ainsi que le traité sur la flotte russe de la Mer noire de 1997.

Dans la nuit de samedi à dimanche, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait formulé des accusations similaires. La chancelière a, par ailleurs, de nouveau exhorté M. Poutine à respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine, selon le communiqué.

Dans le Mémorandum de Budapest, signé en 1994, la Russie, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne s'étaient portés garants de l'indépendance de l'Ukraine en échange de son renoncement aux armes nucléaires après la chute de l'Union soviétique dont elle faisait partie. Selon le traité de 1997, la base navale de la marine russe reste à Sébastopol, port de Crimée, grâce à un bail de vingt ans signé entre l'Ukraine et la Russie, qui court jusqu'en 2017.

Le département d'Etat a annoncé dans un bref communiqué le voyage de M. Kerry mardi dans la capitale ukrainienne, tandis qu'un responsable américain faisait état du "contrôle opérationnel complet" par Moscou de la Crimée, une péninsule du sud de l'Ukraine.

BERLIN MET MOSCOU EN GARDE CONTRE UNE NOUVELLE DIVISION DE L'EUROPE

L'Allemagne a mis dimanche la Russie en garde contre une intervention militaire en Ukraine tout en affirmant qu'une "nouvelle division de l'Europe peut encore être évitée". "Nous appelons de toute urgence la Russie à s'abstenir de toute atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

"Il est impératif que tous les responsables renoncent à des mesures qui ne peuvent être comprises que comme une provocation", a poursuivi M. Steinmeier affirmant qu'une autre attitude risquait d'avoir des "conséquences dramatiques" et "de réduire à néant des années de coopération pour une Europe plus sûre".

Les déclarations du ministre allemand sont intervenues alors que l'Ukraine a décidé de rappeler ses réservistes face à la menace russe d'une intervention militaire sur son territoire.

L'UE DOIT VEILLER À CE QUE L'UKRAINE NE RÉAGISSE PAS MILITAIREMENT

L'Union européenne doit réfréner les nouveaux dirigeants ukrainiens et veiller à ce qu'ils ne réagissent pas militairement à la provocation russe, a déclaré le commissaire européen au Commerce Karel DeGucht dimanche, sur la radio néerlandaise VPRO. Sur la VRT, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a quant à lui appelé à un signal fort envers la Russie. Karel De Gucht ne veut sous aucun prétexte envoyer des militaires européens sur place pour servir d'intermédiaires. "Cela signifierait vraiment un conflit militaire au centre de l'Europe. Même pendant la Guerre Froide, ce n'est jamais arrivé." Si les Ukrainiens réussissent à rester calmes, le président russe Vladimir Poutine naviguera alors en eaux troubles, estime le commissaire européen.

Dans De Zevende Dag, Didier Reynders a indiqué qu'il faut que quelque chose arrive depuis les Etats-Unis, mais que l'Union européenne aussi doit réagir. "Il est très important d'avoir une réaction forte vis-à-vis de la Russie. En même temps, nous devons essayer de rétablir le dialogue."

.

OBAMA EXHORTE POUTINE À DISCUTER PACIFIQUEMENT AVEC LES AUTORITÉS DE KIEV

Les Etats-Unis avaient exigé samedi de la Russie qu'elle replie ses forces déployées en Crimée, faute de quoi elle s'exposerait à un isolement international et à un impact "profond" sur ses relations avec Washington.

"Les Etats-Unis appellent la Russie à faire baisser les tensions en repliant ses forces dans leurs bases de Crimée et à s'abstenir de toute interférence ailleurs en Ukraine", a-t-il ajouté.

LA RUSSIE RISQUE SA PLACE AU SEIN DU G8

Les mouvements militaires russes sont une "claire violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, ce qui est une infraction à la loi internationale, dont les obligations de la Russie aux termes de la charte de l'ONU", a déclaré M. Obama à M. Poutine, selon la présidence américaine. "Les Etats-Unis condamnent l'intervention russe en territoire ukrainien".

"Les Etats-Unis appellent la Russie à faire baisser les tensions en repliant ses forces dans leurs bases de Crimée et à s'abstenir de toute interférence ailleurs en Ukraine", a-t-il ajouté.

 

PARIS ET LONDRES SUSPENDENT LEUR PARTICIPATION AUX PRÉPARATIFS DU G8 À SOTCHI

Paris et Londres ont confirmé dimanche avoir suspendu leur participation aux réunions préparatoires du sommet du G8, prévu en juin prochain à Sotchi, en Russie. A la lumière de la crise en Ukraine, la France et la Grande-Bretagne exigent que Moscou respecte ses obligations découlant du droit international.

.

Le ministre britannique des affaires étrangères, William Hague, a lui aussi annoncé dimanche que le Royaume-Uni suspendait sa participation aux réunions préparatoires, avant de se rendre à Kiev. "Le Royaume-Uni va se joindre à d'autres pays du G8 cette semaine en suspendant notre coopération sous l'égide du G8, que la Russie préside cette année, ce qui inclut les réunions de cette semaine pour la préparation du sommet."

LE COMMANDANT EN CHEF DE LA MARINE ANNONCE PRÊTER ALLÉGEANCE AUX PRO-RUSSES DE CRIMÉE

Le commandant en chef de la marine ukrainienne, l'amiral Denis Berezovski, a annoncé dimanche qu'il prêtait allégeance aux autorités pro-russes de Crimée, au cours d'une conférence de presse à l'état-major de la flotte russe à Sébastopol.

Le Premier ministre pro-russe de Crimée, Serguiï Axionov, a salué un "événement historique" et souligné que l'amiral Berezovski acceptait ainsi de se placer "sous les ordres des autorités légitimes de la péninsule", au cours de cette même conférence de presse.

L'amiral Berezovski avait été nommé vendredi à la tête de la marine ukrainienne par le président par intérim Olexandre Tourtchinov. Kiev est en train de perdre le contrôle de la Crimée, où des milliers de soldats non identifiés bloquent les militaires ukrainiens dans leurs casernes.

La Crimée qui était aux mains des Turcs a été conquise par la Russie à la fin du XVIIIe siècle. Elle a d'abord appartenu, au sein de l'URSS, à la Russie, avant d'être rattachée à l'Ukraine en 1954. Elle abrite toujours la flotte russe de la mer Noire, dans le cadre d'un accord entre les deux pays.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MENACES SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ EN EUROPE

« UNE NOUVELLE DIVISION DE L'EUROPE PEUT ENCORE ÊTRE ÉVITÉE ».


Les tensions à la frontière russo-ukrainienne ne sont pas seulement inquiétantes, elles deviennent carrément angoissantes »(De Morgen)

Certains, en commentant son rôle d’hôte omniprésent aux Jeux Olymiques de Sotchi ont comparé Vladimir Poutine à Adolphe Hitler aux jeux de Berlin en 1936… 

D’autres ont vu dans la prise de contrôle des aéroports de Crimée par des troupes sans signes distinctifs les préludes d’une invasion sous la forme d’un remake des contre-révolutions de Prague et Budapest.

En 2008 Poutine avait déjà envoyé un contingent russe pour éviter un éclatement de la Georgie et affaiblir le gouvernement pro-occidental de Tbilisi.

Poutine s’autoproclame désormais le champion des russophonescomme le IIIème Reich se voulait celui des germanophones. Cela fait-il de lui un nouveau tsar ? Les Russes parlent aux Russes comme autrefois les Français résistants aux Français occupés.

Obama s’en mêle et donne de la voix tout en s’ingérant dans les affaires internes du bloc russo russe, violant ainsi la vieille doctrine Monroe (elle condamne toute intervention européenne dans les affaires « des Amériques » comme celle des États-Unis dans les affaires européennes.) Un forumeur du NYT conclut : The best hope for a stable world is cooperation between America and Russia, including sober and fair recognition of the geography of each one's back yard, and each one's zone of vital interest.

En occupant militairement la Crimée et une partie de l’Ukraine, Poutine entend se placer dans une position de négociation favorable dans le dialogue Est-Ouest qui est, selon nous, seul capable de désamorcer cette bombe à retardement

Le coup d’Etat de Kiev est à ses yeux un coup de poignard des Européens et à tout le moins une défaite cuisante : ses services de propagande l’ont transformé en putsch fasciste. Jusqu’où ira l’escalade ?

L’Allemagne, nous le disons depuis le début, détient la clef du problème. La Russie est un de ses plus meilleurs clients et surtout c’est elle qui lui livre le plus gros de son énergie. Les relations germano-russes sont totalement sous pression. Merkel l’a compris elle refuse d’être l’otage de Poutine et élève le ton.

Coup de théâtre prévisible: « Le président Poutine a accepté la proposition de la chancelière Merkel d'établir immédiatement une mission d'enquête ainsi qu'un groupe de contact, éventuellement sous la direction de l'OSCE, pour entamer un dialogue politique. »

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), anciennement Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) jusqu'en 1995, est une organisation internationale ayant pour but de favoriser le dialogue et la négociation entre l’Est et l’Ouest.

L’OSCE est la seule organisation européenne  accueillant la totalité des États du continent européen, ainsi que ceux qui qui sont nés de la dissolution de l’Union soviétique. Elle offre ainsi à l’Europe et à des pays contigus, dans le Caucase ou en Asie centrale, la possibilité de maintenir un dialogue politique permanent. D'autre part, deux autres pays non européens, les États-Unis et le Canada, ont un statut d'associés. C’est dire qu’on se situe ici dans le droit fil de l’ Ostpolitikallemande. L’ Ostpolitik de Brandt et Schmidt se négociait au niveau bilatéral tandis que la CSCE travaille sur un plan multilatéral. C'est la première bonne nouvelle dans cette partie de poker angoissante.  Seul un dialogue diplomatiquefranc est de nature à résoudre cet imbroglio.

L’Europe est mal prise, elle importe son gaz naturel de Russie et est à la base du coup d’état de Kiev…

La Crimée c’est sacré pour les Russes, aussi sacré que le Kosovo pour les Serbes. La majorité des habitants sont russophones. Un autre forumeur du NYT commenteThis reminds me of Catherine the Great's insistence on commanding the Crimea as an extension of her empire, wanting to access the Dardanelles and have command of the Black Sea's ports a major item. It was about water, not land or people. The Realpolitik being played out is that Putin needs Ukraine more than the reverse, AND LURKING IN HIS MIND IS THE CHINESE BORDER AND THE THREAT THAT IT PRESENTS.

Putin would let Ukraine sink into its debts, come wining home to mama Russia after being IMF'ed by the EU. Putin is no Alexander the Great. He's trying to keep the Ukraine from the West (US). The last thing he wants is cooperation. Working with the West involves openness and transparency. The old KGB spy master is still at work here.

The main port of the Black Sea Fleet - Sevastopol - is significant for Russians as patriotic symbol. Famous defense of Sevastopol sung by Leo Tolstoy in the mid 19th century, is one of the Russian most glorious military achievements and dearest memory for all Russians.
Russia maintains naval and aviation bases in Crimea and a naval base in Tartus, Syria which are vital to protecting Russia's legitimate right of maritime access to the Mediterranean Sea and, therefore, to Southern Europe, Africa, the Mid-Atlantic and the Suez Canal.

Cet internaute nous livre une excellente clef d’interprétation fondée sur l’angoisse du double front et la crainte ancestrale de la Chine.

Sébastopol et Tartous sont les points d’appui de la flotte russe et l’une des clefde tout l’appareil de défense de la Russie de Poutine.

L'accord intergouvernemental soviéto-syrien de 1971 permet l'implantation d'une base navale soviétique dans le port de Tartous. La 5e escadre opérationnelle soviétique y opère alors face aux forces navales de l'OTAN en Méditerranée, en particulier la 6e flotte de l'US Navy. C’est ce qui explique le soutien inconditionnel de Poutine à Assad.

Autrement dit, la crise qui s’est déclenchée à Kiev est de nature à provoquer,cent ans après la première guerre mondiale un conflit du même type. Si Poutine a quelques velléités tsaristes, en revanche la chancelière de fer n’a rien de commun ni avec la dame de fer britannique belliciste, ni avec l’empereur va-t-en-guerre Guillaume le second.

On finira par être obligé de l’apprécier : ruse de l’imprévisible.

MG  

 

Aucun commentaire: