samedi 22 mars 2014

Vague de protestation aux Pays-Bas contre Wilders qui veut "moins de Marocains"


Le Vif

Source: Belga

Le député anti-islam néerlandais Geert Wilders faisait face jeudi à une vague de protestations sans précédent après avoir promis à ses partisans qu'il ferait en sorte qu'il y ait "moins de Marocains" aux Pays-Bas



© Image Globe / KOEN VAN WEEL

Des centaines de plaintes ont été déposées jeudi contre M. Wilders et un des députés de son Parti pour la Liberté (PVV) a quitté le groupe parlementaire au lendemain de ces déclarations. "Le PVV est sur une pente glissante", a soutenu le député Roland van Vliet dans une lettre à Geert Wildersannonçant sa démission. "Il était temps pour moi d'avoir un examen de conscience au sujet de ce qui se passe avec le PVV", a soutenu M. Van Vliet: "votre déclaration d'hier au sujet de la communauté marocaine m'a amené à quitter le PVV et siéger en indépendant au parlement". Le parquet a pour sa part indiqué avoir reçu plus de 100 plaintes et signalé que plus de 500 personnes ont accusé M.Wilders de discrimination via le site internet de la police.

Une page Facebook intitulée "Je porte plainte contre Wilders" avait accumulé plus de 48.000 mentions "J'aime" jeudi soir. Le plus grand groupement de Marocains des Pays-Bas avait indiqué jeudi matin qu'il allait porter plainte contre M. Wilders. Mercredi soir à La Haye, à la suite d'élections municipales ayant vu son parti terminer second dans cette ville, Geert Wilders avait harangué ses partisans, leur demandant s'il voulaient "plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas". "Moins! Moins! ", ont scandé les partisans, ce à quoi Geert Wilders a répondu: "nous allons nous en charger".

Le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders se présentait mercredi dans deux villes des Pays-Bas: il a terminé premier à Almere, ville-dortoir à l'est d'Amsterdam, et second à La Haye, où siège le gouvernement. "Nous pensons qu'en visant un groupe particulier, Wilders est allé trop loin cette fois", a soutenu Habib El Kaddouri, un responsable de la Fondation pour les néerlando-marocains, se référant au procès dans lequel M. Wilders avait été acquitté en 2011 d'incitation à la haine. Les juges avaient estimé que le député ne pouvait pas être condamné car ses critiques étaient dirigées contre l'Islam, une religion, et non contre un groupe ethnique.

Connu pour ses formules incendiaires, Geert Wilders a par le passé comparé le Coran au Mein Kampf d'Adolf Hitler et qualifié l'Islam de religion fasciste. Lors de la campagne pour les municipales, M.Wilders avait plaidé pour une ville de La Haye avec "moins de Marocains". Il avait soutenu être habilité à poser la question en vertu de la liberté d'expression. La télévision privée RTL a pris publiquement position pour la première fois en 25 ans, le rédacteur en chef adjoint Pieter Klein assurant dans une lettre ouverte que Geert Wilders avait "vraiment dépassé les limites" et devrait en avoir honte.

Le rédacteur en chef de la radio BNR Sjors Fröelich a pour sa part indiqué comprendre maintenant les comparaisons entre Adolf Hitler et Geert Wilders, soutenant que ce dernier savait exactement ce qu'il faisait et souhaite faire l'objet d'un procès. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a lui aussi critiqué Geert Wilders, affirmant que ces propos "laissent un mauvais goût dans la bouche": "il a encore été trop loin".

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE TEMPS DES AMUSEURS

Le sujet est sensible aux Pays Bas. Pim Fortuyn disait : « de boot is vol ».

« Il fut assassiné par un activiste d'extrême gauche, militant de la cause animale, alors qu'il sortait des studios d'une station de radio à laquelle il venait d'accorder un entretien dans le cadre de la campagne électorale. Selon van der Graaf son assassin, il a commis cet assassinat pour « protéger les musulmans », que Fortuyn aurait  désignés comme boucs émissaires  et parce qu'il « visait les groupes les plus vulnérables » pour « en tirer parti » (Wikipedia)

On a parlé, autrefois de politique spectacle. C’est à nouveau dans l’air du temps, à l’américaine : Bart déguisé en panda, Elio en Walt Disney-ami public n°1De Haene en supporter du FC de BrugesVladimir en tsar,  Nicolas en indigné, Wilders en Wilders et Taubira en Taubira. Les journaux adorent, ça fait vendre du papier, les autres medias embrayent et les forums d’internautes éructent. Cela nous distrait des fins de mois difficiles, de la montée du chômage, de l’explosion démographique et de la retraite à septante ans.  Parler de Wilders, de Filip De Winter, c’est les faire exister, il le savent: ils ne vivent que de cela.

MG

 

QUAND MICHELLE EST PARTIE, BARACK FAIT DES BLAGUES

La Libre

 

Le président américain Barack Obama a profité de l'absence de sa femme, en mission en Chine avec leurs enfants, pour faire une brève incursion dans un programme humoristique de la télévision américaine. Une émission réputée présentée par Ellen DeGeneres, une véritable institution aux USA. Dans son Late Show, l'animatrice a en effet pour habitude d'inviter sur son plateau de grandes stars et de les piéger, ou tout du moins les "surprendre" en essayant de les mettre mal à l'aise. Le tout, sur le ton de l'humour évidemment!

Cette semaine, Ellen DeGeneres est parvenue à "inviter" le président américain dans son émission. Barack Obama ne se présentera certes pas en chair et en os sur le plateau. Mais parvenir à l'avoir en duplex depuis la Maison Blanche est déjà une réussite.

Quant à sa ligne, le président avoue avec une pointe d'ironie: "J'ai fait de l'exercice, j'ai mangé sainement: des bâtons de carottes... avec des chips".


 

FILIP DE WINTER: "J'ESPÈRE QUE WILDERS RÉPÉTERA SES PROPOS"

Le Vif


Le député flamand Filip De Winter (Vlaams Belang) soutient la déclaration sur les Marocains du Néerlandais Geert Wilders (PVV). "Moins de Marocains ? On va régler ça !" avait promis Wilders à ses militants à l’issue des élections. Le nationaliste s’adressera au Vlaams Belang ce week-end.



Filip Dewinter (au milieu) © Belga

Filip Dewinter estime qu’il ne faut pas nuancer les propos de Geert Wilders. Dimanche, Wilders sera l’invité d’un meeting du Vlaams Belang à Anvers. "J’espère qu’il répétera ses déclarations" a déclaréDewinter à la VRT.

"PAS RACISTE"

D’après DewinterWilders a raison. "Tout comme aux Pays-Bas, il devrait y avoir moins de Marocains à Anvers, et moins de Roms à Gand. L’Europe doit simplement prendre des mesures pour arrêter l’immigration massive depuis l’Afrique du Nord" a-t-il déclaré à la VRT.

Dewinter n’estime pas que les propos de Wilders soient racistes. "Il dit simplement ce que beaucoup de Néerlandais pensent, et cela peut être considéré comme raciste par ses opposants".

GOEBBELS

Aussi, Dewinter estime qu’il n’y a nul besoin de nuancer la sortie du nationaliste néerlandais. "Lorsque monsieur Wilders viendra parler au congrès du parti dimanche, j’espère qu’il répétera ses propos, et nous le soutiendrons pleinement".

En revanche, il trouve que la comparaison avec le ministre de la Propagande de l’Allemagne nazie Joseph Goebbels (établie par l’agence de presse allemande DPA, NDLR) est exagérée. "Chacun sait que Wilders est un démocrate, issu d’une famille libérale. On ne peut pas en dire autant pour Goebbels".

ANNEMANS ÉGALEMENT D’ACCORD

"Geert Wilders est libre de dire ce qu’il veut. Ce n’est pas à moi de déterminer ce qu’il peut dire ou non. Je ne suis d’ailleurs pas en désaccord avec lui" a déclaré le président du Vlaams Belang Gerolf Annemans.

Tout comme DewinterAnnemans ne voit pas d’inconvénients à ce que Wilders répète ses propos dimanche au meeting à Anvers. "Il serait grave que le président du Parti de la Liberté ne soit pas libre de dire ce qu’il veut" estime Annemans


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LES INTERNAUTES S’EN DONNENT A CŒUR JOIE

Michel Lambillon, internaute, commente :|

« Il est regrettable que seul le V.B. ose dire tout haut ce qu'un très grande majorité de citoyens belges, qui respectent les lois, travaillent, paient des impôts et ne sont absolument ni xénophobes, ni racistes, ni fascistes, pensent tout bas, sans oser l'exprimer, par crainte du terrorisme intellectuel instauré par les partis de gauche et la presse subsidiée qui est à leurs ordres. »

Maurice Joly en remet une couche : « Assez d'immigration non qualifiée dans un contexte de chômage endémique! C'est du réalisme de terrain, pas de la politique d'extrême droite! Faudra t'il attendre que la sécurité sociale tombe en faillite? »

Le Vif ne censure pas ce genre de post, bien au contraire, il sait que son lectorat s’en repaît.

MG

  

Aucun commentaire: