mercredi 23 avril 2014

Grand Baromètre: Milquet coiffe Reynders à Bruxelles

Le Soir

A 32 jours des élections, notre sondage trimestriel a interrogé les électeurs sur le Premier ministre et les ministres-présidents à venir. Voici les résultats.



© Belga.

Méthodologie


Le Grand Baromètre RTL Ipsos Le Soir a été réalisé du 8 au 15 avril 2014 par Ipsos. Il a été effectué auprès de 2640 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 1050 en Wallonie, 1041 en Flandre et 549 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale. Les interviews ont eu lieu via l’Ipsos On Line Panel. La marge d'erreur maximale, pour un pourcentage de 50% et un taux de confiance de 95% est de +/- 3,0 en Wallonie, +/- 3,0 en Flandre et de +/- 4,2 à Bruxelles.

Affiliations: ESOMAR, FEBELMAR.

Qui pour diriger les exécutifs au fédéral et dans les Régions après le 25 mai ?

A Bruxelles, le nouveau volet de notre sondage trimestriel met en avant une tendance : Joëlle Milquet (CDH) se profile comme la candidate favorite pour la ministre présidence. Elle dépasse Didier Reynders (MR), qui pointait en tête lors denotre précédent sondage. Laurette Onkelinx (PS) perd un point et descend du podium au profit de Didier Gosuin (FDF).


Pourquoi Joëlle Milquet est la ministre-présidente idéale des Bruxellois

Pas de changement en Wallonie et en Flandre

En Wallonie et en Flandre, les trios de tête restent inchangés.

Au sud du pays, Rudy Demotte (PS) reste le favori pour la ministre-présidence. Il devance Benoît Lutgen (CDH) et Charles Michel (MR).

Analyse: en Wallonie, Rudy Demotte tire l’Olivier vers le haut


Au nord du pays, Kris Peeters (CD&V) reste en tête, devant Bart De Wever (N-VA) et Bruno Tobback (SP.A).


Au fédéral, Maggie De Block s’affirme

Au fédéral, la tendance est également stable : Elio Di Rupo reste le favori des sondés pour la formation du prochain gouvernement. A nuancer suivant les Régions : s’il reste largement en tête à Bruxelles et en Wallonie, il y perd respectivement 7 et 4 points. Au profit de Maggie De Block, désormais plus demandée en Wallonie et à Bruxelles qu’en Flandre. Bart De Wever reste en tête au nord du pays. Elio Di Rupo y gagne deux points.

Analyse: au fédéral, Bart De Wever divise



>> Les détails et analyses dans Le Soir de ce mercredi (PDF)

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

CONSERVATISME ATAVIQUE


Chacun tirera ses propres conclusions.

La nôtre c’est que hormis Maggie De Block, on est prêt à voter pour les mêmes pour qu’ils recommencent. Plus un homme/une femme politique est exposé(e) aux medias, plus  il remporte de suffrages.  Elio Di Rupo est passé maître à ce jeu. On dira que cette règle ne vaut pas pour François Hollande. Reynders a encore beaucoup à apprendre dans ce domaine. Milquet a bénéficié des leçons de Elio. Bart De Wever semble plafonner à 33% en Flandre. C’est un chiffre clef. En effet le résultat capital sera celui de la N-VA celui qui conditionnera toutes les futures coalitions selon qu’il sera inférieur (Bart dans l’opposition) ou supérieur (Bart dans l’exécutif flamand et au fédéral) à trente%

On se réjouit que l’analyse porte sur toute la Belgique et pas seulement la francophonie.

Suspense.

Aucun commentaire: