mardi 8 avril 2014

Moscou met en garde contre le risque d'une guerre civile


AFP Le Vif



La Russie a appelé mardi les autorités ukrainiennes à cesser des préparatifs d'intervention dans les régions prorusses de l'Est, mettant en garde contre la perspective d'une guerre civile.

Le ministère russe des Affaires étrangères affirme aussi que des membres d'une société privée américaine participent à cette opération.

"Nous appelons à cesser immédiatement tout préparatif militaire, qui risque de déclencher une guerre civile", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué diffusé mardi, alors que la tension s'est brusquement aggravée depuis dimanche quand des manifestants prorusses se sont emparés de bâtiments officiels dans plusieurs villes de l'Est ukrainien.

"Selon nos informations, des unités des forces de l'Intérieur et de la garde nationale ukrainienne affluent dans les régions du sud-est de l'Ukraine, notamment à Donetsk, avec des combattants du groupe armé illégal PravySektor", un mouvement ultranationaliste ukrainien, déclare le ministère russe.

"La tâche leur a été confiée d'écraser par la force la contestation des habitants du sud-est du pays contre la politique des autorités de Kiev", ajoute la diplomatie russe.

"Le fait que participent à cette opération environ 150 spécialistes américains du groupe militaire privé Greystone, qui ont revêtu l'uniforme de l'unité (ukrainienne) Sokol suscite une inquiétude particulière", déclare le ministère des Affaires étrangères.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

IL Y A DE LA PROVOCATION DANS L’AIR


Mai 2014 risque bien de devenir une date majeure dans l’histoire du monde qui vient.

Chez nous d’abord : le triple scrutin (fédéral, régional et européen) risque de rejeter les socialistes dans l’opposition et provoquer l’éclatement du pays (De Wever exige de participer sans le PS aux gouvernements flamand et au gouvernement fédéral) Au niveau européen, le nouveau parlement pourrait êtreenvahi par les europhobes et en Ukraine les élections risquent de provoquer un chaos favorable à une guerre civile et un effet de contagion de celle-ci.

Sale temps pour la démocratie.

L’évocation de la guerre de 1914, celle de la guerre civile ruandaise et du génocide de 1994 donnent froid dans le dos.

Enfin cet entrefilet paru dans le Nouvel Obs n’est pas fait pour nous rassurer : leplus jeune combattant volontaire djihadiste en Syrie serait un jeune Bruxelloisissu d’une famille d’origine marocaine. Un vent d’irrationalisme  souffle sur nos contemporains. La parole des détracteurs de l’Europe  pèse plus lourd que celle de ses défenseurs ; la parole des populistes  nationalistes fait écho bien plus que celle des démocrates et celle du grand frère djihadiste au cerveau lavé par le salafisme a plus de poids que celle de l’enseignant.

Non tout ceci n’est guère rassurant.

MG

 



DJIHADISTE A 13 ANS

Nouvel Obs 


C’est le dernier buzz dans la « djihadosphère » internationale: le plus jeune volontaire à servir dans l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) – le plus cruel des groupes islamistes agissant en Syrie – n’est âgé que de… 13 ans. Younès Abaaoud, un jeune Belge de Bruxelles issu d’une famille d’origine marocaine, a rejoint la Syrie en janvier en compagnie de son grand frère Abdelhamid, 27 ans. Ce dernier, qui combat sous le nom de guerre d’« Abou Omar Soussi » assure que son petit frère ne prend pas part aux combats. Mais le sort du jeune garçon ne laisse pas d’inquiéter. Le groupe auquel les deux frères sont affiliés s’est fait remarquer le mois dernier par des atrocités commises lors de l’occupation de la ville d’Azaz, au nord d’Alep. Les islamistes avaient procédé à la décapitation de personnes soupçonnées d’être des militants kurdes



 

LA N-VA VEUT PRENDRE L'INITIATIVE DE FORMER UN GOUVERNEMENT FLAMAND

BELGA Le Vif



BELGIQUE

La N-VA veut prendre l'initiative de former un gouvernement flamand au lendemain des élections, et le parti veut absolument être dans le prochain gouvernement fédéral, a affirmé lundi soir le président de la N-VA, Bart De Wever, au cours de l'émission "Reyers politiek", la version vacances de "Reyers laat", sur la chaîne Canvas

M. De Wever a ajouté qu'il voulait empêcher l'exclusion de la formation nationaliste du pouvoir. "Nous nous trouvons dans une situation fort spéciale, peut-être à un tournant historique. Nous allons demander à l'électeur de nous accorder ce mandat et nous prendrons toutes les responsabilités que nous recevrons", a notamment dit le président de la N-VA. "Pour celui qui en doute, nous prendrons très volontiers l'initiative de former un gouvernement flamand et nous voulons aussi être de la partie au gouvernement fédéral. La plus grande faute que nous pouvons faire est de nous écarter du pouvoir", a-t-il ajouté.

Bart De Wever a par ailleurs jugé que l'identité était un facteur très important aux yeux de la N-VA pour former une communauté.

"Nous ne croyons pas au libéralisme, nous ne croyons certainement pas en l'État, nous croyons bel et bien en un groupe de gens qui sont soudés les uns aux autres, qui sont liés par leur sort parce qu'ils ont ensemble un lopin de terre, un passé commun, un modèle culturel qui les lie l'un à l'autre et parce qu'ils font ensemble une démocratie. Pour nous, c'est la Flandre", a-t-il dit.

 

Aucun commentaire: