mardi 22 avril 2014

Une musulmane porte plainte contre l'interdiction du burkini en Allemagne




L'accès à une piscine couverte de la ville de Constance lui a été refusé en juillet. L'affaire provoque un tollé au sein de la communauté turque outre-Rhin.

Correspondant à Berlin

Le burkini, cette combinaison de bain intégrale portée par certaines musulmanes pratiquantes, peut-il être interdit? Les juges allemands vont devoir se prononcer. Une jeune musulmane, Ela B., a décidé de porter plainte contre la ville de Constance, dans le sud de l'Allemagne après que l'accès à une piscine couverte de la ville lui a été refusé en juillet 2013. Son maillot, une burqa adaptée au bain, ne laissait apparaître que ses mains, ses pieds et son visage.

 

La jeune femme se défend de tout prosélytisme dans sa tenue. «Ce n'est pas un symbole, c'est mon droit», a-t-elle expliqué au journal local Südkurier. Pour justifier le fait que l'entrée lui ait été refusée, les responsables de la piscine ont avancé l'interdiction de tenues «intégrales» prévues dans le règlement intérieur. Une disposition prise initialement pour des raisons d'hygiène et pour éviter que les plongeurs professionnels ne viennent s'entraîner là. En réalité, c'est bien pour des motifs religieux que l'accès a été refusé. «Les clients pourraient se sentir menacés ou ne pas se sentir en sécurité en présence de vêtements compatibles avec le Coran», a expliqué un responsable de la piscine auprès des autorités de la ville: le burkini est associé à une pratique radicale de l'islam.

Le soutien organisé sur Internet

Au sein de la communauté turque, à laquelle appartient la jeune femme, l'affaire a provoqué un tollé. L'interdiction du burkini est vécue comme une atteinte à la liberté de religion. Sur Internet, le soutien s'est organisé.

Si l'affaire est exceptionnelle - il n'existe a priori pas d'autres cas similaires -, le port du burkini commence à susciter un débat en Allemagne. En septembre 2013, la cour fédérale administrative a été amenée à se prononcer sur un dossier similaire. Face au refus d'une élève de religion musulmane d'un collège de Francfort d'assister aux cours de natation, au prétexte qu'ils n'étaient pas compatibles avec les recommandations vestimentaires de sa religion, les juges ont considéré comme «acceptable» qu'elle porte une combinaison intégrale pour se baigner. La possibilité d'être exempté de cours pour des raisons religieuses ne peut être qu'une absolue exception dans une société pluraliste, a estimé la cour. Une étude de 2008 de la Conférence islamique allemande avait évalué que 3,5% des élèves musulmanes ne prenaient pas de cours de natation pour des raisons religieuses. En Allemagne, le port du voile est interdit dans certains Länder pour les enseignants. Les élèves sont en revanche libres de leurs tenues.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

EN ARRIÈRE TOUTE










Aucun commentaire: