samedi 3 mai 2014

1ER MAI INTERCULTUREL À TOUL


A Toul, ce jeudi, il n’y avait que le temps pour ne pas être à la fête !



Ce jeudi, dès midi, la place Henri-Miller en Ville-Haute a accueilli des centaines de visiteurs venus célébrer le 1er mai lors de la fête interculturelle.

Une journée pour se restaurer ensemble avec un mix de spécialités culinaires allant du pain turc aux crêpes bretonnes, du jambon braisé aux brochettes cambodgiennes en passant par la selle d’agneau.

Une journée également pour se distraire avec l’implication de 25 associations réunies, pour cette édition 2014, autour de la thématique de la musique... Et tout ceci, sans débourser un centime. Tel est l’esprit de cette fête pour tous.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

QUAND L’INTERCULTUREL DEVIENT CARICATURE

On dira que c’est sympa et bon enfant.

Mais bon sang, ce n’est pas cela l’interculturel, c’est carrément sa caricature.

Je ne jette pas la pierre à ses braves gens qui ont sortis leurs calicots artisanaux couleur arc en ciel, se sont goinfrés de crêpes au merguez en écoutant du raï ou des airs de saz et en buvant du saké. C’est certes honorable, mais cela ne moud point de grain, même si cela prêche les convertis. Quand comprendrons-nous que tout progrès de l’humanité fut et restera le résultat d’hybridations culturelles. La purification ethnique est un leurre et l’homogénéisation culturelle une aberration. J’ai eu beau chercher, je n’ai trouvé sur aucune affiche électorale, sur aucun tract le mot interculturel. Parlons-en de ces affiches ethniques qui à Bruxelles sont l’expression de la non intégration ou plus exactement du non dialogue interculturel. Le communautarisme pratiqué à outrance par le PS et le CDH pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte est carrément un pas dans la mauvaise direction.  

L’interculturel n’est pas problème, il est solution, dans tous les cas de figure, à commencer par le conflit entre Flamands et francophones dans notre pays. L’Europe sera interculturelle, c’est-à-dire cosmopolite ou elle ne sera pas. Le fondamentalisme religieux, l’intégrisme ethnique et le particularisme culturel nous conduisent tout droit à la désintégration.

MG

 

Aucun commentaire: