vendredi 30 mai 2014

La Russie appelle les Occidentaux à empêcher une «catastrophe» en Ukraine


La Russie appelle les Occidentaux à faire pression sur les autorités ukrainiennes pour arrêter l’escalade de la violence et le glissement du pays vers une «  catastrophe nationale  », a déclaré jeudi le ministère russe des Affaires étrangères.

«  L’opération armée que mènent les autorités ukrainiennes continue de faire des victimes  », a déclaré le ministère russe dans un communiqué, appelant Kiev à faire cesser la «  guerre fratricide  » avec les insurgés prorusses des régions de l’est du pays. «  Nous appelons de nouveau nos partenaires occidentaux à user de leur influence sur Kiev pour empêcher l’Ukraine de glisser vers une catastrophe nationale  », a-t-il ajouté.

La diplomatie russe a diffusé ce communiqué alors que se poursuit l’escalade de violence dans l’est de l’Ukraine, avec 12 militaires tués jeudi lorsque leur hélicoptère a été abattu par des insurgés séparatistes à Slaviansk. Des combats, et l’intervention de l’aviation lundi autour de l’aéroport de Donetsk, avaient fait une quarantaine de morts, essentiellement séparatistes.

La Russie appelle les Occidentaux à faire pression sur les autorités ukrainiennes pour arrêter l’escalade de la violence et le glissement du pays vers une «  catastrophe nationale », a déclaré jeudi le ministère russe des Affaires étrangères.

«  L’opération armée que mènent les autorités ukrainiennes continue de faire des victimes  », a déclaré le ministère russe dans un communiqué, appelant Kiev à faire cesser la «  guerre fratricide  » avec les insurgés prorusses des régions de l’est du pays. «  Nous appelons de nouveau nos partenaires occidentaux à user de leur influence sur Kiev pour empêcher l’Ukraine de glisser vers une catastrophe nationale  », a-t-il ajouté.

La diplomatie russe a diffusé ce communiqué alors que se poursuit l’escalade de violence dans l’est de l’Ukraine, avec 12 militaires tués jeudi lorsque leur hélicoptère a été abattu par des insurgés séparatistes à Slaviansk. Des combats, et l’intervention de l’aviation lundi autour de l’aéroport de Donetsk, avaient fait une quarantaine de morts, essentiellement séparatistes.

 

UKRAINE: LES SÉPARATISTES ABATTENT UN HÉLICOPTÈRE DE L’ARMÉE, 14 SOLDATS TUÉS

Afp


© MAXIM ZMEYEV/Reuters

Les séparatistes de l’est de l’Ukraine ont abattu un hélicoptère de l’armée ukrainienne près de leur fief de Slaviansk, tuant 14 soldats, a annoncé jeudi le président par intérim Olexandre Tourtchinov.

«  Je viens d’être informé que les terroristes ont abattu, près de Slaviansk, un hélicoptère qui transportait des militaires pour assurer la relève, à l’aide d’un lance-missile sol-air portatif russe  », a déclaré M. Tourtchinov devant le Parlement. «  14 soldats sont morts, dont le général (VolodymyrKoultchitski  », a-t-il ajouté.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MAIS OU EST DONC PASSEE L’OSCE ?

Les 4 observateurs de l'OSCE disparus en Ukraine ont été « interpellés » pour ne pas dire mis aux arrêts.

« Nous allons mettre au clair qui ils sont, où ils allaient et pourquoi, et nous les relâcherons", a déclaré  le "maire" de Slaviansk, bastion pro-russe de l'est du pays.



Le maire autoproclamé de Slaviansk, bastion pro-russe de l'Est de l'Ukraine, le 21 avril dernier. (AFP) 


« Nous leur avions dit de ne pas se déplacer pendant quelque temps, mais il y aeu ces quatre délégués téméraires qui selon l'agence russe, pourraient en fait se livrer à une mission de renseignement. » C’est insensé comme accusation et franchement insultant pour ces messieurs. 

L'OSCE basée à Vienne a annoncé mardi qu'elle avait perdu le contact avec une équipe de quatre observateurs - un Danois, un Estonien, un Turc et un Suisse - qui auraient été arrêtés dans la soirée de lundi par des séparatistes pro-russes à un point de contrôle.

Sont-ils les seuls agents sur le territoire ukrainien, quel est exactement la nature de leur mission ?l’opinion publique n’en sait rien.

Le président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le Suisse Didier Burkhalter, a demandé mercredi leur "libération immédiate et sans condition", qualifiant leur détention présumée d'"acte de sabotage des efforts internationaux pour aider L’Ukraine à surmonter la crise".

Ce président semble inouï de passivité et d’inefficacité et chacun de trouver la chose normale et de ne point qu’inquiéter quand c’est lui qui détient la seule clef diplomatique qui ouvre sur la réussite du processus de paix.

Comment empêcher en effet que cette guerre civile ne déborde et n’enflamme tout l’est européen. Il n’en faut pas beaucoup plus pour déclencher une troisième guerre civile européenne. Le président de l'OSCE avait  indiqué, lundi 3 mars, sa volonté d'envoyer une mission en Ukraine pour enquêter sur les incidents ayant eu lieu dans le pays.  La chancelière allemande Angela Merkel a demandé de son côté "d'établir une mission d'enquête ainsi qu'un groupe de contact, éventuellement sous la direction de l'OSCE, pour entamer un dialogue politique" sur l'Ukraine - proposition approuvée par la Russie - ; les ambassadeurs des pays-membres de l'OSCE se retrouvèrent lors d'une séance exceptionnelle à Vienne pour préciser le contenu des deux "missions" de l'organisme : l'une d'observation, déjà en cours d'organisation, et l'autre de médiation, qui n'a pas encore été définie, ce qui nous semble carrément ahurissant.

J’ai beau scanner la presse allemande je n’arrive pas à mesurer les raisons de ce flou diplomatique extrêmement préoccupant.

MG

 

POURQUOI CONFIER CETTE MISSION À L'OSCE ?

PARCE QUE C'EST UNE ORGANISATION NON MILITAIRE

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé qu'il n'était "pas trop tard" pour trouver une solution politique à la crise en Ukraine, et qu'il n'y avait "pas d'option militaire". L'OSCE fait figure d'organisme le plus adapté pour ce genre d'intervention pacifique. Sa fonction n'est pas militaire, à l'inverse de l'Otan. L'organisme est au contraire spécialisé en médiation politique. L'apaisement des conflits est sa principale mission et ses champs d'intervention sont les questions politico-militaires, économiques et environnementales, humaines (droits de l'homme, droits des minorités, liberté de la presse...).

PARCE QU'ELLE A PRÉCISÉMENT ÉTÉ CRÉÉE POUR RAPPROCHER L'EST ET L'OUEST

Née au début des années 70, en période de détente, l'OSCE, anciennement CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe), veut servir d'instance multilatérale de dialogue et de négociations entre l'Est et l'Ouest. C'est à l'organisation que l'on doit l'accord sur l'Acte final d'Helsinki, tentative d'amélioration des relations entre le bloc communiste et l'Occident, signé le 1er août 1975 par les Etats-Unis, l'Union soviétique, et 33 autres pays (majoritairement Européens). Post-guerre froide, la CSCE se réinvente avec de nouvelles institutions et des capacités opérationnelles permanentes. En 1994, changement de nom. La CSCE prend plus d'importance qu'une simple conférence et devient l'OSCE. 

A la différence de l'Otan, l'OSCE compte parmi ses signataires la Russie. Atout fondamental, selon la responsable de la communication, Natacha Rajakovic : 

Nous essayons toujours d'insister sur l'importance d'un dialogue inclusif, que ce soit en temps de crise ou pas.  Nous n'avons pas de moyens coercitifs, nous ne 'punissons' pas les pays en difficulté, mais nous essayons de faire en sorte que tout le monde se parle et trouve des moyens de coopérer."  

Le porte-parole d'Angela Merkel a souligné l'absence d'évaluation objective de la situation en Crimée.

PARCE QU'ELLE EST UNE GARANTIE D'OBJECTIVITÉ

Grâce aux observateurs de l'OSCE, la situation pourrait être analysée et ainsi mieux abordée. Il explique :  

Il y a beaucoup de rumeurs qui nous parviennent de Crimée mais ce qui nous manque, c'est une évaluation objective de la situation dans la péninsule."

L'OSCE n'en est pas à son coup d'essai. Depuis les années 90, elle a tenté de désamorcer plusieurs situations de crise, avec plus ou moins de succès. Alors que les conflits sécessionnistes font rage entre la Russie et des pays issus de l'éclatement de l'Union soviétique, l'Azebaïdjan, la Gérogie et la Moldavie, l'OSCE tente de faire tampon et d'apaiser les conflits en restaurant le dialogue. En août 2008,  un conflit ouvert éclate entre la Russie et la Géorgie. Grâce à la présidence Française de l'Union européenne (PFUE) et à la présidence en exercice finlandaise de l'OSCE, un accord de cessez-le-feu en six points est signé quelques jours plus tard. 

Là non plus, l'OSCE ne sera pas seule sur le terrain. Son président a demandé qu'un groupe de contact et de coordination, sur le terrain, soit crée pour les différentes organisations (ONU, OSCE, CE, OTAN). "Ce sera plus efficace. Il ne faut pas que chaque organisme mène sa barque de son côté", explique Natacha Rajakovic. Y aura-t-il donc une force unie sur place ? La chargée de communication de l'OSCE veut y croire : 

MÊME SI LA CRISE EST PARTICULIÈREMENT VIOLENTE, NOUS SOMMES FAMILIERS DE CE GENRE DE CONFLITS ET NOUS SAVONS LES RÉGLER. J'AI BON ESPOIR."

Barbara Krief - Le Nouvel Observateur

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PAS D’ACCORD

Plus le conflit s’enlise et moins Divercity croit en l’efficacité de l’OSCE dirigée par un président quasiment inexistant. Cela arrange Poutine et devrait exaspérer Merkel mais la chancelière reste de marbre. Comprenne qui voudra.

MG  

 

 

UKRAINE: 40 PERSONNES TUÉES DANS LES COMBATS À DONETSK

Vladimir Poutine a appelé à «l’arrêt immédiat de l’opération punitive de l’armée» en Ukraine.



Le président russe Vladimir Poutine a appelé mardi à «l’arrêt immédiat de l’opération punitive de l’armée» ukrainienne dans l’est du pays, en proie à d’intenses combats entre forces loyalistes et insurgés prorusses pour le contrôle de l’aéroport de Donetsk. Quarante personnes, 38 combattants et deux civils, ont été tués lors des combats qui opposent depuis lundi l’armée ukrainienne aux insurgés prorusses pour le contrôle de l’aéroport de Donetsk, dans l’Est séparatiste, a annoncé le maire de la ville.

Lors d’une conversation téléphonique avec le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi«Vladimir Poutine a souligné la nécessité d’arrêter immédiat l’opération punitive de l’armée dans les régions du Sud-Est et de mettre en oeuvre un dialogue pacifique entre Kiev et les représentants des régions» ukrainiennes, a indiqué le Kremlin dans un communiqué

 

 

Aucun commentaire: