lundi 19 mai 2014

Plus de 100.000 participants à la BelgianPride de Bruxelles


Le Vif

Source: Belga

Environ 100.000 personnes ont pris part samedi dans les rues de Bruxelles à la Pride4Every1 (Pride for everyone). La 19e édition de la parade bat ainsi celle de 2013, qui avait attiré 80.000 participants, a indiqué VisitBrussels, un des co-organisateurs de l'événement.



© Belga Image

Une semaine avant les élections régionales, fédérales et européennes, la Belgian Pride appelle à "Voter pour l'égalité". Les participants appellent ainsi les politiques à travailler à une égalité complète et à mener des actions concrètes contre l'homophobie, tant en Belgique que sur le plan international. "Ce qui était, il y a 19 ans, une fête pour la communauté Holebi et ses sympathisants, est devenu une fête de la diversité", expliquent les organisateurs de l'événement. "A l'époque, il n'y avait aucun politicien sur le podium. Aujourd'hui, quasiment tous les partis sont représentés. En Belgique, nous avons fait d'énormes progrès mais il reste du travail", notamment en ce qui concerne les co-pères et la discrimination envers les transgenres, poursuivent-ils.

Les organisateurs appellent dès lors les partis à se rassembler derrière trois exigences: une égalité complète, aucune forme de discrimination et des actions concrètes contre l'homophobie, tant au niveau régional que fédéral et international, alors qu'à l'heure actuelle, l'homosexualité est toujours punissable par la loi dans 72 pays.

La 19e édition de la Belgian Pride, qui se déroule ce samedi dans les rues de Bruxelles, est le point d'orgue du Pride Festival qui a débuté le 2 mai dernier. Celui-ci a attiré quelque 10.000 participants ces deux dernières semaines. 



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE LOBBY GAY ET LE LOBBY TURC


 

Cette manifestation de masse à huit jours des élections est tout sauf innocente et bon enfant. Elle constitue l’expression politique du courant gay-holebi qui de plus en plus prend des allures de communautarisme militant. Le lobby turc ne réunit pas 100.000 militants sur le pavé bruxellois mais exhibe des milliers d’affichettes sur les vitrines des commerçants d’origine turque dont certaines affublées d’un  foulard islamiste « un nouvel épisode dans la dérive communautariste du CDH bruxellois ».  Il est bien connu que les Belges d’origine turque  ne votent que pour de candidats turcs quelle que soit leur appartenance politique.

Le communautarisme est la maladie de vieillesse de la démocratie.

C’est l’exact contraire du cosmopolitisme interculturel.

MG

 

ALAIN DESTEXHE DÉNONCE LA DISTRIBUTION D’UN TRACT DU CDH EN TURC

La Libre Belgique

Le député Alain Destexhe (MR) s’est insurgé dimanche de la distribution d’un tract électoral en langue turque par le CDH dans les communes bruxelloises de Saint-Josse-ten-Noode et de Schaerbeek, y voyant « un nouvel épisode dans la dérivecommunautariste du CDH bruxellois ».



Archives Belga

Selon M. Destexhe, ce tract en turc appelle à voter pour les têtes de listes du CDH, dont les ministres fédérale de l’intérieur, Joëlle Milquet, et régionale Céline Frémault« Ce type de procédé est inadmissible. Il témoigne de l’échec de l’intégration puisqu’il faut s’exprimer en langue turque pour toucher des électeurs belges », a indiqué le député libéral dans un communiqué. M. Destexhe y voit « un nouvel épisode dans la dérive communautariste du CDH bruxellois ».

« Mme Milquet et le CDH franchissent un pas supplémentaire », ajoute-t-il, en mentionnant le fait que le parti humaniste « a fait entrer la première élue voilée dans un parlement européen ». Il a également rappelé des propos tenus en octobre 2012 sur Maghreb TV par Mme Milquet affirmant qu’il fallait « adapter un peu nos pratiques dans les écoles ou les horaires de piscine, pour que les femmes puissent nager ensemble (…) c’est une question de respect ».

Selon le député MR, c’est la première fois qu’un tract d’un parti traditionnel appelle ouvertement à voter pour ses trois têtes de liste, dont la vice-Première ministre, dans une langue étrangère. « Les Belges d’origine turque sont abordés dans une langue qui n’est ni une langue nationale, ni une langue officielle en région de Bruxelles-Capitale », écrit-il.

M. Destexhe a enfin demandé au président du CDH, Benoit Lutgen, de se prononcer sur ce qu’il qualifie de « nouvelle dérive de sa vice-Première ministre ».



 

 

Aucun commentaire: