samedi 7 juin 2014

MERKEL APPELLE POUTINE À ASSUMER SA RESPONSABILITÉ POUR RÉSOUDRE LA CRISE UKRAINIENNE


Le Vif

Source: Belga
La chancelière allemande Angela Merkel a appelé Vladimir Poutine à assumer sa "grande" part de responsabilité dans la résolution de la crise ukrainienne, lors d'une rencontre avec le président russe vendredi, en marge des commémorations du débarquement allié en Normandie.



Angela Merkel et Vladimir Poutine. © Reuters

Vladimir Poutine et Angela Merkel se sont retrouvés dans un hôtel de Deauville en Normandie, affichant ostensiblement une grande froideur devant les photographes, avant de s'enfermer pour une heure de discussions à huis-clos exclusivement consacré à la situation en Ukraine, deux mois après l'annexion de la Crimée par la Russie. "La chancelière a exprimé sa conviction, qu'après l'élection présidentielle internationalement reconnue, le temps doit être utilisé pour atteindre une stabilisation de la situation en particulier dans l'est de l'Ukraine. La Russie doit dans ce domaine assumer sa grande responsabilité", selon un communiqué de la chancellerie allemande.

"Poutine et Merkel se sont entièrement concentrés sur l'affaire ukrainienne, sur la recherche d'une solution ukrainienne", a indiqué de son côté Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, cité par l'agence de presse russe Interfax. "La conversation a essentiellement porté sur la recherche de solutions et de compromis, et non pas sur leurs différences de points de vue", selon le porte-parole.

Après leur entretien, les deux dirigeants ont rejoint les autres chefs d'Etat et de gouvernement pour un déjeuner au château de Bénouville, à environ 70 km de Deauville. Vladimir Poutine y a eu un entretien avec le président ukrainien élu Petro Porochenko, selon l'entourage du président français François Hollande. M. Poutine et Mme Merkel étaient arrivés vers 11H10 par deux entrées séparées du Normandy Barrière, un grand hôtel de Deauville.

Les conditions de sécurité étaient très strictes. Seuls des journalistes russes et allemands dûment accrédités ont été admis dans l'hôtel et ont pu assister la poignée de main entre les deux dirigeants échangée dans une atmosphère ostensiblement glaciale. Angela Merkel et Vladimir Poutine avaient déjà évoqué la situation en Ukraine par téléphone mardi, se prononçant "pour la mise enoeuvre de mesures coordonnées en vue d'une désescalade dans la crise", selon un communiqué du Kremlin. "Les négociations Russie-UE-Ukraine sur la problématique des livraisons de gaz naturel ont aussi été évoquées", avait-il ajouté.

M. Poutine, qui rencontre des dirigeants occidentaux pour la première fois depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, a également évoqué la question ukrainienne jeudi lors d'un entretien à Paris avec le premier ministre britannique David Cameron, puis d'un souper avec le président français François Hollande à l'Elysée.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

ON SE SERAIT CRU AU CONGRES DE VIENNE DE 1815 


Ils étaient tous là, pour célébrer le 70ème anniversaire de l’événement majeur du XXème siècle, le débarquement sur les côtes normandes des troupes aillées des libérateurs. Ce fut prétexte au ballet diplomatique le plus spectaculaire depuis le célèbre congrès de Vienne qui décida du sort de l’Europe après l’effondrement de l’Empire napoléonien. Sauf qu’ici il s’agissait  non pas du dépeçage d’un empire en l’occurrence le russe mais de son « containment » en vue d’arrêter ce que d’aucuns regardent (à tort, selon nous) comme une tentative d’invasion de l’Europe par les Russes.  

La détente est en vue. La détente et le dialogue interculturel (deux civilisations se font face) c’est le seul joker qui reste quand la tension est montée à un niveau extrêmement menaçant. « Détente, entente et coopération » c’était la doxa de De Gaulle qui rêvait d’une Europe de l’Oural à l’Atlantique de préférence sans les Anglais. Il y a fort à parier que la conversation à huis clos entre Angela Merkel et Vladimir Poutine qui paraît-il s’insupportent mais se parlent sans interprète - est un moment clef de ce vaste ballet de figurants où Mathilde, Elisabeth II et Maxima auront fait acte de simples  figurants.

Et tandis que les « grands » de ce monde s’en retournaient dans leurs capitales respectives, le très énergique Petro Poroschenko prêtait serment de défendre en sa qualité de président élu la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine tout en annonçant sa volonté de demander l’adhésion de son pays à l’Union européenne.  Les Ukrainiens se sont choisi pour président un homme de caractère qui ne craint pas de s’opposer à l’ambitieux maître du Kremlin.  Au risque de nous répéter, nous somme obligés de poser la question essentielle : mais que fait donc l’organisation de la sécurité et de la coopération européenne chargée d’agir en tant que médiateur tampon entre les « belligérants » ?

MG



VEREIDIGUNG DES NEUEN PRÄSIDENTEN: POROSCHENKO STREBT EU-MITGLIEDSCHAFT FÜR DIE UKRAINE AN


REUTERS

Die Ukraine soll Mitglied der EU werdenDas hat der neue PräsidentPoroschenko bei seiner Amtseinführung bekräftigtZugleich machte er denAnspruch auf die von Russland annektierte Halbinsel Krim deutlichversprachaber auch den Menschen in der Ostukraine mehr Souveränität.

Kiew - Petro Poroschenko ist als fünfter Präsident der Ukraine vereidigt worden.Der 48-Jährige schwor im Parlament in der Hauptstadt Kiew seinen Amtseid."Ich verpflichte michmit allen Mitteln die Souveränität und Unabhängigkeitder Ukraine zu verteidigen", sagte er.

In seiner Rede nach der Vereidigung machte er seinen prowestlichen KursdeutlichEr werde schon bald den wirtschaftlichen Teil desAssoziierungsabkommens mit der EU unterzeichnensagte erEr sehe dasAbkommen als einen ersten Schritt zu einem Beitritt zur Europäischen Union."Es ist die Zeit gekommeneine neue und moderne Ukraine zu errichten", sagtePoroschenko.

Die Gäste im Parlament erhoben sich von ihren Sitzen und applaudierten demPräsidenten bei seinem Bekenntnis zu Europa. Niemand habe das Recht, die Ukraine auf ihrem Weg in die EU zu störensagte Poroschenko.

Poroschenko versprach aber auch den Menschen in der Ostukraine mehrSouveränitätEr nannte dabei das Recht auf die Verwendung der russischenSprache und eine Dezentralisierung der Macht zugunsten stärkerer Befugnissefür die Regionen.

POROSCHENKO BIETET SEPARATISTEN FREIEN ABZUG AN

Poroschenko machte dabei deutlichdass seine Dialogbereitschaft Grenzenhabe"Mit Gangstern und Mördern zu sprechenist nicht unser Weg", sagte er.Die Ausrichtung der Ukraine in Richtung der Europäischen Union sei nichtverhandelbar.

Poroschenko kündigte an, er wolle in den Osten des Landes reisen, um dort imRaum Donezk einen Friedensplan vorzustellen. Die Kämpfe zwischenRegierungstruppen und prorussischen Separatisten in der Ostukraineüberschatteten die AmtseinführungZur Lösung des Konfliktsbot Poroschenkoden Separatisten Zugeständnisse an. Er forderte sie auf, die Waffenniederzulegen, und sicherte "denjenigen, die kein Blut an den Händen haben",im Gegenzug Immunität und einen freien Abzug nach Russland zu. "Ich willkeinen Krieg, und ich will keine RacheIch möchte Frieden, und ich möchte,dass es zum Frieden kommt", sagt er.

Eine Föderalisierung des Landeswie sie prorussische Separatisten vorschlagen,lehnte Poroschenko in seiner Rede ausdrücklich ab. Er sprach sich zudem fürbaldige Neuwahlen eines Parlaments aus.

Moskau schickt Botschafter zur Vereidigung

Gäste der feierlichen Zeremonie waren neben Bundespräsident Joachim Gauckauch US-Vizepräsident Joe Biden und EU-Ratspräsident Herman Van Rompuy.Russland war mit seinem Botschafter vertreteneine direkte Einladung an Putin war nicht ergangenInsgesamt nahmen Würdenträger aus mehr als 50 Ländernan der Vereidigung teil.

Poroschenko hatte die Wahlen Ende Mai auf Anhieb deutlich gewonnen. Der als"Schokoladenkönigbekannte Unternehmer hatte 54,7 Prozent der Stimmenerhalten. Die russisch geprägten Regionen hatten den Urnengang zum großenTeil boykottiertSie erkennen Poroschenko nicht an. Auch Russland sprachbisher nur von Respekt für die Wahl des ukrainischen Volkes und nicht - wievom Westen gefordert - von einer Anerkennung des Ergebnisses.

mmq/Reuters/AP/dpa

 

Aucun commentaire: