dimanche 15 juin 2014

RACHIDA AZIZ, MOE MAAR NIET MOEGESTREDEN


Als je jezelf hebt opgegevendan is alles wat daarna komt bonus’

 Griet Pletsfoto’s Zaza Bertrand

Ik geloof er niet meer in’, schreef ze vorig weekend in deze krant, en zebedoeldedat racisme binnenkort verdwijntHet was de noodkreet van eenvrouw met evenveel gezichten als de straat waar ze haar modewinkel heeft:Rachida Aziz, ontwerpsterfeministeactiviste.


 ‘Onze samenleving is in vrijeval.’Griet Pletsfoto’s Zaza Bertrand



‘Opmijn 16de was ik verloofd, op mijn 18de getrouwd en pas op mijn 25ste ben ik weer wakker geworden’ zaza bertrand

De bloemenwinkel blijkt de grensErachter wordt de Dansaertstraat zoals u haar imodemagazines ziet: hip, clean en duur. Maar hier, in het kleine stukje tot aanhet Kanaalklopt nog haar oude zielOntwerpers hebben ook de weg gevonden,natuurlijk, maar ze zijn voorlopig nog een minderheidGedoogd door de voedingswinkels en snackbars die de toon zettenZo rustig als het op een zomerse dag in dat andere deel is, zo vief en druk is het op de middag hier‘Il ne faut pas payer, madamezegt de straatveger die me naar geld ziet grabbelen:parkeren blijkt enkel betalend aan de overkant – ook dat is Brussel.

Het had nergens anders kunnen zijnwist Rachida Aziz (42) toen ze een jaar of vijf geleden een pand zocht voor haar modewinkel. Trendy kleren voor vrouwen die willen kiezen wat ze laten zienwou ze makenniet alleen, maar zeker óók voor moslimvrouwen, met en zonder hoofddoekEn waar beter, die winkeldanop dit kruispuntletterlijk en figuurlijk?

Maar het Dansaert Centrum, dat jonge ondernemingen steuntzag dat anders. ‘Dat ik hier mijn plaats niet had, zeiden zeDat ik met mijn doeken en kleren aan de andere kant van het Kanaal moest zijn, in MolenbeekAlsof dit geen plekvoor mijn “publiek” is. En alsof ik niet net zo goed erkenning als designer wil.Maar ik kreeg dus geen hulp, van een centrum dat nota bene wordt gesubsidieerd.’

Ze ging zelf op zoekvond een pand – en toen opnieuw een muur op haar pad. Want de eigenaar wou niet aan ‘Marokkanen’ verhurenHij wou een chique ontwerper in zijn huiseen naam bij wie (toen nog) prinses Mathilde graag zou shoppenRachida vroeg een Vlaamse vriend het huurcontract te tekenen – en vier jaar later kwam Mathilde op bezoek.

‘De eigenaar is intussen bijgedraaidik heb hem toen, met dat bezoekvoor het eerst gezienZo gaat het zo vaakmensen leren je kennen en dan zeggen ze: “Maar jij bent niet als al die anderen.” Het is een begin, maar erg wrang ookIkgeloof niet dat racisme een kwestie van onwetendheid is, zoals vaak wordtgezegdAlsof het verdwijnt als we elkaar maar goed genoeg leren kennenDatis belangrijkdaarom zit ik hier, in het lappendeken dat dit stukje Brussel is, maar discriminatie is in dit land een structureel probleem. En er is geen enkelewil bij overheid en politici om daar wat aan te doen. We doen het barslecht,zeggen alle internationale rapporten, en het wordt steeds erger.’

Ze wordt er moe van, schreef ze een week geleden in een opgemerkte opinie indeze krant. Moe van het voortdurende vechtenelke ochtend opstaan en denken:welk slecht nieuws dit keer? Moe van praktijktests en quota die er zoudenkomenjaren geleden al, en intussen weer zijn afgevoerd. ‘Ik geloof er niet meerin’, was haar trieste balans – niet eens lichtjes gechargeerdzegt ze vijf dagenlater. ‘De kloof in het onderwijs wordt steeds groterer wordt niets gedaan aandiscriminatie op de arbeids- en woningenmarkt. Hoe kun je beterschap verwachten als diversiteit in bedrijven op geen enkele manier ...

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

CHECK POINT CHARLY

 

Il y a quelques années, le Kunst festival avait installé un véritable Check-point Charlie au milieu du pont qui sépare l’élégante rue Dansaert de la très populaire chaussée de Gand. C’était une manière d’user d’une métaphore audacieuse pour rendre visible « le mur de Berlin » qui sépare le quartier des créateurs de mode à la flamande des ghettos molenbeekois.

Les guérites ont été démontées, la barrière métaphorique retirée, le mur culturel est demeuré infranchissable. Azira a le très grand mérite de tenter de faire sauter ce verrou. Sa démarche hardie et sympathique ( Ik vind het spijtig dat de gemeenschappen zo sterk gescheiden zijn in Brusselparticipe de la dynamique interculturelle.

 

 

AZIRA : UNE MODE ÉTHIQUE POUR TOUTES LES FEMMES

 



Rachida Aziz, styliste engagée pour les femmes musulmanes modernes 

A tout juste la trentaine, Rachida Aziz est une jeune styliste déjà renommée et pour cause sa démarche est aussi singulière et qu’impliquée. Cette jeune femme belge d’origine marocaine a fait de sa mode un acte d’engagement et changement en faveur de l’émancipation des femmes musulmanes occidentales, actives et modernes. Rencontre avec une styliste au caractère bien trempé. 

L’emplacement de sa boutique située à mi-chemin entre le quartier Antoine Dansaert, le haut lieu de la mode à Bruxelles et le quartier de Molenbeek, à forte population immigrée, n’a déjà pas été choisi au hasard. Derrière la vitrine aux teintes naturelles bariolées, Rachida Aziz nous accueille, dans cet espace qu’elle veut un pont entre les communautés qui se croisent mais ne se parlent pas toujours. 

En 2008, elle lance sa marque de vêtement destinée aux femmes occidentales, européennes actives et musulmanes. Partant du constat que ces femmes éprouvaient des difficultés à trouver des vêtements alliant modernité et respect de leur éthique spirituelle, elle crée des vêtements modulables au service de la femme, musulmane ou non. Par jeu de couches et des superpositions, elle dispose des étoffes qui puissent correspondre aux besoins des femmes de couvrir telle ou telle partie de leur corps selon le moment de la journée et les circonstances (travail, famille, sorties).

CENTRUMSTAD. RACHIDA AZIZ

De Standaard

Rachida Aziz ontwerpt mode voor zelfbewuste vrouwen, met of zonderhoofddoekTussendoor brengt ze mensen uit alle lagen van Brussel samen.'Vroeger dacht ik veel meer dat er een lot was dat alles bepaalde. Nu weet ik datje ook veel zelf kunt sturen.'Door Katrien Steyaertfoto's Johan Jacobs

WAAROM BRUSSEL? 'Brussels is meHet is een multiculturele stad zondercomplexen over haar identiteit. Het hele debat over een onafhankelijkVlaanderen of de taalproblematiekdaar zitten we hier niet mee. Je kunt hiergerust een meerlagige identiteit hebben, van de ene in de andere cultuur vallen, en dat geeft me veel energieIk ga soms vier keer per week naar een cultureelevenement en achteraf zit ik altijd met het meest diverse gezelschap aan tafel.We luisteren naar elkaar en voeden elkaar. Ik ben in Brussel al veelgelijkgestemde zielen tegengekomenmensen die hun maatschappij ook vanonderuit willen opbouwen en zien groeienHet is misschien heel idealistisch, maar ik zal die gedachte nooit opgeven.'

IS HET SOMS GEEN GEVECHT? 'Toch wel. Ik vind het spijtig dat degemeenschappen zo sterk gescheiden zijn in Brussel. Daarom vond ik het zobelangrijk om mijn winkel te openen in de Dansaertwijk: je hebt hier deontwerpers, maar ook de zwaksten van de stadaan de overkant van het kanaal.Vorige zomertoen het hier onrustig was in Molenbeekverzamelden mensenhier bij mijDat wil ik ookdat dit een plek wordt om samen te komen en actiete voeren tegen het onbegrip en de stigmatisering.'

AZIRA IS MEER DAN EEN WINKEL? 'Absoluut. Ik organiseer zondagsebrunches, als een soort denktank voor mensen van alle socialepolitieke ofculturele strekkingen, maar ook tentoonstellingen en optredensLaatst was hiernog een islamitische gospelgroepDan zijn er drankjes en dessertjesik zie datmensen kaartjes uitwisselen en dat er vonken voor nieuwe projecten ontstaan.Dat ik zo'n gemengd publiek kan aantrekken geeft veel voldoening, want datkan het verschil maken.'

Hoe komt het dat u dat luktdenkt u? 'Omdat ik zo'n sterke wil heb. Ik denkdat ik die altijd gehad heb, maar hij is lange tijd binnenskamers geblevenOp school in Antwerpenwaar ik ben opgegroeidwerd ik zo erg gepest dat ik elkeavond huilend thuiskwam. (…)

 

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

TRIO INTERCULTUREL POUR TROIS INSTRUMENTS A VOIX GRAVES, AU BELGA CE MATIN

 

J’avais rendez-vous avec une amie d’origine maghrébine. Je ne l’avais plus vue depuis longtemps. Elle me paraissait un peu triste ce matin. Quelques fils blancparcouraient sa belle chevelure noire. Surtout, il y avait comme une ombre dans son beau regard sombre.

Habillée sobrement, elle portait des couleurs un peu ternes. À peine avions nous amorcé notre conversation que nous fûmes interrompus par l’arrivée d’un de ses amis, un homme jeune au teint basané, vêtu avec recherche et parlant avec élégance. Il se trouve que, par un hasard surprenant, je le connaissais également. Aussitôt, il se mit à parler de Divercity.be en me faisant comprendre que plusieurs personnes de son entourage le suivaient assez régulièrement, certains le regardant comme une référence dans le débat interculturel.  J’en fus ravi et étonné. J’étais loin d’imaginer que ce blog puisse avoir un quelconque écho. Jen ressentis aussitôt comme un surcroît de responsabilité et rougis de m’être quelquefois laissé aller à des papiers d’humeur.

Il se remettait de quatre mois de campagne électorale. Il en sortait ni député, ni dépité mais serein. Et d’évoquer ensemble la problématique du vote ethnique,une pratique où excelle la communauté turque qui en abuse. Assurément, elle n’est pas la seule. Il semble que, de façon globale, il soit difficile pour un candidat défendant des valeurs de caractère laïc, ce qui est son cas, de s’imposer parmi la cohorte des candidats ethniques. Et d’ajouter combien il est impératif de maintenir cette ligne « éthique » pour ne pas tomber dans la démagogie. La conversation glissa ensuite vers la problématique de l’enseignement. Nous nous accordâmes pour estimer que le rôle de l’école est franchement sous-estimé par nos hommes et nos femmes politiques, quoiqu’ils puissent affirmer au demeurant. Il serait temps que l’on se rende compte enfin combien est essentiel le rôle du coaching auprès d’enfants ne bénéficiant pas d’une très bonne connaissance de la langue de l’école. On évoqua largement l’efficacité du tutorat organisé par l’ULB en insistant sur le fait qu’il serait sans doute judicieux de mettre moins l’accent sur un apprentissage des matières et d’accorder davantage d’importance à l’entraînement des aptitudes mentales. De fait, la présence de plus en plus massive de l’informatique au sein des écoles implique un changement global d’attitude des enseignants, tel que nous l’avons montré à propos de l’article de Marcel Gauchet dans Libération.

Fatima était tout à fait de cet avis, elle qui enseigne à des débutants, en Promotion Sociale, dans une commune à forte densité d’élèves d’origine immigrée. Pourtant, elle fit valoir, avec une certaine tristesse, qu’elle-même élève brillante en primaire et excellant dans le secondaire, avait fini par abandonner ses études supérieures avant d’être diplômée. Beaucoup de jeunes gens et de jeunes filles de sa génération, dit-elle, sont dans le même cas, surtout parmi les filles. Elle se demandait pourquoi tant de jeunes femmes de sa génération étaient confrontées avec ce problème. Elle en vint à parler de sa famille et du rapport extrêmement difficile qu’elle entretenait avec elle, surtout avec sa mère qui semblait  la rejeter au profit de ses sœurs et de ses beaux-frères parfaitement formatés par rapport aux valeurs traditionnelles telles qu’elles sont pratiquées dans les familles musulmanes de Bruxelles, de Belgique et d’Europe, j’imagine. Il est vrai que cette jeune femme n’est pas mariée, n’a pas d’enfants, ne porte pas le voile et ne se conforme pas aux prescrits alimentaires et vestimentaires qui ont cours dans sa famille musulmane.  

Mais pourquoi donc a-t-elle décidé de vivre ainsi ? L’homme qu’elle a choisi comme compagnon partage ses valeurs. Lui aussi est issu de l’immigration, mais il a rompu radicalement avec les traditions de sa famille pour se jeter corps et âme dans l’étude des sciences naturelles.  Il n’est pas facile, dit-elle, de choisir ce chemin, le chemin de la liberté, de l’autonomie et de la prise en main de soi. Il est semé de pierres sur lesquelles on bute. Il arrive qu’on se déchire les pieds et que l’on perde courage. Il a beau être rude et semé d’embûches, il est séduisant ce chemin et surtout quand on considère qu’il n’y en a pas d’autres. À cela son interlocuteur maghrébin confirma qu’il n’était pas vraiment confortable d’adopter et de défendre des valeurs laïques lorsqu’on évoluait dans un environnement musulman.  

Mais, il ajouta que le moteur qui le poussait à agir de la sorte était animé par un carburant nommé « la dette ». Quelle dette ? « La dette contractée à l’égard de l’enseignement qui nous a fait ce que nous sommes devenus. » Et les deux autres interlocuteurs d’abonder dans son sens.

Il ne faut être ni savant ni prophète pour constater et pour comprendre que ces deux êtres exceptionnels sont devenus ce qu’ils sont grâce à l’enseignement de qualité dont ils ont bénéficié dans leurs écoles respectives où ils ont eu la chance de croiser des enseignants de talent et d’une haute rigueur morale.

C’est cela, selon eux la dette qu’ils entendent aujourd’hui rembourser à la société en faisant bénéficier à des plus jeunes le privilège dont ils ont pu jouir. Cette conversation tonique m’a complètement revigoré et encouragé à poursuivre mes réflexions dans la ligne de DiverCity.

Trois Bruxellois, trois itinéraires différents mais une passion commune pour Bruxelles et son climat cosmopolite. Sans doute n’est-ce pas tout à fait par hasard que nous nous sommes rencontrés ce-matin dans un lieu emblématique de la capitale appelé le Belga parmi des Bruxellois de toutes origines de toutes les ethnies, lisant des journaux italiens allemands anglais, français, flamands, tapant sur des laptops reliés avec le monde entier. 

Par cette matinée de juin, le Belga, microcosme de la société bruxelloise cosmopolite, fonctionne comme un creuset d’interculturalité. Il n’est pas difficile d’échanger entre personnes ayant des itinéraires très contrastés pourvu qu’on partage la même langue et la même ouverture. L’un d’entre nous évoqua le récit d’une jeune femme ougandaise brillante universitaire bruxelloise qui par respect pour son père,vétérinaire de profession, ne fréquente que des hommes et des femmes issues de sa communauté. On s’en émut fortement. Je lui fis remarquer que ce réflexe, s’il semble stérile, peut se comprendre

Et d’évoquer le récit tragique de la vie deStephane Zweig, jeune Viennois bon teint issu de la meilleure bourgeoisiehabitué des cafés cosmopolites et des conversations avec les artistes les plus talentueux de la capitale de l’empire austro-hongrois . Il fut catastrophé lorsqu’il sentit monter la menace de l’invasion de sa chère Autriche-Hongrie par les nazis. Quatre ans avant l’Anschluss, il décida d’immigrer vers Londres. Il s’sentit rapidement regardé comme une sorte d’espion suspect parlant la langue de l’ennemi. Il en éprouva une grande tristesse et un profond malaise. En 1938, lorsque Hitler envahit l’Autriche, il comprit qu’il n’avait plus de patrie, son passeport étant définitivement périmé. Ce sentiment le désespéra, il tenta de trouver refuge au Brésil dans une communauté où vivaient quelques Autrichiens et où il pouvait parler sa langue. Rien n’y fit. Il avait perdu ce qu’il avait de plus précieux : sa merveilleuse patrie austro-hongroise et sa langue de création, son medium de culture et d’écriture. Jamais il ne s’en consola et il finit par se suicider avec sa jeune épouse. Il est vrai qu’il est tentant de se rapprocher de sa communauté culturelle lorsque l’on ressent un profond mal-être.

En quittant mes deux interlocuteurs je ressentis le très grand plaisir de la communion mais aussi une vraie tristesse pour l’isolement que je ressentais chez eux. Il n’est pas facile de s’écarter des rails, de quitter la route et d’emprunter son propre chemin

Ce sont, à même titre que Rachida Aziz, des pionniers, des explorateurs qui seront capables tôt ou tard de conduire les troupeaux « communautarisés » vers d’autres pâturages. Troupeaux ? Le mot est dur, extrêmement péjoratif et pourtant je n’en vois pas d’autres : "La semblance des dénégateurs est comme de mener un bétail à grands cris qui n'attend que l'appel ou l'invective: sourds, muets, aveugles, incapables sont-ils de raisonner." (Jacques Berque Essai de traduction du Coran P 48)

Ce sont des troupeaux entiers qui s’égarent et qu’il convient de ramener vers le droit chemin. Encore faut-il savoir par où il passe le droit chemin.

MG

 

"ANATOLIA RHAPSODY" DE KENAN GORGÜN

Edmond Morrel


 Ecoutez Kenan Gorgun au micro d’Edmond Morrel (85.8 Mo)


"anatolia rhapsody" de kenan gorgün (vents d’ailleurs)

Nous avons rencontré Kenan Gorgün à l’occasion de la publication du premier volume de ce qui sera une trilogie, "Anatolia Rhapsody". Ce récit hors normes apporte un regard d’écrivain sur l’immigration turque en Belgique dont on commémore le cinquantième anniversaire. Appartenant à la deuxième génération, Gorgün aborde - pour la première fois dans son oeuvre de cinéaste et d’écrivain - un vécu qu’il nous restitue dans toute sa vérité et sa complexité. En filigrane, le portrait émouvant et sensible de son père et de sa famille emprisonnés dans la nostalgie et l’"exil immobile".

On dit parfois que seule l’écriture littéraire dévoile vraiment la part de l’indicible : Gorgün en fait une bouleversante démonstration.

Edmond Morrel

Il y a cinquante ans certains pays d’Europe comme la Belgique et la France ont ouvert grand les bras pour accueillir les travailleurs invités issus des zones rurales d’Anatolie. Ils seront les « travailleurs invités ». Ils seront nos pères et nos mères ; vos ouvriers, vos nettoyeuses, puis vos bouchers, vos épiciers, vos voisins, parfois vos amis. Depuis cinquante ans, nous avons fait l’objet de quantité d’enquêtes et d’études, produit des discours et des statistiques à foison ; connu de nombreuses défaites et quelques victoires. Ce récit démarre à la fin des années 1960, avec l’arrivée du père de l’auteur en Europe – une traversée clandestine de plusieurs frontières – et s’achève, par trois points de suspension, avec la décision de l’auteur de retourner vivre à Istanbul pour y poursuivre sa recherche identitaire... quelques mois seulement avant l’explosion d’un mouvement de contestation sans précédent en Turquie.

Entre les deux, l’auteur pose un regard personnel, tendre mais lucide, sur les combats de l’immigration, sur la langue, sur le rapport à l’autre et à la communauté, à la sexualité et au mariage, à la tradition et à la modernité. Ainsi, il rend hommage aux aînés et au passé, mais aussi, nous emmène dans une exploration de ce présent métissé qui est le nôtre, d’un monde qui est devenu village mais où nos villages ne sont plus. Avec émotion et humour, il convie toutes les figures de l’ici et de l’ailleurs et compose une rhapsodie anatolienne bouleversante.

Anatolia Rhapsody est le premier titre d’une trilogie. 
Les deux autres titres de la trilogie à paraître sont Rebellion Park et OrientalHighway.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: