mardi 24 juin 2014

We moeten goederen niet langer zien als het fysieke goed dat wordt geproduceerd, maar als een stroom aan diensten

DM COLUMN Topeconomen Koen Schoors 



© dm.

We produceren geen auto's meer, maar kilometers mobiliteit; geen vaatwasmachine, maar een aantal vaatbeurten; geen smartphone maar uren bereikbaarheid

De sociaaleconomische hervormingen worden de motor van de nieuwe regering, hoe die er ook uit gaat zien. Dat brengt ons bij een dilemma dat steeds prangender wordt: moeten we nu proberen sneller te groeien of net langzamer? Enerzijds weten we allemaal dat we de wereld niet kunnen blijven behandelenals een wegwerpproduct, want uiteindelijk werpen we zo ook onszelf weg. Veel moderne wereldproblemen zijn een direct gevolg van een niet-duurzame organisatie van de geglobaliseerde wereldeconomie. 

Een ander gevolg van de globalisering is het ontstaan van een nieuwe gegoede, hoogopgeleide klasse die een steeds toenemend deel van de welvaart vergaart, en een brede onderklasse van laagopgeleide verliezers die hun welvaartsniveau zien dalen. Daartussenin kijkt een steeds kleinere middenklasse angstig naar de toekomst. Stijgende ongelijkheid heet dat in het boek 'Kapitaal in de 21ste eeuw' van Thomas Piketty. Daarbij komt het aanzwellende probleem van de vergrijzing dat de financiering van de sociale zekerheid onder druk zet.

Om de wereldeconomie op duurzame leest te schoeien, lijken grenzen aan de groei onvermijdelijk. Maar om de stijgende ongelijkheid onder controle te krijgen en de sociale zekerheid te vrijwaren van de totale ineenstorting onder druk van de vergrijzing is net veel meer groei nodig. We hoorden het nog deze week: door de lager-dan-verwachte groei vallen de belastinginkomsten tegen en mag de nog niet in de steigers staande regering alvast op zoek naar flinke bijkomende besparingen of nieuwe inkomsten. 

Hoe komen we uit deze paradox, waarbij we zowel zoveel mogelijk groei als zo weinig mogelijk groei nodig hebben om onze toekomst te verzekeren? Het ligt voor de hand dat we op zoek moeten naar een nieuw werkingsmodel voor de economie en voor de wereld. 

Verschillende denkpistes worden gesuggereerd. Belastingshervormingen zijn een piste waarop ikzelf al lang de nadruk leg: minder belastingen op arbeidsinkomen en meer op milieuvervuiling, inkomsten uit vermogen en consumptie, en daarbovenop een hogere vrijstelling van personenbelasting voor de laagste inkomens. Zo krijgen we een samenleving waar meer mensen aan het werk zijn en ontstaan er vooral nieuwe kansen voor laaggeschoolde werknemers. Op deze manier wordt de sociale economie deel van de gewone economie.

Anderen suggereren dat de oplossing bestaat in zelfvoorziening. Zelf je voedsel produceren, zelf je energie produceren voor je passiefwoning, zelf je mobiliteit verzorgen met je plooifiets, diensten lokaal met elkaar delen, eventueel via een complementaire munt, volkstuintjes, enzovoort. Deze initiatieven zijn waardevoller dan de traditionele economische maatstaven van toegevoegde waarde laten vermoeden, maar toch bieden ze niet de financiële draagkracht die nodig is om de sociale zekerheid te blijven financieren in tijden van vergrijzing.

Een derde mogelijkheid die nu ontkiemt en de economie ingrijpend kan veranderen is een nieuwe manier om naar goederen en diensten te kijken. In deze optiek worden goederen niet langer gedefinieerd als dingen die zo goedkoop mogelijk geproduceerd worden, eenmalig verkocht worden, en dan vrij snel stuk gaan om op een vuilnisbelt te belanden. De hoeveelheid energie en grondstoffen die zo verloren gaat, is immers zonder meer hallucinant te noemen. Bovendien hoopt met deze oude benadering het afval zich op in de lucht, de aarde, het water, de dieren en zo zelfs in onze lichamen. De logische oplossing is een totale omslag, waarbij we goederen niet langer zien als het fysieke goed dat wordt geproduceerd en verkocht, maar eerder als een stroom aan diensten. We produceren dus geen auto's meer, maar kilometers mobiliteit; geen vaatwasmachine, maar een aantal vaatbeurten; geen smartphone maar uren bereikbaarheid. 

Dan wordt duurzaamheid weer belangrijker en wordt betere en snelle lokale dienstverlening en onderhoud de kern van een goed product. 
Combineer dit met 3D-printing, waardoor stukke onderdelen snel, flexibel en lokaal geproduceerd worden, en je krijgt een nieuwe lokale economie die een belangrijk deel van de dienstenstroom van een product invult, werkgelegenheid voor laaggeschoolden creëert en de dualisering van de arbeidsmarkt vermindert.Doen!

 

 

ESSAI DE TRADUCTION DE DIVERCITY

CHANGEONS DE PARADIGME


Certes, c’est un peu difficile à imaginer, mais il faut comprendre que dorénavant nous ne produirons pratiquement plus de biens matériels et physiques mais un continuum de services. Nous ne fabriquerons plus d’automobiles mais des kilomètres de mobilité (et de files). Nous ne fabriquerons plus de lave-vaisselle mais des heures et des heures de prestations de ces machines ; plus de Smartphone mais bien des heures et des heures d’échanges et de conversation.

Il en résulte que les réformes socio-économiques seront, qu’on le veuille ou non,le moteur du nouveau gouvernement fédéral quelle que soit sa composition. La question cruciale, c’est de savoir s’il convient de ralentir ou d’accélérer la croissance. Regarder le monde comme une chose à jeter cest carrément suicidaire. La majorité de nos problèmes résulte d’une mauvaise organisation de l’économie mondiale globalisée qui se moque de la durabilité.

Autre conséquence funeste de cette globalisation : la création d’une nouvelle classe de nantis bénéficiant d’une solide formation académique ou équivalente qui mobilise une part non négligeable de la prospérité au détriment d’une sous-classe de perdants malformés intellectuellement dont le pouvoir d’achat ne cesse de se réduire, sans oublier une classe moyenne qui fond comme peau de chagrin. Tout ceci est parfaitement décrit dans le magistral ouvrage de Thomas Piketty :« le capital au XXIème siècle ».

A cela s’ajoute, bien sûr, le problème du vieillissement qui met à mal le financement de la sécurité sociale.

Si l’on veut une économie mondiale durable il convient de mettre des limites à la croissance. En revanche, si on entend mettre un frein à l’explosion des inégalités, si l’on veut maintenir et préserver la sécurité sociale menacée d’implosion, il faut plus de croissance.

Pas plus tard que cette semaine nous avons appris qu’une diminution des recettes fiscales entraînera pour le gouvernement en phase de formation une obligation inextricable de rigueur dans la réduction des dépenses publiques. À défaut, il faudra se résigner à lever de nouveaux impôts.

Comment échapper à cet immense paradoxe selon lequel nous avons besoin à la fois de « plus » de croissance et de « moins » de croissance pour assurer notre avenir.

Ce qui est sûr c’est que nous aurons besoin d’un nouveau modèle socio-économique et pour l’économie et pour le monde.

Plusieurs pistes de réflexion s’ouvrent devant nous. La première passe par une une réforme fiscale: à savoir, moins d’impôts sur les revenus du travail, plus d’impots sur la pollution du milieu, sur les revenus de patrimoine et la consommation, le tout accompagné d’une moindre imposition des classes les plus défavorisées.

C’est la seule manière de mettre plus d’hommes et de femmes au travail et surtout d’offrir des perspectives aumoins qualifiés.

C’est la meilleure manière d’inclure l’économie sociale dans l’économie classique.

D’aucuns sont persuadés que la solution est dans l’autosuffisance : produire sa propre nourriture, produire sa propre énergie adapter sa mobilité en adoptant le vélo pliant, partager avec d’autres des services locaux (voitures partagées, outillage en sharing time, lave-linge collectif etc.) Certes, de telles initiatives sont louables mais elles se révéleront bien insuffisantes pour pouvoir continuer à financer la sécurité sociale dans une société qui vieillit.

La solution pourrait bien être d’apprendre à appréhender « autrement » les biens et les services. Par exemple en cessant de regarder les biens comme quelque chose à produire à vils prix tout en les frappant d’obsolescence, les condamnant à terminer leur brève vie dans les déchèteries. Cette manière de produire entraîne de formidables dépenses d’énergie ainsi qu’un épuisement rapide des matières premières disponibles.

Une telle approche ne peut que générer du déchet et de la pollution des terres, des eaux et des airs préjudiciable à la nature, les animaux et les plantes mais aussi à l’homme.

Seule solution logique : un renversement du paradigme : ne plus produire et de vendre de manière anarchique des biens physiques et matériels mais, bien au contraire, vendre un continuum de services ; ne pas produire des automobiles mais des kilomètres de mobilité ne pas fabriquer des lave-vaisselle mais vendre des heures d’utilisation de ceux-ci etc.

Donner la priorité à la durabilité sous forme de sociétés de services locales en mettant à la disposition des publics d’excellents matériels. Combinez cela avec l’utilisation des imprimantes 3D qui permettent de fabriquer localement et de manière flexible des pièces de rechange et vous obtenez une nouvelle économie locale basée sur un continuum de services. Ceci devrait créer du travail pour des travailleurs non qualifiés et diminuer la dualisation du marché du travail. Il ne reste plus qu’à le faire.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

IL FAUT SAUVER L’ELEVE MUSTAFA


Les arbres ne pousseront pas dans le ciel, d’ailleurs ils sont de plus en plus menacés les arbres, les vrais, par les arbres métaphoriques dont parlait Greenspan quand il dirigeait la Fed. La pollution des océans, des airs et des terres a pris, au fil des ans, une dimension absolument catastrophique. La détérioration du climat social et psychologique en France montre que ni l’hyper présidence de Sarkozy, ni l’hypo présidence de François Hollande ne sont capables de résoudre la plus profonde crise de l’après-guerre. C’est clair, qu’on le veuille ou non, il faudra changer de paradigme. Cela veut dire de la façon la plus claire que nous devrons tous apprendre à vivre autrement. Quelque part nous le savons et c’est pourquoi les Belges se raccrochent à des chimères telles qu’une hypothétique victoire des Diables rouges. C’est pathétique mais cela peut se comprendre. Le monde est entré dans une ultime mutation ; ultime car si elle n’y prend garde, l’humanité ira très vite à sa perte. Nous le savons tous, consciemment ou inconsciemment, mais nous sommes peu nombreux à changer radicalement de comportement et de mode de vie. Ni la gauche, ni la droite, ni l’extrême-droite ne détiennent l’amorce d’une solution. Elles devront très bientôt faire bloc et s’unir face à l’irrémédiable déclin qui nous menace. Le discours politique actuel est à des années-lumière de ce type de considérations. La bataille qui se livre en Belgique a pour seul objectif la confiscation du pouvoir pour cinq ans et l’élimination des adversaires politiques.

Que Piketty se fonde sur de bons ou de mauvais chiffres, la pensée drue de ce donneur d’alarme ne saurait nous laisser indifférents.

Il nous paraît essentiel que la clef de la rescousse, si rescousse il y a, c’est fondamentalement l’enseignement. Et que nous dit-on ? Que l’on va devoir faire 150 millions d’économies dans ce secteur en Communauté française, d’ici la rentrée. C’est un très mauvais signal, il n’en existe point de pires. Certes, on l’a dit souvent, il est possible de faire mieux avec moins d’argent mais on s’en garde bien, évidemment.

Des esprits aussi naïfs que DiverCity ont longtemps pensé que l’enseignement et la formation seraient le thème majeur de ces élections. Il n’en fut rien : nous risquons de le payer très cher avant longtemps car la masse des mal scolarisés et des décrocheurs ne cesse de s’enfler dangereusement.

Elio Di Rupo, qui doit son irrésistible ascension à la qualité et à l’engagement de ses enseignants et qui du reste en est très conscient, devrait le savoir mieux que personne.  

MG

 

 

PIKETTY FAIT FAUSSE ROUTE



Thomas Piketty

PHOTO ARCHIVES REUTERS


HERBERT GRUBEL

Professeur émérite d'économie à l'Université Simon Fraser et senior fellow de l'Institut Fraser.

Le best-seller mondial de Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, a suscité plus de débats dans les milieux universitaires et intellectuels que tout autre livre d'économie des dernières années. Google affiche 11,8 millions de résultats de recherche sur ce livre, un chiffre stupéfiant.

Pourtant, aucun des critiques du livre n'a signalé que les statistiques utilisées donnent un aperçu de la distribution du revenu d'une population à des moments donnés, alors que la composition de cette population change au fil du temps. Il est plus pertinent d'étudier l'évolution des revenus dans le temps. Ce n'est que ces dernières années que les gouvernements ont commencé à publier ces informations de façon sporadique. Aux États-Unis, le Trésor américain a publié un ensemble de telles données; au Canada, Statistique Canada a publié des données que les médias ont pratiquement ignorées. L'Institut Fraser a publié une étude fondée sur des données que l'organisme a collectées à grands frais à cette fin.

Ces données canadiennes fournissent des informations sur la mobilité des revenus qui surprennent bon nombre de personnes: sur 100 travailleurs qui appartenaient au quintile de revenu inférieur en 1990, 87 avaient progressé dans l'échelle des revenus 19 ans plus tard, et 21 d'entre eux se trouvaient dans le premier quintile. La mobilité des revenus va aussi dans l'autre sens. Ainsi, 36 Canadiens sur 100 qui appartenaient au quintile de revenu le plus élevé en 1990 avaient régressé dans l'échelle des revenus en 2009.

PAS LA FIN DE LA CLASSE MOYENNE

L'analyse des données de l'Institut Fraser contredit les nombreuses rumeurs selon lesquelles ce serait la fin de la classe moyenne. Les familles canadiennes dont le revenu corrigé de l'inflation se situait dans le quintile inférieur en 1990 ont vu leur revenu progresser de 280% en 19 ans. Sur la même période, le revenu des familles appartenant au premier quintile en 1990 n'a progressé que de 112%, et le revenu des trois autres quintiles a augmenté de 153%.

La dynamique de la distribution du revenu que ces statistiques révèlent découle surtout de l'évolution du revenu au cours d'une vie. Le salaire et la productivité sont faibles lorsque les personnes intègrent le marché du travail, mais ils augmentent avec l'âge et l'expérience de travail, puis diminuent à la retraite et lorsque des handicaps liés à l'âge font leur apparition.

Le revenu des personnes évolue aussi en raison de facteurs comme la maladie et les décisions personnelles (rester à la maison pour élever des enfants, retour aux études et changements de modes de vie). Dans les économies de marché du monde occidental, l'incidence de ces facteurs sur le revenu est limitée par un filet de sécurité sociale et les assurances privées.

L'énorme augmentation du revenu d'un pour cent des personnes les mieux rémunérées ces dernières années s'explique presque entièrement par la forte demande de services offerts par ces personnes, qui est attribuable à l'introduction des nouveaux médias électroniques et à la mondialisation.

Par exemple, les athlètes professionnels, les créateurs et les autres artistes peuvent être vus par des millions d'individus plutôt que par les quelques centaines de personnes qui entraient autrefois dans les stades ou les cinémas. Le salaire élevé des cadres s'explique par la mondialisation, qui a fait augmenter la taille des entreprises et la contribution des cadres aux résultats. Ces professionnels ont vu leurs revenus progresser en raison de la concurrence sur le marché du travail et de la volonté des employeurs d'attirer les talents les plus prometteurs.

Thomas Piketty se trompe lorsqu'il conclut que les riches s'enrichissent et que les pauvres s'appauvrissent. Les statistiques sur la dynamique du revenu montrent en fait que tout le monde s'enrichit, et les pauvres plus rapidement que les riches. En bref, les arguments de Piketty pour des impôts confiscatoires sur le revenu et la fortune afin d'éviter des conséquences potentiellement terrifiantes sont simplement fondés sur les mauvaises données.


 

 

 

 

Aucun commentaire: