dimanche 20 juillet 2014

Het is wachten tot rebellen of terroristen in het bezit raken van drones of kernwapens

De morgen


© photo news. "In de wereld die ons dorp is, kan een vliegtuigvakantie naar Maleisië ons soms met de neus op de harde feiten drukken."

DM OPINIE "We kunnen ons simpelweg niet afsluiten van wat er in de rest van de wereld gebeurt. Lokale conflicten zijn niet meer van deze wereld", schrijft prof. dr. Tom Sauer doceert internationale politiek en diplomatie aan de Universiteit Antwerpen. Hij is co-auteur van Vechten voor Vrede (Lannoo, 2013).

WE MOGEN OORLOGEN NIET LATEN VOORTSLUIMEREN, DOEN ALSOF ZE NIETS MET ONS TE MAKEN HEBBEN. OF 'NIEMANDSLANDEN' GEDOGEN WAAR REBELLEN OF TERRORISTEN HUN GANG KUNNEN GAAN

Het ziet ernaar uit dat de Russischgezinde rebellen in Oost-Oekraïne hun hand overspeeld hebben. Het meest waarschijnlijke scenario is dat ze zich vergist hebben. De strijders hadden een militair vliegtuig op het oog, dat ze zouden neerhalen met gesofisticeerd afweergeschut, buitgemaakt in Oekraïne of, erger nog, rechtstreeks geleverd door Poetin.

De voorbije weken hadden de rebellen al een paar keer met succes een militair vliegtuig neergehaald. Zonder dat er een haan naar kraaide. Meer en meer werd dit conflict immers gezien als een lokaal conflict. De ogen van de wereldgemeenschap dwaalden af naar nog hetere hangijzers, zoals ISIS in Irak en het Israëlisch-Palestijns conflict.

Er kan per definitie maar één opener van het journaal zijn. De internationalegemeenschap, inclusief het Westen, geloofde dat het vuur wel stilaan zou doven, en dat de gevolgen beperkt zouden blijven tot de oostelijke provincies in Oekraïne, waar niemand veel verloren heeft. Verkeerd gegokt. Er bestaat immers zoiets als de fog of war: ontwikkelingen die niet kunnen worden voorspeld, zeker tijdens een gewelddadig conflict. Je kunt tactieken en strategieën, doelstellingen en plannen smeden, maar meestal komt er wel iets tussen gefietst dat niet was voorzien.

Een belangrijke les uit dit dramatische gegeven is oorlogen, ook al lijken ze lokaal, niet te laten voortsluimeren. Doen alsof ze niets met onze leefwereld temaken hebben. Of vergelijkbaar: om 'niemandslanden' te gedogen waar rebellen of terroristen hun gang kunnen gaan om vandaaruit acties te ondernemen tegen de rest van de wereld. Vandaag zijn grote delen van Syrië en Irak, Afghanistan en Pakistan, Libië, Soedan, Mali, Nigeria - en dit is geen exhaustieve lijst - plaatsen waar lokale ordediensten, mochten die er al zijn, zelfs niet durven te komen.

Merk op dat westerse - ook Belgische - gevechtsvliegtuigen de afgelopen vijftien jaar in verschillende van deze landen (meestal met steun van de verkozenen des volks) bombardementen hebben uitgevoerd zonder de orde tehebben hersteld. Integendeel. In Irak en Libië is het nu onveiliger dan voorheen. Maar we kijken allemaal de andere kant op en vertrekken rustig op vakantie richting Tunis, Tel Aviv, Dubai, of Maleisië.

Ons terugtrekken binnen onze eigen cocon is geen optie meer. Af en toe speldenprikken met gevechtsvliegtuigen uitdelen vanuit de luxe van die cocon evenmin. Wanneer we beslissen om te interveniëren, zeker met economische of militaire middelen, dan worden we medeverantwoordelijk voor het tot een goed einde brengen van dat conflict.

NAZORG
Wat we met scha en schande hebben geleerd is dat een internationaal conflict oplossen meer is dan militair interveniëren. De nazorg, in het jargon vredes- of staatsopbouw, is vele malen belangrijker. Die nazorg bestaat uit een leefbare staat achterlaten op het moment dat de internationale gemeenschap het land verlaat. Een leefbare staat houdt in dat de mensen ter plaatse economisch kunnen overleven en dat staatsstructuren (inclusief ordediensten, justitie en ambtenarenapparaat) op poten staan die het geheel kunnen schragen. Veiligheid daarbij is primordiaal.

Dat alles is veel makkelijker gezegd dan gedaan. Wat de recente conflicten betreft, komt de Balkan het dichtst bij een succesverhaal. Maar ook daar blijft het ook vandaag soms kantje boord en is aandacht van de internationalegemeenschap blijvend nodig. In een verder verleden zijn de twee beste voorbeelden de heropbouw van Duitsland en Japan.

In die drie voorbeelden zijn westerse militairen jarenlang, zoniet decennialang, met boots on the ground gebleven, net om die veiligheid te garanderen die nodig is om een economie, een sociaal weefsel en staatsstructuren in alle rust geleidelijk aan weer op te bouwen. Stabilisatiemachten zijn even belangrijk, zoniet belangrijker, dan gevechtsvliegtuigen.

Koken kost echter geld. Veel Marshallplannen zijn de laatste tijd niet meer van tafel gerold. Wel wordt jaarlijks meer dan 1.500 miljard dollar uitgegeven aan defensie, inclusief aan systemen die niet functioneren (denk aan het raketschild) of inhumaan zijn (denk aan kernwapens). Tegelijkertijd wordt niet eens een fractie van dit bedrag uitgegeven aan de nazorg (en het dus voorkomen) van conflicten.

In de wereld die ons dorp is, kan een vliegtuigvakantie naar Maleisië ons soms met de neus op de harde feiten drukken: we kunnen ons simpelweg niet afsluiten van wat er in de rest van de wereld gebeurt. Lokale conflicten zijn niet meer van deze wereld. Dergelijke drama's zitten er dus nog aan te komen. Het is enkel wachten totdat rebellen of terroristen in het bezit zullen raken van drones, chemische wapens of kernwapens. Die dan bewust of per vergissing tegen onschuldige slachtoffers worden ingezet.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE LOCAL DEVIENT GLOBAL


Que ce soit le conflit russo ukrainien ou le drame qui déchire la bande de Gaza,ce qui se joue localement percole globalement avec des conséquences qui peuvent être brutales, comme la manifestation pro-palestinienne qui a débordé à Bruxelles et à Paris, voire apocalyptiques comme le crash du Boeing de la Malaysian Airline abattu par un missile de fabrication russe et vraisemblablement lancé, par erreur, par un rebelle pro-russe qui croyait viser une cible militaire. On le sait depuis Jésus : surtout, il ne faut pas que parte la première pierre. À Gaza, comme en Ukraine la première pierre est partie depuis longtemps ; elle s’est transformée, en Palestine en une pluie de missiles bricolés et un ouragan de bombes précises, sans doute de fabrication américaine ; là-bas en Ukraine en missiles de croisière sophistiqués, sans doute de fabrication russe. Consternés, les Pays-Bas pleurent 135 morts, la Belgique cinq, la Malaisie….Comme le suggère l’éditorialiste de De Morgen, il ne nous reste qu’à attendre que les terroristes de quelque bord qu’ils soient disposent à leur tour de drones, d’armes chimiques et, qui sait, nucléaires pour massacrer d’innocentes victimes par milliers. Dans un monde qui est devenu un village, un avion de ligne bourré de vacanciers mettant le cap sur la Malaisie et abattu par des rebelles nous force à comprendre que notre planète est devenue un village et que nous ne saurions nous isoler de tout ce qui se passe sur cette terre en ébullition. Dans ce monde où tout est relié selon des règles d’une complexité inouïe, les bombardements et les armes les plus sophistiquées ne résolvent rien, que du contraire. La fabrication et l’exportation de matériel militaire participent du jeu économique. La France tremble à l’idée que les gros navires offensifs que lui a commandés la Russie pourraient ne pas être livrée aux Russes par mesure de rétorsion internationale. Ce n’est qu’un exemple, on peut en citer beaucoup d’autres. Qu’on se souvienne une fois pour toutes qu’il n’est de solution à un conflit que par le biais de la négociation, du respect de l’autre, bref par l’intermédiaire du dialogue interculturel entre civilisations.  L’Europe était en ruine quand De Gaulle et Adenauer se sont tendu la main ; nous étions en pleine guerre froide quand l’Allemand Willy Brandt signa les traités de non-agression avec les états communistes avant de tomber à genoux devant le mémorial de Varsovie. Cette voie, la voie kantienne de la « paix perpétuelle », est celle du dialogue et de la négociation ; c’est celle qui conduisit à l’édification lente de l’union européenne après des siècles de guerre et d’hostilité de caractère politique, économique et aussi religieux. « We mogen oorlogen niet laten voortsluimeren, doen alsof ze niets met ons te maken hebben. Of 'niemandslanden' gedogen waar rebellen of terroristen hun gang kunnen gaan.”

“Nous n’avons pas le droit de laisser s’envenimer des foyers de conflits sous prétexte qu’ils ne nous concernent pas, ni de tolérer que dans des zones de non-droit, des terroristes occupent tout le terrain impunément. »

Nous n’avons franchement pas le choix : ou bien nous nous battrons bec et ongles pour la paix, contre le réchauffement, contre l’hyperexploitation de la terre, contre les nationalismes, contre le fanatisme religieux et son corollaire le terrorisme aveugle ou alors nous disparaîtrons. L’humanité sera cosmopolite, où elle périra. Une troisième guerre mondiale ? Elle a commencé, c’est sûr mais il est temps encore de l’arrêter. Que l’on songe aux conséquences de l’attentat de Sarajevo de juin 14, il y a cent ans.

MG

 

 

LA MANIFESTATION PRO-GAZA DÉRAPE À BRUXELLES

Marc Metdepenningen Le Soir

Des incidents ont eu lieu dans le quartier de la Gare centrale.



Une bande de 200 à 300 casseurs aux visages masqués a provoqué des incidents graves dans le quartier de la Gare centrale, à Bruxelles, alors que se disloquait une manifestation pro-palestinienne qui s’était, jusque-là, déroulée dans le calme. Des jeunes, le visage recouvert de keffieh, sont montés sur des voitures, des vitres ont été brisées, dont celle d’au moins un magasin. Des cris « mort aux juifs » ont été entendus tandis qu’un jeune, désigné comme « juif » par desvociférateurs, se faisait poursuivre. La police a fait fermer la station de métro « Gare centrale ».

La manifestation s’était ébranlée vers 14h30 de la place Rouppe. Selon la police, 5000 personnes (25.000 selon des organisateurs) y avaient pris part, scandant des slogans « Solidarité avec Gaza » et « Israël assassin ».

Cette manifestation était organisée par une alliance circonstancielle de « citoyens et d’associations » « sensibilisée par les massacres des Palestiniens à Gaza ». Au départ de la manifestation, plusieurs participants ont quitté le cortège qui allait s’ébranler alors qu’étaient lancés des « Allah Akhbar » et qu’étaient déclamées des sourates du Coran. « C’est une manifestation politique, il ne peut être question que la religion s’en mêle », disait Mohammed, un sexagénaire bruxellois venu avec deux amis qui ont préféré ne pas défiler.

Dans la foule se distinguaient quelques drapeaux belges, marocains ou algériens de même que ceux du mouvement Vega, de la LCR ou du PTB. La foule était essentiellement composée de femmes, d’enfants et d’hommes issus de l’immigration. Du haut d’une camionnette, le caractère« politique » de la manifestation avait été rappelé par des organisateurs, sans toutefois empêchés que fusent des « Allah Akbar ». Le cortège s’était ébranlé en rangs serrés, immense drapeau palestinien en tête, vers le Mont-des-Arts, où un premier incident se produisit. Un drapeau israélien taché de rouge avait été accroché par un manifestant autour du cou d la statue de la reine Élisabeth. Un manifestant y avait mis le feu, vite éteint par le service d’ordre. Ce perturbateur fut délogé du socle de la statue alors qu’il faisait mine de se couper les veines. Une échauffourée, opposant le service d’ordre et quelques perturbateurs (dont l’un brandissant un Coran) s’en suivit.

UNE MANIFESTATION « NI INTERDITE, NI AUTORISÉE »

Le bourgmestre de Bruxelles n’avait « ni interdit, ni autorisé » cette manifestation. Il avait été mis en garde contre des débordements prévisibles par Joël Rubinfeld, le président de la Ligue Belge contre l’Antisémitisme (LBCA). L’affiche appelant à la manifestation représentait en effet un monceau de corps porteurs de keffiehs et de pantalons évoquant ceux des déportés d’Auschwitz. Le départ de la manifestation se situait en outre à quelques mètres d’une synagogue bruxelloise dont le président avait été invité, par la police, a enlever la pancarte de rue signalant le lieu du culte. «Invitera-t-on les juifs à Bruxelles de se débarasser d’une étoile de David portée au cou », s’indigne le président de la LBCA qui déplore que ses craintes se soient concrétisées.

Vendredi, les représentants en Belgique des cultes juif et musulman avaient solennellement appelé à ne pas importer le conflit israélo-palestinien en Belgique. Ils n’ont pas été entendus.

En France, les policiers antiémeutes et des propalestiniens se sont affrontés à coups de pierres et de gaz lacrymogènes dans les rues de Paris après une tentative de manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza interdite par les autorités françaises.

Des manifestants ont ainsi jeté pierres et bouteilles sur les forces de l’ordre dans un quartier du nord de Paris. Les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes, provoquant des mouvements de foule disparates dans les petites rues de ce quartier populaire.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

NO HE CANNOT

 

Manifester pour exprimer sa solidarité à l’égard des victimes innocentes des bombes israéliennes est une chose légitime, généreuse, honorable et sympathique. Profiter d’une telle manifestation pour déchaîner une vague de violence contre le bien public est une tout autre démarche que l’on ne saurait que condamner énergiquement. La responsabilité du bourgmestre de Bruxelles est engagée. Il n’a ni autorisé, ni condamné cette manifestation pour ne pas s’aliéner les musulmans qui votent pour lui. Calcul  opportuniste, communautariste et clientéliste. Tôt ou tard, cette politique à court terme va se heurter à ses contradictions et à ses limites. Il faut toute la naïveté d’un François Hollande pour décréter depuis l’Afrique qu’il faut tout faire pour éviter que le conflit palestino-israélien ne s’exporte en France et en Europe. C’est fait depuis bien longtemps et l’attentat contre le musée juif de Bruxelles n’en est qu’une terrifiante illustration.

C’est au président Obama qu’il appartient de réunir les Israéliens et les Palestiniens autour d’une table de négociation en vue de la création de deux Etats séparés. Les Egyptiens seraient ravis de servir de médiateurs. Et s’il n’en a pas le courage, qu’il renvoie son prix Nobel de la paix à Stockolm. C’était quoi encore son slogan électoral? : « Oh yes we can ! »

MG

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: