vendredi 18 juillet 2014

Israël lance une opération terrestre dans la bande de Gaza




Un soldat israélien près de la frontière avec la bande de Gaza, le 17 juillet. (Photo Menahem Kahana. AFP)

Deux Palestiniens, dont un bébé, ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi.

L’armée israélienne a lancé jeudi soir une opération terrestre dans la bande de Gaza, au 10e jour de raids aériens qui ont fait 241 morts, dont une majorité de civils, le Hamas avertissant que l’Etat hébreu allait «payer un prix élevé» pour cette nouvelle escalade.

(…) Le gouvernement israélien a ordonné à l’armée de lancer cette opération terrestre dans le but de «porter significativement atteinte aux infrastructures terroristes du Hamas», a indiqué un communiqué militaire. Dans le même temps, l’armée bombardait très intensivement la bande de Gaza par air, mer et par des tirs de chars massés à la frontière, selon un correspondant de l’AFP sur place. Blindés, pièces d’artillerie et unités d’infanterie avaient été déployés massivement à la frontière cette semaine, avec quelque 40 000 mobilisés en vue d’une éventuelle opération au sol.

ENFANTS TUÉS DANS LES RAIDS

Israël, qui dit cibler le mouvement islamiste Hamas, accuse ses combattants d’utiliser des «boucliers humains» dans cette enclave où s’entassent dans la misère 1,8 million de personnes soumises au blocus israélien. L’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a annoncé la découverte pour la«première» fois de roquettes cachées dans une de ses écoles de Gaza, dénonçant un incident qui «met en danger des civils».

ENORMES DESTRUCTIONS

Les quartiers de Gaza portent les stigmates des bombardements: bâtiments éventrés, infrastructure détruite, meubles et électroménager brisés dépassant des décombres... Des débris qui témoignent de la violence des frappes. Juste avant le début de la trêve, Israël a dit avoir déjoué une attaque d’un commando via un tunnel depuis Gaza et essuyé des roquettes palestiniennes, alors que quatre Palestiniens étaient tués dans une quarantaine de frappes à Gaza. La branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a assuré que le commando avait réussi sa «mission» sans la définir.

Depuis le début le 8 juillet de l’offensive aérienne «Bordure protectrice» sur Gaza destinée à faire cesser les tirs de roquettes, 241 Palestiniens ont été tués et plus de 1 700 blessés. Israël a été atteint de son côté par plus d’un millier de roquettes qui ont fait un mort israélien.

 

Le président américain Barack Obama a dit son «immense chagrin» pour la mort de civils à Gaza tout en jugeant qu’Israël avait «le droit de se défendre» face aux roquettes. A l’inverse, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié les bombardements sur Gaza de «tentative de génocide systématique» contre les Palestiniens.

La nouvelle spirale de violence a été enclenchée après le rapt et le meurtre de trois étudiants israéliens en juin, attribués par Israël au Hamas qui a nié, suivis de l’assassinat d’un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem, pour lequel trois juifs ont été inculpés

 

OMMENTAIRE DE DIVERCITY

« IMMENSE CHAGRIN »



Plus de 1000 personnes sont mortes si on veut bien additionner les morts résultant des tirs israéliens, celle des victimes ukrainiennes et enfin les passagers de l’avion abattu au-dessus de la zone de conflit russo-ukrainienne par un missile de construction russe et on ne parle pas de la guerre civile en Syrie et en Irak. On le voit, ces champs de batailles lointains nous concernent puisque quatre belges sont morts dans le désastre aérien et que déjà certains conducteurs de bus musulmans affichent à Bruxelles leur soutien à la cause palestinienne dans leur véhicule de service, sans parler des gamins djihadistes qui rentrent, le cerveau chamboulé par ce qu’ils ont vécu. Difficile de ne pas faire la comparaison avec l’attentat de sa Sarajevo de juin 1914 qui fit deux morts seulement mais des dizaines de millions de victimes collatérales. Difficile de ne pas évoquer le torpillage du Lusitania par un U Bot allemand…

En Ukraine comme dans la bande de Gaza, le processus de paix a fait long feu. On parle moins de l’ampleur que prend la guerre civile syrienne qui s’étend dangereusement en Irak. Oui, nous partageons l’ « immense chagrin » du président Obama mais sommes consternés par la passivité de celui-ci.  Complètement dépassé par ces conflits, le président des États-Unis est pratiquement aux abonnés absents. Vladimir Poutine en revanche est pleinement mobilisé par le conflit ukrainien. Le monde garde son souffle tandis que le galop assourdissant des cavaliers de l’Apocalypse se rapproche dangereusement. La violence engendre plus de violence. La voie du dialogue interculturel, du respect de l’autre, n’est guère fréquentée en ce moment. En revanche l’autoroute de la violence est aussi encombrée que la route des vacances.

MG


LE RMS (ROYAL MAIL SHIPLUSITANIA est un paquebot transatlantique britannique armé par la Cunard.

C'est le navire-jumeau (sistership) des paquebots Mauretania et Aquitania. Son torpillage par un sous-marin allemand U-20, le7 mai 1915, au large de l'Irlande, avec plus de 1 200 passagers (dont près de 200 Américains) et un chargement secret de munitions, joue un rôle important dans l'hostilité de plus en plus forte des États-Unis envers l'Allemagne.

 

RMS Lusitania

 

 

 

CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN: LES CONDUCTEURS DE LA STIB INVITÉS À GARDER LEURS OPINIONS POUR EUX

Belga Le Soir

La Ligue belge contre l’antisémitisme s’est plainte de voir des bus bruxellois arborer un drapeau palestinien sur le pare-brise.



©Belga.

Des véhicules de la Stib ont été aperçus avec des drapeaux palestiniens sur le pare-brise, notamment le bus 66 en direction de De Brouckère mardi vers 18h, et le bus de la ligne 80 en direction de Maes mercredi vers 21h30 place du Luxembourg, a dénoncé jeudi le président de la Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA), Joël Rubinfeld.

Françoise Ledune, porte-parole de la Stib, assure que la Stib se désolidarise de ce type d’initiative et que les mesures adéquates pour que cela ne se reproduise plus ont été prises: «Chacun a le droit d’avoir ses propres opinions, mais elles n’ont pas à être affichées quand on arbore les couleurs de la Stib. C’est un comportement contraire à notre charte de déontologie et cela a été rappelé de manière très ferme à l’ensemble du personnel

« SANCTUARISER LE SERVICE PUBLIC »

De manière générale, Joël Rubinfeld se dit opposé sur le principe à ce qu’il y ait dans le cadre du service public une expression politique. Dans le contexte actuel, il remarque qu’il y a eu, ces deux dernières semaines, plusieurs dérives antisémites lors des manifestations pro-palestiniennes: «Une plainte sera déposée vendredi en rapport avec une affiche qui appelle au boycott des juifs. Samedi dernier, au cours d’une manifestation à Bruxelles, il y a eu des appels aux meurtres des juifs. On sait que c’est un dossier explosif qui amène à des dérives antisémites. Plus que jamais, il est donc important de ’sanctuariser’ le service public», conclut-il.

 

CRASH D'UN AVION EN UKRAINE: POUTINE ACCABLE L'UKRAINE

AFP, BELGA ET RÉDACTION EN LIGNE  La Libre


 

Le président Vladimir Poutine a accusé jeudi l'Ukraine de "porter la responsabilité de la terrible tragédie" que constitue la chute de l'avion malaisien abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine qui a fait près de 300 morts.

"Il ne fait pas de doute que l'Etat sur le territoire duquel cela s'est passé porte la responsabilité de cette terrible tragédie", a déclaré le président russe, cité par l'agence de presse RIA Novosti. "Cette tragédie n'aurait pas eu lieu si la paix avait régné dans ce pays, si les opérations militaires n'avaient pas repris dans le sud-est de l'Ukraine", a poursuivi M. Poutine.

 

Aucun commentaire: