mardi 22 juillet 2014

ON VA ENGAGER DES PROFS EN COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

Pierre Bouillon 

Le Soir

PS ET CDH ONT BOUCLÉ L’ACCORD WALLON. VOICI LES DÉTAILS DE L’ACCORD EN COMMUNAUTÉ FRANÇAISE.

PS et CDH ont ficelé l’accord de majorité pour la Communauté française. A l’heure d’écrire ces lignes, les deux partenaires jouent aux mystérieux sur le contenu de leur accord. De ce que l’on sait, l’accord est aride (très...) pour les années 2014 et 2015 et il n’y aura pas de politiques nouvelles avant 2016/2017. Au rayon économies, on va « toucher » aux prépensions des enseignants (comment ? dans quelle mesure ? les négociateurs refusent pour l’heure d’en parler). La RTBF sera également mise à contribution (en compensation, on « assouplira » les règles en matière de publicité).

AU VOLET DES « MESURES POSITIVES », RETENONS CECI :

- l’accord de majorité prévoit de nouvelles créations de places dans les écoles (primaires et secondaires) et on va refinancer le Plan prioritaire de travaux (le PPT, qui finance des rénovations urgentes) ;

- on compte recruter des enseignants (on parle de 750), notamment pour garantir une heure de remédiation, gratuite, dans le cadre de l’étude dirigée, au sein de chaque établissement primaire ;

- l’accord prévoit un refinancement « progressif » de l’enseignement supérieur (dans quelle mesure ? les négociateurs restent assez brumeux sur l’affaire) ;

- on compte organiser en fin de secondaire un test analogue au CEB de fin de primaire et au CE1D de fin de 2e secondaire ;

- on compte mieux épauler les directions du primaire en leur accordant une aide pour 500 élèves (au lieu de 1.000 aujourd’hui) ;

- la formation initiale des enseignants passera à terme à 5 ans - à 4 ans, certainement, sous cette législature et l’allongement se matérialisera surtout par un renforcement des stages;

- on compte créer 7.300 nouvelles places dans les crèches.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

RÉVOLUTION COPERNICIENNE ?MENON

Eh bien non, pas vraiment ! L’éléphant accouche d’une souris. Divercity avait imaginé un instant, très naïvement qu’une solution téméraire serait trouvée pour résoudre le problème majeur et prioritaire de la Communauté française: l’enseignement de Wallobrux. Qu’est-ce qu’on nous dit ? Qu’on va engager 750 enseignants primaires  en appui de médiation dans le primaire. Très bien mais où va-t-on les trouver ? On veut créer l’ équivalent d’un CEB dans le secondaire, autrement dit, introduire un baccalauréat qui débouchera immanquablement sur une opération vérité : un classement des établissements. N’est-ce pas l’inverse de la volonté de créer une mixité sociale niveleuse ?

La réforme de fond, radicale n’aura pas lieu et cette non-réforme sera pilotée par la très impétueuse Joëlle Millquet qui défendra bec et ongles les intérêts du réseau libre catholique au détriment des réseaux officiels.  

Ce sera donc une coalition pour rien. Il y a vraiment de quoi désespérer du personnel politique belge qui se prétend progressiste et est incapable de réformer son école moribonde. « It takes three things to succeed, the vision to see, the vigor to act and the heart to care.

À en juger par cette première analyse un peu sommaire, ce gouvernement tout neuf n’a ni vision, ni vigueur créatrice, ni empathie pour la masse des élèves en difficulté, en échec et en décrochage. C’est juste une coalition sans souffle destinée à renvoyer le MR dans l’opposition. Dont acte. Nous aurons donc un gouvernement de notaires et de bras cassés et non pas d’innovateurs. Dommage, trois fois dommage pour l’enseignement et donc pour l’avenir.  La gauche se discrédite comme jamais.

MG

JOËLLE MILQUET : "L'ÉDUCATION, UNE ÉNORME RESPONSABILITÉ ESSENTIELLE POUR TOUS LES FRANCOPHONES"

LA LIBRE


Joëlle Milquet sera Ministre de l'enseignement et de la culture à la FWB: "L'un des plus grands défis et on l'a porté pendant la campagne est l'investissement dans l'execllence de l'éducation qui est un défi majeur pour toute notre population et qui est au cœur de toutes les stratégies de développement et d'emploi au niveau régional. C'est donc clair que relever ce défi là avec tout celui de la petite enfance, c'est-à-dire au fond la gestion de toutes les chances d'avenir pour les 0-18 ans au-delà des bâtiments scolaires et de la culture, c'est évidemment une énorme responsabilité qui est essentielle pour tous les francophones et qui est essentiel pour le CDH. Et puis, l'on entend toujours certains dire que plutôt que d'engager des policiers, il faudrait engager des enseignants. Je me suis occupé des conséquences avec la police. Maintenant, il est temps de s'investir dans l'amont, c'est-à-dire toutes les politiques pour éviter que nos jeunes soient dans le chômage, la violence ou le racisme", a-t-elle expliqué.

Aucun commentaire: