lundi 14 juillet 2014

Onkelinx: La mobilité, "secteur où il y aura le plus d'investissements"


JONAS LEGGE  La Libre



Ce lundi après-midi, en tant que formatrice, Laurette Onkelinx a présenté les grandes lignes de l'accord du gouvernement bruxellois décidé par le PS, le cdH, le FDF, l'Open Vld, le sp.a et le CD&V. Celui-ci se décline en cinq chapitres et est annoncé comme "ambitieux, innovant, et sérieux".

1. L'EMPLOI

"Bruxelles produit énormément d'emplois nouveaux chaque année mais les Bruxellois n'en profitent pas assez", a exposé la socialiste. Pour enrayer ce phénomène, le futur gouvernement mettra l'accent sur la jeunesse, en s'engageant à ce que, dans les 18 mois qui suivent la sortie des études, les jeunes aient un emploi, un stage ou une formation. "Nous allons soutenir le secteur privé pour qu'il s'engage avec nous" dans cette voie, a précisé Mme Onkelinx.

Les partenariats avec les entreprises et les syndicats seront également renforcés. La formatrice promet notamment une administration bruxelloise davantage orientée vers l'accueil des entreprises, ou une élimination des "taxes nuisibles aux entreprises".

Une attention particulière sera également portée au secteur numérique et au tourisme.

2. L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

"C'est peut-être là où il y a le plus d'ambition à court, moyen et long termes", a déclaré Laurette Onkelinx. Les logements, crèches, écoles et espaces pour les entreprises sont donc amenés à se développer. "Le territoire du Canal va être le symbole du renouveau de Bruxelles", a-t-elle souligné, avant de promettre la création de 10 nouveaux quartiers, dont Reyers, Delta ou le Heysel.

Ce dossier de l'aménagement du territoire verra en outre une refonte de la politique des contrats de quartiers, la création de 6500 logements et le lancement d'un système d’allocation de loyers,...

3. LA QUALITÉ DE VIE

Pour régler la congestion automobile, le gouvernement privilégiera le renforcement des investissements dans le transports publics. "Il faut diversifier l'offre de la STIB", a déclaré Mme Onkelinx, qui a notamment pris comme exemple la volonté d'augmenter l'offre de métros vers Schaerbeek, Eveve, Forest ou Uccle. Des lignes plus performantes entre communes devraient donc voir le jour. "C'est le secteur où il y aura le plus d'investissements dans les années à venir", s'est-elle engagée.

Un réseau régional 100% cyclable, avec des pistes sécurisées, sera également construit.

4. LE VIVRE-ENSEMBLE

Pour favoriser le vivre-ensemble, les ministres et secrétaires d'Etat s'attaqueront notamment au problème du chômage dans certains quartiers socio-économiquement dévalorisés. Le texte prévoit aussi que les aides à l'emploi soient revalorisées et que la lutte contre le racisme soit une priorité.

5. LA RÉFORME DE LA GOUVERNANCE

"Si révolution il y a, c'est dans l'efficience des politiques", a affirmé la formatrice. La Région bruxelloise verra donc notamment le nombre de mandataires dans les intercommunales diminuer, davantage de transparence dans les rémunérations,...

 

COCOM - DES ALLOCATIONS FAMILIALES À REPENSER

Un passage a également été consacré à la Commission communautaire commune, qui va voir ses compétence renforcées suite à la sixième réforme de l'Etat. Les membres du gouvernement souhaitent "asseoir Bruxelles comme Région bilingue" et pour y arriver, l'une des solutions passe par la création d'une Ecole normale bilingue.

"Les allocations familiales continueront à être payées à temps et à heure", a aussi promis Laurette Onkelinx. "Mais il faudra réfléchir à une réforme qui mette plus d'égalité entre les enfants."

La lutte contre la pauvreté des enfants et contre le sans-abrisme ainsi que la nécessité d'avoir des parcours d'intégration obligatoire concernant, notamment le bilinguisme, ont en outre été avancés.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

QUID DE LINTERCULTUREL ?



Le gouvernement bruxellois est donc le premier à être constitué avant les gouvernements wallon, flamand et fédéral. Il se dit que l’informateur fédéral, Charles Michel, qui se voit prolongé par le roi, n’en serait qu’aux préliminaires et aux premières politesses visant à briser la glace et à restaurer la confiance si difficile à trouver. « Informateur Michel staat nog nergenshij zit nog ifase van beleefde koffieklets » (Knack)

 

L’emploi était une priorité de campagne et, sans surprise, les négociateurs en ont fait leur premier chapitre d’accord. . « Le taux de chômage chez les jeunes n’est pas viable, on ne peut pas le laisser comme ça », rappelons qu’il s’élève à 4O% dans certaines communes de la couronne du NordL’une des nouveautés réside, selon Le Soir, dans la création d’un « contrat d’insertion socio-professionnelle. » Le principe : les jeunes qui, dix-huit mois après la fin de leurs études, n’ont pas d’emploi, se voient proposer un contrat de travail d’un an. Dans le secteur privé (qui reçoit alors un subside régional) ou dans les organismes publics. Cela donne l’impression que ce gouvernement entend décréter l’emploi, un peu comme le gouvernement de communauté française précédent entendait décréter la mixité sociale. Reste à savoir comment cette volonté politique va être traduite en actes.

Peu de détails ont filtré jusqu’ici sur la réforme fiscale, sauf qu’elle sera d’application en 2017 et qu’elle vise à convertir une partie de la fiscalité sur le travail vers le patrimoine. Mais encore ?

Laurette Onkelinx (PS), qui a mené les négociations tout sourire, l’a assuré lors de la présentation de l’accord, ce lundi après-midi : « Il y aura un équilibre structurel des finances bruxelloises, dès 2015 et les années qui suivent »Voilà une déclaration bien rassurante mais est-elle crédible ? On annonce en effet que « c’est dans la mobilité qu’il y aura le plus d’investissements dans les années à venir » on entend bien construire de nouvelles lignes de métro alors que chacun sait qu’il s’agit là d’un investissement très lourd et extrêmement difficile à contrôler. Certes les chantiers de métro mobilisent beaucoup de main-d’œuvre non qualifiée. C’est sans doute la méthode par laquelle ce gouvernement entend résorber une partie du chômage. Reste à savoir si la création de nouvelles lignes de métro suffira à « décongestionner la capitale ».On parle aussi de création de pistes cyclables.

On avait cru que la première préoccupation  de ce gouvernement serait en faveur de la formation et indirectement à l’enseignement (nous manquons d’écoles, mais c’est une attribution communautaire et non pas régionale). Et voilà qu’on nous dit que : « L’aménagement du territoire, c’est là où nous avons mis le plus d’ambition à moyen et long terme »Et Guy Vanhengel, futur nº2 de l’exécutif,de résumer : « C’est un des programmes gouvernementaux les plus ambitieux que j’ai jamais écrit ». Voilà qui laisse supposer que ce futur ministre des finances, ce ket à l’œil goguenard, a écrit de très nombreux programmes gouvernementaux

En faisant aboutir les négociations, Laurette anéantit les dernières illusions que Charles Michel aurait pu nourrir de rejoindre la majorité bruxelloise. Il lui reste un vague espoir, celui de conclure au fédéral une coalition kamikaze, appelédésormais, par euphémisme, la suédoise ou, à défaut, de se résigner à entrer dans une tripartite sous la houlette du PS.

Globalement, on a l’impression qu’on continuera à faire à Bruxelles du Charles Picqué sans Charles PicquéEt l’interculturel dans tout ça ? Constatons que le mot n’est prononcé par personne, ni par les socialistes, ni par le FDF, ni par le VLD. On parle tout au plus « du vivre ensemble » et de la lutte contre le racisme, le mot « cohésion sociale » n’est même pas prononcé. C’est à croire que l’interculturel, personne n’en veut. La campagne a montré clairement, la priorité accordée au communautarisme clientéliste qui permet au PS d’engranger massivement les voix des citoyens belges d’origine étrangère issus de l’immigration.

Reste à savoir qui prendra la tête de cette de coalition. Si ce devait être Laurette Onkelinx, ce serait un signal indiquant qu’elle n’a aucune chance d’être à nouveau ministre dans une tripartite fédérale. C’est dire qu’elle se rabattrait sur un « marocain » bruxellois.

MG

 

Aucun commentaire: