samedi 16 août 2014

'Nieuw bloedbad in Irak'

Strijders van IS hebben in Noord-Irak een dorp aangevallen en daarbij'minstens 80 mannengedood en ongeveer 100 vrouwen en kinderengevangengenomen.



Een Jezidigevlucht uit Sinjarheeft een tijdelijk onderkomen gevonden in een VN-kamp© Reuters

De berichten hierover werden eerst door Jezidi's in de Verenigde Staten verspreid en later bevestigddoor Koerdische autoriteiten.

Milities van de fundamentalistische organisatie Islamitische Staat (IS) hadden het dorp Kojodat doorJezidi's bewoond wordt, al enige dagen omsingeldVrijdagnamiddag drongen ze het binnen.Kojo ligtzo'n 45 kilometer van Sinjar.

Volgens de Jezidi's en volgens Koerdische bronnen werden de bewoners samengebracht in een school.De mannelijke dorpelingen werden geëxecuteerd. Vrouwen en kinderen werden met bussen afgevoerd,wellicht naar Mosoel of Tal Afar. De hele operatie duurde minder dan een uur.

De BBC sprak met een bewoner van een naburig dorp, die beweert dat IS-militanten gedurende vijfdagen hadden geprobeerd de dorpelingen te bekerenen dat er vrijdag een lange preek was gegeven.Vervolgens werden de mannen gedood.

Jezidi's worden door IS beschouwd als afvalligen en duivelaanbidders.

(Belga/RR)


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LES LECONS DE L’HISTOIRE


80 nouvelles victimes de la barbarie djiadjiste. Elles s’ajoutent à des milliers d’autres martyrs. Cela se passe loin de nous, dans une espèce d’indifférence parfaitement insupportable. Et pourtant il arrive que le bruit des bottes se rapproche, comme par exemple dans l’espace, en Ukraine ou dans le temps et je songe à le magnifique évocation des 674 victimes innocentes de la furie teutonne à Dinant il y a 100 ans à peine. Dans tout Dinant ont été installées d’immenses agrandissements de clichés anciens montrant la station mosane dans un état proche de celui des rues de Gaza aujourd’hui. C’est saisissant et nous force à avoir à l’esprit les souffrances des victimes des massacres et des bombardements. On a beau être en vacances dans les méandres mosans, impossible de ne pas penser tous les jours aux malheurs de la guerre. Les événements qui secouent l’Ukraine et Gaza renvoient à la barbarie de 1914 et inversement. Mais tout se passe comme si les leçons de l’histoire ne servaient franchement à rien.

MG


 


674 ÉVOQUE LES MASSACRES D’AOÛT 1914 À DINANT

 

Sébastien Monmart La Libre Belgique. 



NAMUR-LUXEMBOURG

Fruit d’une collaboration entre trois hommes passionnés par l’Histoire et intéressés par le fait de pouvoir l’incarner, le spectacle itinérant intitulé 674 se déroulera du 18 au 23 août prochain.

Un événement évoquant les massacres d’août 1914 qui se veut ambitieux et qui s’inscrit dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre. Ces trois hommes, ce sont Michel Coleau et AxelTixhon, tous deux professeurs d’histoire et Bruno Mathelart, metteur en scène. Et pour les 100 ans de la Première Guerre mondiale, ils ont mis les petits plats dans les grands.

Grâce à diverses interventions de partenaires locaux, de la Ville, de bénévoles et surtout grâce à leur investissement. "Nous avons écrit un spectacle qui tient la route et respectueux de l’Histoire. Le souci du détail a été respecté, on ne va pas montrer n’importe quoi. Il s’agit d’un projet ambitieux puisque six histoires différentes seront jouées en autant de lieux, tantôt ruraux tantôt urbains", explique BrunoMathelart.

Ce spectacle itinérant débutera par une représentation à Falmagne. "C’est là que les habitants ont jadis été surpris par l’envahisseur. Pour notre représentation, nous avons reçu l’aide des riverains qui nous prêteront leur maison ce jour-là pour que tout soit plus vrai que nature. Ils ont même accepté qu’on installe du matériel pour mieux coller à la réalité de l’époque".

Le lendemain, ça sera près de l’église de Bouvignes. Le 20 août, les acteurs joueront devant l’abbaye de Leffe. Le quatrième jour, le spectacle suivra le chemin de croix des Dinantais, soit du murTschoffen au mur Bourdon. Vendredi et samedi, deux journées qui devraient être le point d’orgue de l’événement, les représentants se trouveront aux alentours du pont de la Collégiale. Enfin, le dernier jour se déroulera à la Citadelle de Dinant.

VISION NUANCÉE

Durant sept jours, 674 racontera donc à travers un fil chronologique linéaire et une vision nuancée, les journées tragiques d’août 1914. Pour cela, des costumes de 14-18 ont été loués ou fabriqués maison. Et, à l’instar d’Axel Tixhon qui incarnera un général allemand, tous les comédiens sont à fond dans leur personnage. "On se met dans les conditions de l’époque. Avec ce spectacle, on entre dans une autre dimension", conclut Axel Tixhon.

La Compagnie du Rocher Bayart espère réunir 674 figurants pour les représentations du 22 et 23 août. "I l nous en manque actuellement au moins 200. Mais nous avons une alternative au cas où nous n’arrivions pas aux 674. Le public sera mis à contribution car les représentants distribueront desplaques sur lesquelles les noms des victimes sont inscrits". Vous voulez devenir figurant : 674@dinant.be

 

 

Aucun commentaire: