vendredi 1 août 2014

La Belgique bat le record des inégalités à l'école


BELGA Le Vif



Unicef Belgique pointe, vendredi, dans son rapport annuel pour l'année 2013 "la fracture sociale que connaît l'enseignement belge et qui demande une réponse urgente". L'ONG se félicite toutefois de l'augmentation des fonds collectés tout au long de l'année et ayant atteint près de 21 millions d'euros en Belgique, et ce "malgré la crise""Notre pays bat le record des inégalités à l'école", souligne Unicef Belgique.

 

 

UN TAUX DE PAUVRETÉ INFANTILE RECORD

 L'association a travaillé depuis deux ans avec près de 1.000 enfants vivant dans la pauvreté afin de mieux cerner les mécanismes et les pièges en matière d'égalité dans l'enseignement. "Les témoignages des enfants démontrent à quel point l'école peut blesser ou exclure. Nous questionnons les enfants et les jeunes afin de trouver une solution avec eux. Nous portons ensuite ces propositions aux responsables politiques et internationaux", explique le porte-parole d'Unicef Belgique, Benoît Melebeck.

La Belgique a un des taux de pauvreté infantile les plus hauts en Europe, selon un précédent rapport de l'ONG publié en mai dernier. A Bruxelles, 4 enfants sur 10 grandissent dans la pauvreté, 1 sur 4 en Wallonie et 1 sur 10 en Flandre.

D'autre part, 35.635 citoyens belges ont signé la pétition en faveur de l'éducation dans les situations d'urgence, proposée par Unicef Belgique dans le cadre de la campagne "Apprendre pour (sur)vivre" lancée en 2011 et qui s'est terminée en janvier dernier.

L'ONG a demandé au ministre de la Coopération au développement d'accorder plus d'attention et de moyens à l'éducation dans la réponse humanitaire. Une pétition qui a favorisé l'adoption d'une résolution par le Parlement fédéral, à une large majorité. Un premier pas positif, selon l'Unicef. "La Belgique joue un rôle important en la matière, mais elle peut aller encore plus loin", estime M.Melebeck.

En 2013, les recettes d'Unicef Belgique se sont élevées à 19.864.944,92 euros en fonds propres, à 1.365.180,24 euros en financement public et à 68.939,30 euros en recettes diverses. Les recettes en fonds propres proviennent principalement d'activités de récolte de fonds (dons et legs), se félicite l'ONG.

Au cours des 25 dernières années, le nombre d'enfants qui meurent de causes évitables a été réduit de moitié, selon les chiffres de l'Unicef. Chaque jour, 18.000 enfants meurent avant l'âge de cinq ans. Huit enfants sur dix fréquentent l'école dans le monde. "Ils n'étaient qu'un sur deux il n'y a pas si longtemps", conclut l'ONG.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

SUPER JOËLLE AUX COMMANDES DE L’ÉCOLE FRANCOPHONE


L’Unicef Belgique pointe dans son rapport annuel pour l'année 2013  "la fracture sociale que connaît l'enseignement belge et qui demande une réponse urgente".

On finira par le savoir. Mais le dénoncer ne sert à rien : l’école francophone est en piteux état, en plus elle est inégalitaire ; elle doit être repensée de fond en comble. Ce n’est pas qu’elle manque de moyens financiers, simplement elle est mal pensée et mal organisée, au contraire du modèle finlandais si volontiers cité.

De grands naïfs se sont imaginé que ce serait la priorité de la fédération de Wallobrux. Que nenni, les clefs  de l’usine à gaz ont été confiées à super Joëlle Milquet qui, en matière de réformes, va s’empresser de refiler mille avantages au réseau libre catholique au détriment des réseaux officiels.

C’est sans doute le prix qu’ont payé les socialistes pour une allégeance sans faille du CDH à leur ligne politique (pas de CDH au fédéral).

L’enseignement est une chose trop sérieuse que pour être confiée au monde politique.

MG

 

 

 

Aucun commentaire: