mercredi 20 août 2014

La connaissance du français au plus bas en Flandre


BELGA 



Selon le professeur de français Alex Vanneste, ces mauvais résultats s'expliquent par l'approche de la langue dans l'enseignement secondaire

La connaissance de la langue française par les étudiants flamands en première année d'université n'a jamais été aussi mauvaise, rapportent mercredi Gazet van Antwerpen et Belang van Limburg. D'après les statistiques de l'Université d'Anvers, les étudiants obtiennent un score moyen de 35,9% en français en début de première année, le plus mauvais jamais enregistré. La moyenne affichait encore 54,3% en 1993 et était déjà descendue à 42,9% l'année dernière.

Selon le professeur de français Alex Vanneste, ces mauvais résultats s'expliquent par l'approche de la langue dans l'enseignement secondaire. "Les élèves y apprennent principalement à parler alors que la grammaire est négligée."


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

QUAND ON DETESTE LA LANGUE DE LAUTRE…


Allons donc. Il faut être bien naïf pour imaginer que la cause du déclin de l’enseignement du français en Flandre résulterait d’un déficit d’enseignement grammatical. Ne reproche-t-on pas aux élèves francophones qui sont farcis de grammaire néerlandaise comme des oies périgourdines  de ne pas être capables de mener une conversation in het Nederlands? Le problème est ailleurs et il faut être bien naïf pour ne pas le voir, à moins que l’on ne refuse d’en identifier la cause. La vérité c’est que le français est devenu aussi populaire dans les écoles flamandes que lest le néerlandais dans les écoles bruxelloises. C’est bien la preuve que nous vivons, de fait donc, deux nations culturelles qui de plus en plus s’ignorent et se tournent le dos. Désormais c’est l’anglais qui a la cote parmi les élèves flamands, comme parmi les élèves francophones. C’est dire combien se dégrade en Belgique la volonté de vivre ensemble.

MG

 

 

Aucun commentaire: