mardi 26 août 2014

Maddens: "La coalition suédoise est bel et bien kamikaze "

Simon Demeulemeester

Source: Knack

D’après le politologue Bart Maddens, politologue à la KUL et proche du mouvement flamand, les militants radicaux de la N-VA s’attendent à cinq ans de querelles communautaires. "La coalition suédoise sera bel et bien une coalition kamikaze, mais seulement pour la Belgique " déclare-t-il.



N-VA: Geert Bourgeois, Bart De Wever, Liesbeth Homans © Belga

D’après le politologue Bart Maddens, politologue à la KUL et proche du mouvement flamand, les militants radicaux de la N-VA s’attendent à cinq ans de querelles communautaires. "La coalition suédoise sera bel et bien une coalition kamikaze, mais pour la Belgique seulement" déclare-t-il.

"Pour les électeurs flamands nationalistes, la pilule est amère. Alors que l’électorat libéral de la N-VA reçoit rapidement ce qu’il espérait, les nationalistes devront, eux, attendre au moins cinq avant d’obtenir des avancées sur leurs revendications. Et encore c’est dans l’hypothèse où leurs attentes soient réalisées un jour " écrit Bart Maddens dans un article pour le site web flamingant Doorbraak. Pour le politologue, "l’aisance avec laquelle la N-VA balaie le dossier communautaire est une perpétuelle source d’étonnement".

"Cinq ans de querelles communautaires"

Les Flamands nationalistes de la N-VA ont voté en faveur d’une entrée au gouvernement parce qu’ils "s’attendaient à cinq ans de querelles communautaires" écrit Maddens qui cite un militant de la N-VA. "Le noyau dur de la N-VA espère encore que la Belgique peut être déstabilisée au sein de la coalition suédoise, ce qui ouvrira la voie au confédéralisme" ajoute-t-il. "En d’autres termes, on aura bien une coalition kamikaze, mais on aura une kamikaze pour la Belgique » résume Maddens. Quant à savoir s’il est intéressant pour la N-VA d’avoir une Belgique déchirée par les querelles communautaires, la question reste ouverte" conclut-il.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

CONFUSION

On est en plein cafouillage médiatique, c’est à vous dégoûter de lire la presse en ce moment. Ce qui est sûr, c’est que les négociateurs de la kamikaze tiennent le cap. Qu’importe le prêchi-prêcha des commentateurs politiques de droite et de gauche, ce qui compte ce sera la déclaration gouvernementale et surtout la manière dont elle sera respectée strictement ou non. Ce gouvernement est résolu à éviter les écueils communautaires et à pratiquer une politique libérale c’est-à-dire mettant fin aux dépenses excessives qui mettent le budget en péril. Les déclarations syndicales qui menacent dès à présent de descendre dans la rue ont des accents de chantage. Il reste à espérer que les hommes et les femmes qui composeront le gouvernement à venir auront du caractère et de la détermination pour maintenir ce cap. Cela grogne dès à présent, c’est sûr, du côté des nationalistes purs et durs qui ont l’impression d’être sacrifiés sur l’autel du libéralisme TEA party. Sans doute n’ont-ils pas tout à fait tort et il est intéressant de constater que le professeur Maddens se soit auto-proclamé comme étant leur porte-parole. La barque n’est pas encore mise à l’eau est déjà on lui promet une grosse houle!

Et l’opinion publique, que pense-t-elle de tout cela ? À lire les commentateurs de forums on a le sentiment que ceux–ci en ont royalement marre des commentateurs officiels qui soufflent tantôt le chaud tantôt le froid. Ce gouvernement sera jugé sur ses actes et non pas sur ses intentions ou ses déclarations et on risque de ne pas sortir de ce brouillard avant très longtemps.

MG

 

 

Aucun commentaire: