vendredi 29 août 2014

Un étudiant et son livre sur le terrorisme provoquent une chasse à l'homme

Le Vif


La nervosité d'un homme lisant un livre sur le terrorisme à bord d'un train se dirigeant vers Copenhague a incité jeudi la police à se lancer à sa recherche pour finalement découvrir qu'il s'agissait d'un étudiant stressé par un examen.


© istock

"Si vous voyez l'homme, qui, selon un témoin, a eu un comportement suspect, contactez la police", a écrit sur Twitter la police danoise dans la matinée. Trois photos de l'homme tirées des images d'une caméra de surveillance ont été diffusées, et la découverte d'une valise abandonnée sur une place de Copenhague a alerté les médias qui se sont aussitôt emparés de l'affaire.

L'homme était décrit comme "d'apparence moyen-orientale", avec "des cheveux noirs" et une "barbe fournie". Mais au bout de six heures, la police a dû admettre qu'il n'y avait aucune menace terroriste, et que cet homme était tout simplement un étudiant se rendant à un examen.

Ce jeune homme, Alisiv Ceran, étudie l'anglais, et lisait "War On Terror" qui est à son programme, a rapporté la chaîne de télévision TV2. "Ma voisine de train, je suis désolé de vous avoir fait peur. Je sourirai un peu plus à l'avenir", a-t-ildéclaré. Il a raconté qu'après avoir vu son visage dans les médias il s'était caché dans les toilettes, craignant qu'on ne lui saute dessus.

"Je ne pense pas que nous ayons surréagi", a affirmé au cours d'une conférence de presse l'officier de police, Mogens Lauridsen. "Nous ne pouvons pas nier que cela ait pu avoir des effets négatifs, mais nous n'avons pas eu de réactions indiquant que cela avait effrayé les gens".


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PSYCHOSE


Cette anecdote amusante en dit long sur l’état de psychose qui se développe en Europe. C’est dire l’impact qu’exerce sur les esprits la terreur qu’inspire à tous le nouveau califat de l’État dit islamique, lequel attire toujours plus de jeunes djihadistes venus de la vieille Europe et entraîne une augmentation considérable du nombre des réfugiés : on compte désormais 3 millions de syriens en exil.

Cette situation "doit nous faire réfléchir à mettre la lutte contre le radicalisme comme priorité de la politique de sécurité", selon Didier Reynders. Voilà qui n’est pas précisément de nature à favoriser le vivre ensemble.

MG  




HAUSSE DES DÉPARTS DE DJIHADISTES DEPUIS LA PROCLAMATION DE L'ETAT ISLAMIQUE

Le Vif

L'attrait pour le djihad s'est renforcé en Europe depuis la proclamation d'un Etat islamique sur une large portion de l'Irak et de la Syrie. A la veille d'une réunion informelle avec ses collègues européens, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, évoque "une reprise des départs" de combattants depuis les pays européens ces dernières semaines.


© DR

"On aurait pu se dire que la diffusion des images extrêmes" de l'exécution du journaliste américain James Foley aurait un effet dissuasif, mais le contraire semble se produire. "Je ne dis pas qu'il y a une adhésion à l'exécution", mais il existe une recrudescence de "gens qui ont l'impression de participer à une mission historique", note M. Reynders. Une "hausse des départs" est constatée "dans plusieurs pays européens".

Le mouvement ne concerne pas seulement l'Europe. Au sud du bassin méditerranéen, l'attrait pour le djihad est important, souligne le ministre.

Cette situation "doit nous faire réfléchir à mettre la lutte contre le radicalisme comme priorité de la politique de sécurité", selon lui. Une telle politique requiert l'échange d'informations entre Etat dans le volet sécuritaire, mais aussi d'agir sur le terrain de l'éducation, dit-il. Il plaide aussi pour continuer d'"associer la communauté musulmane modérée".

 

Aucun commentaire: