lundi 22 septembre 2014

Mobilité: demain à Bruxelles, on rasera gratis


CONTRIBUTION EXTERNE  La Libre


A écouter depuis le début de la "Semaine de la Mobilité" les discours des hommes politiques dont celui de Pascal Smet, le nouveau ministre bruxellois (SPA) de la Mobilité et des Transports Publics, on doit être fier d’habiter Bruxelles qui s’apprête à devenir la ville la plus conviviale du Royaume. Un commentaire de Yves de Partz.

 

Lumières leds le long des bandes de circulation, pistes cyclables sur la petite ceinture, tunnel " de qualité de vie" sous la place Meiser, métro aérien à Tour & Taxis, parking vélo sous la Bourse, décors paysagers à la place des viaducs Meiser et puis Herrmann-Debroux , réaménagent des espaces Schuman et Louise-Porte de Namur, investissements dans les transports en commun, élargissement des trottoirs et des piétonniers, premier RER sous peu…. A lire ces projets multiples, on est bien dans la "Semaine de la Mobilité" où tous les espoirs sont permis, avant la clôture des festivités dimanche par un grand défoulement cycliste.

D’accord, cela fait du bien de rêver et surtout, c’est gratuit. En outre, beaucoup d’idées vont dans le sens d’une meilleure qualité de vie, à une -grosse nuance-près: aujourd’hui, trop d’aménagements coûteux ont pour but de freiner artificiellement le trafic automobile, sans bénéfice direct pour les cyclistes, les piétons ni même les riverains confrontés aux voitures à la recherche d’alternatives aux grands axes bloqués. Pascal Smet a beau répéter "qu’à titre personnel, il n’est pas opposé aux voitures mais veut juste une répartition plus égale avec les piétons et les cyclistes", les choix politiques ne vont pas dans le même sens.

Pourtant, en dehors des irréductibles inféodés à leur voiture, les mentalités ont évolué. Il suffit de constater le succès grandissant de la STIB à Bruxelles (+ 6 millions de passagers en 2013) ou le vrai boom du vélo comme objet de loisirs dont témoignent les multiples… voitures équipées de porte-vélos.

ARRÊTER L’ANTI-AUTOMOBILISME PRIMAIRE

Le moment est peut-être venu d’arrêter l’anti-automobilisme primaire aux accents politiques et sociaux. La mobilité concerne les voitures (auxquelles est surtout attachée la tranche des 45-64 ans) mais aussi une population bruxelloise plus jeune et parfois économiquement moins favorisée qui cherche à se déplacer le mieux possible.

La sortie cycliste du gouvernement bruxellois, assortie de la chute d’une ministre, doit rester dans le domaine du folklore. Les Bruxellois et les personnes qui doivent se rendre dans la capitale, y vivre ou la contourner attendent plutôt des initiatives concrètes à court et moyen terme. Quelques- unes parmi d’autres:

- La mise en place de parkings de dissuasion en suffisance pour les navetteurs.

- Des trains qui arrivent à l’heure (1 sur 4 était en retard en 2013!).

- Un pacte de mobilité inter-fédéral réclamé par la FEB pour réduire les bouchons coûtant 1 à 2% du PIB et 3,5 jours de travail par an.

- La fin des querelles communautaires sur l’élargissement du Ring, les lignes de tram de la STIB pénétrant en Région flamande ou, pour l’anecdote, le monopole des taxis de Zaventem à l’aéroport avec, à la clé, des prix dissuasifs.

- Des accords sur un péage à Bruxelles ou une fiscalité des voitures à l’usage afin de désengorger le trafic aux heures de pointe dans une ville parcourue quotidiennement par 370.000 véhicules.

-Des transports en commun en suffisance et à toutes les heures en sachant que les chemins vers l’école et le lieu de travail ne représentent que la moitié des déplacements.

- La mise en place au moins partielle du RER.

- Des avantages fiscaux pour les voitures dites "propres" de plus en plus performantes et capables de favoriser la réduction des pics de pollution et du niveau sonore.

- Des trottoirs effectivement élargis et en meilleur état mais pas pensés en priorité pour réduire la largeur des voies accordées aux voitures. Pour rappel, la marche est le premier moyen de déplacement à Bruxelles (40%).

- L’accès des deux-roues motorisés aux bandes des bus et des parkings pour motos, etc…

PLUS D’ATTENTION AUX VÉLOS ÉLECTRIQUES

Et les vélos, direz-vous? S’ils ne représentaient en 2012 que 3,5 % des déplacements vers le travail ou l’école, cette proportion est en train d’évoluer mais elle ne va pas révolutionner à court terme la mobilité dans une ville comme Bruxelles. En revanche, une attention plus grande aux vélos électriques (parkings sécurisés avec recharge des batteries) pourrait écarter un des arguments en défaveur du vélo, à savoir le paysage vallonné.

Après cette semaine de douces rêveries, le retour à la réalité sera dur lundi matin mais si la volonté politique du gouvernement bruxellois est réelle -pas celle qui préside à la gestion du survol des avions!-, la mobilité finira bien par évaluer.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

TOUS A VELO ?

Nous avons tous -enfin presque- enfourché notre bécane,dimanche, pour un vrai moment de bonheur et de découverte du patrimoine et ce lundi, nous remontons en voiture avec un vague sentiment de mauvaise conscience. Pour ma part j’ai découvert le beau domaine de Val Duchesse et revisité le Rouge Cloître restauré de la plus belle manière.  Il me semble qu’il y avait moins de monde que l’an dernier, sans doute à cause d’un ciel menaçant.

Surtout, il m’a semblé qu’il y avait beaucoup plus de voitures. J’ai vu un homme à terre avenue de Tervuren, il avait l’air très mal en point, les secours venaient d’arriver… Cela donne froid dans le dos. Il ne portait pas de casque. Moi non plus. C’est irresponsable. J’ai vu très peu de foulards et de Bruxellois issus de l’immigration, malgré un passage au centre-ville.  C’est pourtant un moment important pour mesurer son attachement à la ville, une journée de méditation urbaine et de prise de conscience bruxelloise.

Pascal Smet brasse volontiers le vent pour faire parler de lui, il ne saurait s’en empêcher, on le jugera sur son bilan. Son passage à l’enseignement flamand n’a pas laissé un souvenir impérissable aux enseignants, pas plus qu’aux élèves du reste. Il aime qu’on parle de lui, qu’on ne parle que de lui.

« On doit être fier d’habiter Bruxelles qui s’apprête à devenir la ville la plus conviviale du Royaume. »

Propos de plezante zievereir comme disent les Brusseleirs sceptiques et sarcastiques.

Cela fait un an que je fais mes courses à vélo, que je vais lire mes journaux au bistrot de l’Athénée ou à la Belladone, que je n’ose quitter le territoire de ma commune, sauf le dimanche ou au mois de juillet quand les Bruxellois sont à la Vlaamse kust (de moins en moins), sur les plages turques ou espagnoles, dans les campagnes française ou italienne, bref ailleurs. 

Oui, le vélo électrique est vraiment une bonne solution pour grimper les pentes raides de Bruxelles quand on n’a plus quarante ans depuis longtemps, qu’on veut faire un peu d’exercice et qu’on déteste les salles de sport.  Rouler en voiture dans Bruxelles est devenu insupportable, rouler à vélo y demeure un sport de combat. Smet n’y changera rien. Cet article dit clairement ce que d’urgence il convient de faire. Ya donc plus qu’à le faire. Tous à vélo (éventuellement électrique) et tâchez de ne plus tomber, cela fait tellement jaser. 

J’ai vu Gossouin sur sa bécane dimanche avec madame, bravo ! Il paraît que le roi aussi y était avec sa famille au complet mais sans casque. Attention sire, méfiez-vous des mauvaises chutes et des attentats dont on nous dit qu’ils se préparent dans l’ombre. Info ou intox ?

MG

 

 

 

 

Aucun commentaire: