mercredi 15 octobre 2014

«Affaire» Francken: PS, FDF et Ecolo demandent la démission du secrétaire d’Etat N-VA

David Coppi

Le Soir

Theo Francken était présent ce week-end à l’anniversaire de Bob Maes, fondateur du groupe nationaliste et d’extrême droite VMO.



parlementair121

Elio Di Rupo, dans les travées de la Chambre, nous confie : « Tout ça est profondément insupportable et totalement contraire à l’esprit démocratique. Et notez encore que ces comportements inacceptables se produisent avant même que le gouvernement ait la confiance du parlement. »


sur « Télé-Bruxelles », Karin Lalieux, député fédérale socialiste, a annoncé que le PS, ainsi que le SP.A ajoute-t-elle, demanderont la démission de Théo Francken (N-VA) cet après-midi à la Chambre, lors de la rentrée parlementaire.

Pour rappel : Charles Michel, Premier ministre, y est attendu pour son discours de politique générale. En cause, évidemment : la participation du ministre fédéral, ainsi que de Ben Weyts, ministre dans le gouvernement flamand, N-VA lui aussi, aux festivités d’anniversaire de l’un des fondateurs du VMO.

LE CDH DEMANDE À MICHEL DE « CONDAMNER SANS DÉLAI »

Le CDH a également réagi. Dans un communiqué à la presse, Benoît Lutgen,« demande au Premier Ministre, Charles Michel, de condamner sans délai et sans ambiguïté les liens clairement établis entre Théo Francken, et le VMO, milice privée d’extrême-droite interdite dans notre pays. »

Les centristes-humanistes ne s’arrêtent pas en chemin : « Nous demandons la mise à l’écart de Joy Donné, chef de cabinet de Jan Jambon. Ce personnage avait été pris en flagrant délit à jeter son PV sur la voie publique alors qu’il emmenait, dans son véhicule, le Président de la N-VA. Cet homme se trouvait dans l’illégalité puisque ses plaques d’immatriculation avant et arrière étaient différentes. Le CDH ne peut accepter que cet individu devienne chef de Cabinet du ministre de l’Intérieur qui a la tutelle sur la Police. Celui qui a pour première mission de faire respecter les lois de notre pays doit d’abord les respecter lui-même. Le CDH ne peut accepter que le laxisme et le mépris des lois soient incarnés au cœur du ministère de l’Intérieur ». Le CDH demande au Premier ministre de « prendre ses responsabilités ».

Sur Facebook, Joëlle Milquet ajoute : « La N-VA montre enfin son vrai visage en quelques jours ».

Le président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA), tente quant à lui de nuancer. Il déclare aussi respecter Bob Maes.


MAINGAIN : « BART DE WEVER EST LE VÉRITABLE PREMIER MINISTRE »

Présent à la Chambre pour la déclaration gouvernementale, Olivier Maingain demande également la démission de Théo Francken et Ben Weyts. Il commente :« Que les chantres de l’incivisme se retrouvent au cœur du gouvernement et de l’Etat est évidemment inacceptable. » Il demande au Premier ministre de prendre ses responsabilités, mais il met en doute : « Bart De Wever est le véritable Premier ministre et, sans doute que, à Shanghai où il se trouve en ce moment, tout cela ne le gêne pas. »


Ecolo enfonce le clou

Dans un communiqué, Olivier Deleuze dénonce les agissements de Théo Francken et ajoute « En réveillant des cicatrices douloureuses de notre histoire et en choquant y compris au-delà de nos frontières, Theo Francken a démontré qu’il n’était manifestement pas digne des fonctions fédérales qui lui ont été confiées. »

Le communiqué conclut : « Ecolo attend donc du Premier Ministre qu’il prenne ses distances tant à l’égard des déclarations de Jan Jambon que de l’attitude de Théo Francken. Le Premier Ministre doit également demander le remplacement immédiat de son Secrétaire d’Etat à l’asile et l’immigration. »



 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

INCONSCIENTS OU PROVOCATEURS ?



Il n’y a pas de doute, ces types sont très conscients de ce qu’ils font au moment où ils le font.  Curieusement ce n’est pas le démon du communautaire qui pourrit le climat politique belge mais un spectre que l’on pensait oublié qui a hanté l’hémicycle lors de le rentrée parlementaire : celui de la collaboration. La présence de Théo Francken (secrétaire d’Etat fédéral chargé des problèmes de l’immigration) et Ben Weyts (ministre flamand de la mobilité) aux festivités officielles d’anniversaire  de Bob Maes (un sinistre collabo VNV, fondateur du VMO) à la maison communale de Zaventem a fait l’effet d’une bombe médiatique et a permis à l’opposition de se déchaîner contre le premier ministre Charles Michel. 


Débordé, le tout nouveau président de la chambre Siegfried Bracke (N-VA), a été en dessous de tout, offrant un boulevard à l’opposition.

Les masques tombent, les pontes du N-VA découvrent d’emblée leur vrai visage, celui de thuriféraires du VMO, un mouvement raciste de filiation nazie traitant les Wallons de « Waalse ratten »Il est clair qu’il s’agit d’un message à l’électorat VB , d’un signe de connivence à l’égard de toute la mouvance ultranationaliste pour lui faire avaler la pilule d’une déclaration gouvernementale qui met les priorités nationalistes sous le boisseau au profit des enjeux socio-économiques. Les silences complices de Bart De Wever interpellent.  

 

Quant à l’homme à la Porsche, le chauffer occasionnel de Bart De Wever qui ne met pas sa ceinture, roule avec deux plaques différentes et fait des boulettes de ses PV pour faute de parking, il entend bien devenir le chef cab du ministre NVA de l’Intérieur, Jan Jambon. Inacceptable.

 

Charles Michel a fait front aux attaques virulentes de l’opposition et des medias avec beaucoup d’aplomb.

It’s not exactly a soft job.

MG


 

FRANCKEN EN WEYTS OP VIERING EX-VMO-LEIDER BOB MAES: 'EN DAN?'

Simon DemeulemeesterHoofdredacteur ad interim van Knack.be


Vlaams minister Ben Weyts en staatssecretaris Theo Francken (N-VA) waren aanwezig op het verjaardagsfeest van Bob Maes, de oprichter van de extreemrechtse en gewelddadige militie VMO. SP.A en PVDA vragen hun ontslag.



Ben Weyts, Karel Vanlouwe, Theo Francken en Bob Maes (N-VA) © AFF

Een dag nadat vicepremier Jan Jambon (N-VA) zich protest op de hals haaldemet uitspraken over de collaboratie, publiceert het Anti-Fascistisch Front eenfoto van Vlaams minister Ben Weyts en federaal staatssecretaris Theo Francken op een verjaardagsfeestje van Bob Maes, de oprichter van de radicaalVlaamse en vaak gewelddadige Vlaamse Militanten Organisatie (VMO).

De VMO werd opgericht in 1950 als reactie op de straatrepressie tegen mensenuit de collaboratieTot in de jaren '70 leverde de VMO hand- en spandienstenaan de VolksunieHet ging plakken en zorgde voor ordehandhaving op betogingen. In 1971 ontbond Maes zijn VMO, omdat de organisatie opzag tegenprocessen en boetes.

FDF-MILITANT DOODGESLAGEN

De organisatie had een uitgesproken Vlaams en rechts karakteren schuwdegeweld nietZo kwam een militant van het FDF, Jacques Georginom aan de verwondingen die hij opliep bij een confrontatieHet is echter pas vanaf 1971, toen Bert Eriksson de VMO omdoopte naar Vlaamse Militante Orde dat de organisatie onversneden extreemrechts en erg gewelddadig werd.

MAES WERD LID VAN VOLKSUNIE, NIET VAN VLAAMS BLOK

Hoewel VMO'ers voornamelijk aansluiting zochten en vonden bij het VlaamsBlok van Karel Dillenwerd VMO-oprichter Maes senator voor de Volksunie(VU-voorzitter Hugo Schiltz had het niet voor de VMO, en )Maes was rond1943 lid geworden van collaboratiepartij Vlaams Nationaal Verbond (VNV). In 1944 gaf hij zichzelf aan bij de politie. Hij verloor voor 20 jaar zijnburgerrechten. De dochter van Bob MaesLievezetelt nu voor N-VA in het Vlaams parlementOok Bob Maes werd lid van de partij.

WEYTS: 'EN DAN?'

Aan de VRT zegt Weyts geen graten te zien in zijn aanwezigheid op het feestje. 'Jaik was aanwezig op de huldiging van een 90-jarige vriendelijke man, oud-VU-senator en vader van een Vlaams parlementslid, in het gemeentehuis van Zaventem. Graag zelfs, Bob is een zeer verdienstelijk Vlaams-nationalist, op entop idealist en democraatEn dan? Is extreem-links zo hopeloos geworden dat zevan zulke onbenulligheden een politieke rel willen maken?'

Ook N-VA-staatssecretaris Theo Francken heeft geen begrip voor de hetze rondzijn aanwezigheid op het verjaardagsfeest. 'Het was een officiële viering in aanwezigheid van de Zaventemse burgemeester' op het gemeentehuisonderstreept Francken, die spreekt van een onaanvaardbare 'heksenjacht tegeneen 90-jarige'.

FRANCKEN: 'MAES WORDT BINNEN EN BUITEN VLAAMS-NATIONALISE GERESPECTEERD'

Francken herinnert eraan dat Maes van 1971 tot 1984 senator was voor de Volksunie. 'Hij was toen ook enkele jaren voorzitter van de Senaatscommissievoor Verkeerswezen. Bob zat zeventien jaar in de gemeenteraad van Zaventem. Van in den beginne was Bob lid van de Volksunie en daarna van N-VA', aldus de N-VA'er.

Nog volgens Francken wordt Maes 'binnen en buiten het Vlaams-nationalismegerespecteerd voor zijn grote inzet en zijn democratische strijd voor de Vlaamseontvoogding'. 'De PVDA, een extreem-linkse partij, is kennelijk wanhopig enheeft geen argumenten', besluit hij.

PVDA EN SP.A WILLEN ONTSLAG

Oppositiepartij PVDA-PTB reageert furieus op het nieuwsBij monde van voorzitter Peter Mertens vraagt de radicaal-linkse partij het ontslag van Weytsen Francken. 'Het is duidelijk dat bepaalde kringen binnen N-VA moeilijk de collaboratie van een deel van de Vlaamse beweging met het nazisme kunnenveroordelen. Als N-VA die veroordeling van deze duistere pagina's uit onze geschiedens ernstig neemt, dan geeft ze een duidelijk signaal.'

Ook SP.A eist het ontslag van kersvers staatssecretaris Theo Francken van N-VA. 'Wat vinden CD&V en Open VLD hiervan?', werpt fractieleidster Karin Temmerman op.

'Francken moet beseffen dat hij staatssecretaris is geworden en dat niet alleszomaar kan', aldus Temmerman'Hij vertegenwoordigt de voltallige regering. Ikvraag me dan ook af wat coalitiepartners CD&V en Open VLD hiervan vinden.'

Temmerman is niet onder de indruk van de verdediging van Weyts en Francken. 'Zeker als het in een officieel gebouw is, vertegenwoordigen ze hun regeringenIk begrijp dat dit voor hen nieuw is, maar ze moeten toch beseffen dat bepaaldedingen gewoon niet kunnen.'

Het ontslag van Vlaams minister-Weyts vraagt Temmerman als federaalfractieleider nietHaar Vlaamse collega John Crombez is voorlopig nietbereikbaar voor commentaar.

 

DE KAT VAN DE COLLABORATIE KOMT ALTIJD WEER

Waarom het oorlogsverleden onverwerkt blijft

BART EECKHOUT De Morgen


Een optocht van het VNV, met vooraan partijleider Staf De Clerq in 1934. ©PHOTO NEWS


WEINIGEN HADDEN VOORZIEN DAT OORLOGSCOLLABORATIE DE INSTALLATIE VAN DE REGERING-MICHEL ZOU OVERSCHADUWEN. TOCH IS 'S LANDS ONVERWERKT VERLEDEN NOOIT VERAF ALS DE COMMUNAUTAIRE SPANNING STIJGT.

Met de mislukking van de poging van PS en N-VA om in 2010 samen eenregering te vormenraakte het voorval vergeten, maar toen Elio Di Rupopreformateur was verraste hij  in de eerste weken na de verkiezingen zijngesprekspartner Bart De Wever met een voorstel om eerherstel te bieden aan wiena de Tweede Wereldoorlog was veroordeeld wegens collaboratie met de bezetter.

 

LE "CHAUFFEUR À LA PORSCHE" DE BART DE WEVER DEVIENT LE CHEF DE CABINET DE JAMBON

Simon Demeulemeester Vif


L'homme qui s'est fait remarquer en allant chercher le président de la N-VA en Porsche a été nommé au poste de chef de cabinet de Jan Jambon, ce qui ne plaît pas à certains militants de la N-VA. Même si le gouvernement Michel I n'est en place que depuis quatre jours, le parti a déjà été secoué par plusieurs polémiques depuis son entrée au fédéral.


Bart De Wever et Jan Jambon © BELGA

La semaine dernière, Bart De Wever a quitté le quartier général du MR en Porsche. Comme si le choix de la voiture n'était pas suffisamment susceptible de provoquer les critiques, le chauffeur de Bart De Wever a jeté un papier par terre avant de partir sans ceinture dans le bolide. Si la scène a provoqué de nombreuses moqueries, certains n'ont pas apprécié le geste du chauffeur. Ainsi, le parlementaire flamand Wilfried Vandaele (N-VA) a publié le tweet suivant : "Op staande voet ontslaan die man" (Il faut virer cet homme sans préavis). S'il a très vite nuancé ces propos, il a déclaré à nos confrères de Knack.be que " le chauffeur donne l'impression que les membres de la N-VA sont au-dessus de tout, ce qui n'est pas le cas. Nous sommes partisans de la liberté et de la responsabilité. Enfin, je ne crois pas qu'il recommencera".

LES MILITANTS DE LA N-VA VEXÉS

Cependant, l'affaire est loin d'être close puisque le chauffeur de la Porsche - Joy Donné - devient chef de cabinet de Jan Jambon, le numéro un de la N-VA au fédéral en tant que vice premier ministre et ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, un choix qui dérange certains membres du parti.

"Que quelqu'un sans feeling avec la N-VA, qui n'est pas un membre de la N-VA, fasse aussi rapidement carrière vexe un grand nombre de militants" nous confie un parlementaire. "Ils sont inquiets que cet homme censé veiller au respect de la ligne N-VA au sein du gouvernement manque de sensibilité" ajoute-t-il.

Joy Donné était conseiller au cabinet Finances depuis 2008. Il a donc travaillé pour Didier Reynders (MR) et Koen Geens (CD&V).

En outre, même si l'entrée de la N-VA au gouvernement fédéral a été votée pratiquement à l'unanimité, plusieurs voix se sont élevées contre le choix des ministres, une sélection jugée trop masculine. Au gouvernement flamand, à peine une ministre N-VA sur quatre est une femme (Liesbeth Homans) alors qu'au fédéral, la proportion n'est que d'une sur cinq (Elke Sleurs, secrétaire d'État).

Et comme si toutes ces critiques internes ne suffisaient pas, le parti, jugé trop peu communautariste depuis son entrée au fédéral, est également fustigé au sein du mouvement flamand. Ainsi, sur le site Doorbraak, Bart Maddens adopte un ton très ironique à l'égard de la N-VA et De Wever en particulier : "En tant que bourgmestre d'Anvers, De Wever veille aux premiers signes de radicalisation manifestés par de jeunes musulmans. En tant que président de la N-VA, il doit être aussi attentif à la "belgiquisation" de ses excellences. Peut-être qu'il devrait s'examiner pour vérifier qu'il ne présente pas de symptômes . On n'est jamais assez prudent".

Ces polémiques nuancent l'euphorie affichée au congrès de la N-VA. Elles prouvent également que la N-VA est un parti comme les autres et que Bart De Wever peut éprouver des difficultés dans son parti. Il est plus facile pour le meilleur politique de sa génération de s'opposer à d'autres, que de gérer l'opposition manifestée par les siens.

 

Aucun commentaire: