mercredi 26 novembre 2014

CHARLES MICHEL INVITE LE PAPE FRANÇOIS EN BELGIQUE

Le Soir 

Propos recueillis par PHILIPPE REGNIER

A Strasbourg en compagnie du pape, le Premier ministre lui a réitéré son attachement à la séparation entre l’Etat, les autorités publiques et les Eglises.



• 

Le Premier ministre belge était à Strasbourg ce mardi midi, pour recevoir le Pape au Conseil de l’Europe, au nom de la présidence belge du Comité des ministres de cette institution, qui veille au respect de la démocratie, des droits de l’Homme et de l’Etat de droit.

Charles Michel (MR) a officiellement invité le chef d’Etat du Vatican à effectuer une visite en Belgique.

Les deux hommes ont eu un bref entretien, en compagnie du secrétaire général du Conseil Thorbjørn Jagland et de la présidente de son Assemblée parlementaire Anne Brasseur, entre les discours de François au Parlement européen puis au Conseil de l’Europe.

VOUS AVEZ TRANSMIS UN MESSAGE SPÉCIFIQUE AU PAPE FRANÇOIS ?

« J’ai eu, au Conseil de l’Europe, l’occasion de réaffirmer les valeurs de tolérance, de démocratie, de respect, de liberté, de lutte contre la pauvreté. De même, lors de l’entretien que j’ai eu avec lui au nom du Conseil de l’Europe, j’ai mis l’accent sur ces valeurs - des valeurs qui transcendent toutes les origines ethniques, les religions, les croyances : ce sont des valeurs universelles. Je me suis entretenu avec le pape en tant que chef d’Etat et leader spirituel. Mais j’ai aussi tenu à réaffirmer notre attachement à la séparation entre l’Etat, les autorités publiques et les Eglises - ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de place pour le dialogue. Ainsi, dans l’accord de gouvernement avons-nous décidé, dans un esprit de neutralité, d’interdire d’afficher des signes convictionnels dans la fonction publique. »

LE PAPE A-T-IL RÉAGI À CE PROPOS SUR LA SÉPARATION ETAT/EGLISES ?

« J’ai ressenti de l’approbation. »

COMMENT AVEZ-VOUS PERÇU L’HOMME ?

« Notre entretien a duré quelques instants, une petite demie heure. J’ai eu le sentiment d’être en présence de quelqu’un d’extrêmement ouvert à l’autre, d’empathique, empreint d’une modestie sincère. Bref, quelqu’un d’agréable ! »

Coïncidence Ou Pas : Votre Déplacement À Strasbourg A Eu Lieu Au Moment Où La Cour Européenne Des Droits De l’Homme, Le « Gardien Du Temple » De La Démocratie Et Des Droits Fondamentaux Du Conseil De L‘Europe, A (Une Nouvelle Fois) Recommandé À La Belgique De Prendre Des Mesures Pour Améliorer Les Conditions De Détention Dans Les Prisons. Votre Réaction ?

« Rappelez-vous que je suis avocat de formation : je ne pense pas que la situation dans les prisons soit acceptable. Il faut améliorer cela. Voilà pourquoi, dans l’accord de gouvernement, c’est une priorité pour le ministre de la Justice Koen Geens. Nous avons aussi un plan d’investissements. Et nous voulons encourager la diversification des peines, vu la surpopulation carcérale. Il y a d’autres peines possibles que la prison : le port du bracelet électronique ou avec GPS, des peines de travaux d’intérêt général, etc. Ce sont des points importants dans l‘accord gouvernemental. »


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

POURQUOI LE PAPE ?

 Pour quelle raison inviter le pape dans une Belgique de plus en plus sécularisée ? Quel bénéfice secondaire Charles Michel peut-il bien attendre d’une telle initiative sinon de cabrer le PS et de mettre la NV-A dans un certain embarras?

Mais surtout, pourquoi faut-il que ce soit le pape et non pas l’un ou l’autre chef d’Etat européen qui doive rappeler des vérités aussi essentielles que celles-ci :

Promouvoir "la solidarité avec les exclus" (jeunes au chômage ou personnes âgées marginalisées), dénoncer l’ "égoïsme" et « placer l'humain au coeur des politiques. "

"Les grands idéaux qui ont inspiré l'Europe semblent avoir perdu leur force attractive en faveur de la technique bureaucratique de ses institutions",

« des styles de vie un peu égoïstes , caractérisés par une opulence désormais insoutenable et souvent indifférente au monde environnant, surtout aux plus pauvres. » 

« La prévalence des questions techniques et économiques au centre du débat politique, au détriment d'une authentique orientation anthropologique".

« une "absolutisation de la technique", une "culture du déchet" et une "mentalité de la consommation excessive" nous détruit.

Enfin et surtout, la nécessité de "maintenir vivante la réalité des démocraties", face à "la pression d'intérêts multinationaux non universels, qui fragilisent les peuples et les transforment en systèmes uniformisés au service d'empires inconnus »

"conjuguer la flexibilité du marché avec la nécessité de stabilité (...) indispensable pour le développement humain des travailleurs".

"garantir l'accueil des migrants". 

"ne pas tolérer que la Mer Méditerranée devienne un grand cimetière. Dans les barques qui arrivent quotidiennement, il y a des hommes et des femmes qui ont besoin d'accueil et d'aide".

L'enthousiasme pro papal n'est pas partagé par tous les députés. Ainsi Jean-Luc Mélenchon a-t-il dénoncé une entorse à la laïcité. "Vous avez la sagesse et la culture qui auraient dû vous permettre de prévoir que nombre d'entre nous seraient humiliés par un tel manquement aux règles de la laïcité indispensable d'un Parlement européen lorsqu'il inclut notamment des Français dont la loi interdit ce genre de confusion".

Une orientation dans une époque désorientée.

MG



Aucun commentaire: