mardi 25 novembre 2014

Le piétonnier au centre de Bruxelles sera plus grand que prévu

Le Soir

Avec Belga 

 

Le nouveau plan de circulation a été présenté ce lundi.



• 

Les boulevards du centre de la capitale seront libérés du gros du trafic automobile dès l’été prochain et la zone piétonne s’étendra un peu plus que prévu.

Les partis de la majorité de la Ville de Bruxelles (PS-sp.a; MR-Open VLD) se sont mis d’accord sur le nouveau plan de circulation qui entrera progressivement en application dans le Pentagone, non sans avoir mis au point, avec la STIB, un nouveau plan de circulation et de terminus pour les lignes de bus qui convergent actuellement vers le cœur de la Ville.

UNE SUPERFICIE DOUBLÉE

Ce plan de circulation qui contient également un réseau cyclable spécifique au centre la Ville a été présenté lundi par le bourgmestre de la Ville, Yvan Mayeur, l’échevine des travaux Publics et de la Mobilité, Els Ampe (Open VLD), le directeur général de la STIB Brieuc de Meeùs et le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (sp.a). Selon Mme Ampe, la future zone piétonne qui doublera la superficie de la zone existante sera la plus vaste, à l’échelle des villes européennes, si l’on excepte Venise.

Par rapport aux premières ébauches du plan, on a prévu, en plus, une piétonnisation partielle de la place du Jeu de Balle et de la rue du Chevreuil, mais aussi des «zones de confort» (lisez: rendue quasi exclusivement aux piétons) dans les quartiers du Béguinage, Dansaert en ce compris le Marché aux Grains et le Vieux Marché aux Grains.

Pour les touristes mais aussi les Personnes à Mobilité Réduite, un petit train électrique parcourra la zone confort des boulevards du centre et passera à proximité de la Grand Place.

Le plan sera introduit progressivement par phases-tests successives dont les plus significatives seront introduites à partir de l’été prochain.

En gros, on travaillera à l’aide de boucles de circulation à sens unique pour permettre aux habitants et aux autres usagers d’arriver le plus près possible de la zone piétonne, mais non pour organiser des «mini-rings», a insisté Yvan Mayeur.

ÉRADICATION DU TRAFIC DE TRANSIT

Selon lui, soulignant que la philosophie du plan était basée sur l’éradication du trafic de transit qui représente 30 et 40% du trafic du centre, en fonction des heures de pointe matinale et de soirée, et un trafic de destination.

Une première phase test du plan sera organisée à l’occasion des «Plaisirs d’hiver». Le boulevard Emile Jacqmain sera mis en sens unique en direction du centre, tout comme la rue Saint-Michel, par laquelle les voitures du trafic sortant rejoindront la Petite Ceinture via le boulevard Adolphe Max lui aussi mis à sens unique. Idem pour la rue de Laeken à sens unique au départ de la Porte d’Anvers.

La plupart des réaménagements de l’espace public seront effectués entre 2015 et 2020, en commençant, en ce qui concerne les boulevards du centre, par le travail des impétrants (eau, gaz électricité, égouttage, ...).

En août 2015, la STIB modifiera son réseau de bus au centre. Il y aura moins de terminus de bus dans l’hyper-centre (trois au lieu de cinq). Ceux de la rue de la Putterie (Gare Centrale) de la rue des Halles (près de De Brouckère) sont conservés, tout comme celui du Marché aux Grains mais pour une seule ligne de bus au lieu de trois actuellement. A l’intérieur du Pentagone, sur leurs sites propres, les bus circuleront désormais partout dans le sens du reste du trafic.

Les lignes 27, 48, 63, 29, 71, 65 et 66 ne subiront pas de changement. Le bus 86 venant de Molenbeek effectuera un parcours en boucle pour le Pentagone. Le 46 desservira mieux le Quartier Jardin aux Fleurs. Les bus 88 et 47 auront leurs terminus sur les boulevards Jacqmain et Adolphe Max. Le bus 95 aura son terminus à la rue du Lombard.

 


OMMENTAIRE DE DIVERCITY

REINVENTER L’ESPACE PUBLIC

Que l’on songe au succès populaire de l’espace public Flagey ou à celui du parvis de saint-Gilles, aussitôt, on prend conscience de combien les aménagements urbains sont de nature à améliorer la qualité de vie en ville. Bien sûr on a toujours le loisir de se rendre à Séville, à Bordeaux, à Grenoble, à Barcelone pour glaner des idées et surtout, surtout à Gand qui a fait un travail d’aménagement urbain inouï.

Et voilà que Bruxelles semble enfin décidée à prendre ses espaces urbains en main. C’est une excellente nouvelle mais attention, messieurs les urbanistes, vous n’avez pas droit à la moindre erreur.

On regrette déjà que le fabuleux espace Flagey ne soit en somme qu’une semi réussite alors que les rénovations ont pris plus de huit ans de palabres sans fin.

 

BRUXELLES FAIT PREUVE D’AUDACE, ET C’EST RÉJOUISSANT

Pierre Vassart Le Soir

Le réaménagement du centre de la capitale de la Belgique et de l’Europe annoncé lundi par les autorités bruxelloises est d’une ambition et d’un courage sans précédent. Il ose transformer ce centre historique en vaste piétonnier, le plus vaste d’Europe selon l’échevine de la Mobilité de la Ville de Bruxelles Els Ampe (Open VLD). Il ose prendre les mesures nécessaires pour en écarter le trafic de transit tout en permettant à ses habitants de n’être pas privés des facilités de la voiture. Il ose prendre en compte avec réalisme la volonté toujours exprimée par de nombreux usagers de pouvoir rejoindre le centre-ville en voiture en prévoyant de nouveaux parkings souterrains depuis lesquels ils pourront entamer à pied leur balade dans des rues dégagées de tout véhicule. Il ose mêler ces différentes ambitions pour faire du cœur de ville un modèle de capitale moderne : voilà de quoi ramener Bruxelles au rang des métropoles européennes à la pointe en matière de mobilité et de convivialité.

Et il s’agit bien de « ramener » Bruxelles à un niveau digne du sien, puisque sur cette question, notre Région capitale accusait un sérieux retard là où d’autres villes européennes telles Vienne ou Bordeaux, voire d’autres villes belges comme Gand, ont pris les devants depuis longtemps déjà, illustrant de façon concrète et, de l’avis de tous les observateurs, réussie, que ce type de réaménagement est non seulement souhaitable, mais nécessaire pour rendre une ville à ses habitants. La société urbaine a évolué depuis l’époque où les habitants des villes ne rêvaient qu’à la fuir pour s’installer en périphérie. C’est une tendance mondiale : aujourd’hui, on revient vivre en ville, dont les habitants ont droit à des aménagements qui contribuent à la qualité de leur quotidien. Cela sans même parler d’économie et d’emploi pour ces mêmes habitants : voici une vingtaine d’années que le secteur du tourisme est en développement à Bruxelles, et bientôt, les touristes auront une nouvelle raison, et spectaculaire, de l’apprécier.

Des réserves ? On n’écartera pas d’emblée les critiques formulées par Touring, Groen ou le Bral, l’équivalent néerlandophone d’Inter-environnement Bruxelles, notamment sur la nécessité d’une plus grande concertation avec riverains et commerçants. Mais le bourgmestre Yvan Mayeur (PS) l’assure : tout pourra être discuté. Laissons-lui le bénéfice du doute.

 

 

 

 

Aucun commentaire: