samedi 20 décembre 2014

Bart De Wever: "Le CD&V est le plus gros problème de la coalition"


BELGA 



Le CD&V est le parti de la coalition fédérale qui pose le plus gros problème, a répondu le président de la N-VA Bart De Wever à un militant de son parti, lors d'une réunion de parti à huis clos il y a une semaine à Anvers, rapporte Le Vif/L'Express. L'hebdomadaire a assisté discrètement à l'étape anversoise du Tour pour la Flandre de la N-VA, une soirée interdite à la presse.

Un militant y a interpellé Bart De Wever. "Le CD&V a un pied dans le gouvernement et l'autre en dehors. Comment allez-vous dompter ce cheval de Troie?", a-t-il demandé.

"A la presse, on dirait 'mais non, ça va encore, vous exagérez...'. Mais, non, en fait, ça ne va pas: il y a un problème", a répondu M. De Wever.

"Il est essentiel de raconter l'histoire de la relance socio-économique d'une même voix. En fait, il faut trouver les bonnes personnes qui pédalent pour atteindre le même objectif. Les choses se compliquent si l'un des quatre [partenaires] se retrouve sur le porte-bagages. Surtout si, en plus, il ne cesse d'appuyer avec son pied sur le pneu arrière. On commence alors à faire du surplace. J'ai l'impression que c'est le cas", a poursuivi le président des nationalistes flamands.

"J'entends certains dire: 'on ne doit plus faire d'économies. Je sais que les autres membres du gouvernement ne sont pas d'accord, mais je le raconte quand même aux journaux.' Comment est-il dès lors possible de partir en guerre avec un soldat pareil? C'est le plus gros souci de cette coalition. Le CD&V a des difficultés internes: il n'y a pas que des syndicalistes rouges qui manifestent dans les rues, mais des verts aussi... Si le CD&V ne pédale pas avec nous, à un moment donné, les pieds vont se prendre dans les rayons et nous allons tomber. Et je souhaite bonne chance à celui qui fait tomber ce gouvernement."

Le CD&V n'a pas souhaité réagir à ce qu'il considère comme des propos en interne.

LE DÉPUTÉ CD&V RAF TERWINGEN RELATIVISE

Le député CD&V Raf Terwingen a relativisé vendredi les critiques émises par le président de la N-VA Bart De Wever qui reproche aux chrétiens-démocrates flamands de constituer "le plus gros problème" de la coalition gouvernementale fédérale. "Lors d'une réunion en interne, on utilise parfois un langage plus dur, et tout le monde sait que M. De Wever est très fort dans la métaphore", a-t-il commenté dans "De Ochtend" (VRT radio).

Ce type de propos relève du jeu politique et le CD&V ne doit pas s'en sentir offensé, car ils prouvent au contraire que le parti parvient à se profiler au sein de la coalition, estime-t-il.

M. Terwingen a assuré que son parti exécuterait le programme du gouvernement "avec loyauté". Mais il prévient: si à l'avenir des économies devaient encore être opérées, les moyens devront venir d'une taxation du capital et "pas du citoyen ordinaire", qui a déjà fourni suffisamment d'efforts à ses yeux.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

IL EXISTE DÉSORMAIS DEUX CULTURES POLITIQUES EN BELGIQUE, CETTE ROYAUTÉ A DEUX TÊTES


Dialogue interculturel ?

Il est inexistant en ce moment et les tensions se polarisent entre d’une part la N-VA, le MR et le VLD et d’autre part tous les autres, y compris le CD&V qui est à la fois dans la coalition et en dehors d’elle à la grande colère de Bart De Wever à qui il donne l’impression de pédaler à l’envers.

C’est dire qu’une autre coalition est possible au fédéral. Toutefois N-VA et CD&V sont liés par un double lien contractuel : au fédéral mais aussi à la Vlaamse Gemeenschap. Une rupture, à supposer qu’elle ait lieu,  entraînerait un séisme en Flandre et il est difficile de deviner qui en serait le bénéficiaire de la N-VA ou du CD&V. Il est clair que le CD&V, proche du syndicat chrétien (ceux qui manifestent en vestes vertes, a déjà perdu tous ses électeurs  et partisans de sensibilité droitière (comme lCDh du reste).

Assurément, lelundis débrayés ont entraîné un clivage profond dans l’opinion publique entre les partisans de la grève et ses adversaires. Les tensions se sont exacerbées et les incidents graves ont été évités de justesse. Il serait hasardeux de pousser le bouchon beaucoup plus loin, sauf si la volonté de certains était de vouloir à tout prix dramatiser le conflit en faisant  bouillir la marmite.

Des trois antagonismes qui déchiraient la Belgique (Flamands/Wallons ; cathos/libre penseurs ; gauche/droite) il semble que ce soit celui qui oppose la droite à la gauche qui soit désormais le plus clivant et qu’il traverse la frontière linguistique.

S’il veut tenir, Charles Michel devra faire des concessions  et le CD&NV, tenaillé par son aile syndicale,  plaide pour un tax-shift ou un non saut d’index (« les moyens devront venir d'une taxation du capital et pas du citoyen ordinaire, qui a déjà fourni suffisamment d'efforts à ses yeux. ). Le MR y semble résigné, le VLD et la N-VA beaucoup moins.

Grand suspense donc.

MG

 

 

DE WEVER AAN 'PROBLEEM' CD&V: "VEEL GELUK AAN WIE DEZE REGERING LAAT VALLEN"

Bron: Het Laatste Nieuws



 ©BELGA

N-VA WORDT STEEDS MISNOEGDER OVER DE NUKKIGE HOUDING VAN CD&V IN DE FEDERALE REGERING. N-VA-VOORZITTER BART DE WEVER GAF OP EEN PARTIJBIJEENKOMST AAN DAT HIJ DE HOUDING VAN CD&V PROBLEMATISCH VINDT, SCHRIJVEN LE VIF, KNACK EN HET LAATSTE NIEUWS. "TEGEN DE PERS ZOUDEN WE ZEGGEN: 'MAAR NEE, HET VALT NOG MEE, U OVERDRIJFT'. MAAR EIGENLIJK GAAT HET NIET: ER IS EEN PROBLEEM."

ALS ÉÉN VAN DE VIER OP DE BAGAGEDRAGER BELANDT EN MET ZIJN VOET OP DE ACHTERBAND DUWT, WORDT HET INGEWIKKELDER

N-VA-voorzitter Bart De Wever

De N-VA-voorzitter deed de uitspraak tijdens een besloten partijbijeenkomstin Antwerpenwaarop ook een journalist van het weekblad 'Le Vifaanwezigwas. De Wever antwoordde op een vraag van een militant over "het paard van Troje CD&V". "Tegen de pers zouden we zeggen: 'Maar nee, het valt nog mee, u overdrijft'. Maar eigenlijk gaat het nieter is een probleemHet is uiterstbelangrijk het verhaal van het socio-economische herstel met eenzelfde stem tebrengen."

De Wever vergeleek de vier federale regeringspartijen daar met vier fietsers die dezelfde richting zouden moeten uitfietsen. "Maar als één van de vier op de bagagedrager belandt en met zijn voet op de achterband duwtwordt het ingewikkelder", zei hij.

"CONSTANT IN DE SHIT"

EEN DRAAGVLAK CREËREN VOOR ONZE MAATREGELEN IS MOEILIJK ALS ÉÉN COALITIEPARTNER CONSTANT DE GELEDEREN OPENT

N-VA-voorzitter Bart De Wever

"Ik hoor sommigen zeggen: 'We moeten niet meer besparenIk weet dat de andere regeringsleden niet akkoord gaan, maar ik zeg het toch tegen de kranten'. Hoe kunnen we dan met zo'n soldaat ten oorlog trekkenDat is het grootste probleem van deze coalitieCD&V lijdt onder interne moeilijkheden: op straat zijn er niet enkel rode vakbondsmensen maar ook groene." 

En dan klonk het dreigend: "Als CD&V niet met ons meefietstdan zullen op een bepaald moment de voeten in de spaken terechtkomen en dan gaan we vallenEn ik wens veel geluk aan wie deze regering laat vallen"


CD&V onverstoorbaar: "De gewone man heeft al genoeg ingeleverd"

STEFAN GROMMEN19-12-14, 08.25uBron: VRT


CD&V voelt zich niet geschoffeerdzo zei CD&V-fractieleider Raf Terwingen in 'De Ochtend' op Radio 1 na de scherpe uitspraken van N-VA Bart De Wever aan het adres van zijn partij. Meer nog: Terwingen voeltdat een "andere wind begint te waaien" over de vermogenswinstbelasting.

Ik kan begrijpen dat partijen zich willen profileren op hun thema's

CD&V-fractieleider Raf Terwingen

CD&V laat zich niet opjagen door de uitspraken van Bart De Wever op eeninterne N-VA-meeting van vorige week. Daar zei De Wever dat de houding van CD&V in de federale regering "een probleem" is. Hij vergeleek de regering met vier mensen op een fiets. "Als één van de vier op de bagagedrager belandt enmet zijn voet op de achterband duwtwordt het ingewikkelder."

CD&V-fractieleider Raf Terwingen suste in 'De Ochtend'. "De Wever is natuurlijk een kei in metaforen", klonk het luchtig"De wittebroodsweken in de regering zijn nog niet voorbij. Ik kan begrijpen dat partijen zich willenprofileren op hun thema's."

Ander briesje

Waar mogelijk moet er wat bijgesteld worden. Ik denk dat het briesje in die richting begint te waaien

CD&V-fractieleider Raf Terwingen

Terwingen wil nog eens benadrukken dat zijn partij het regeerakkoord "loyaalwil uitvoeren". Maar dan volgt ook dit: "Het is voor CD&V heel duidelijk datverdere lasten niet op schouders van gewone man mogen vallen. Die heeft al genoeg ingeleverd." 

Dus toch nog een discussie over een vermogenswinstbelasting? "We gaan de problemen pas oplossen als ze zich stellenzoals een bekend voormaligpremier ooit zei", aldus Terwingen"Ik voel wel dat de wind over vermogenswinstbelasting toch ook bij de anderen begint te draaien. Dat is het gevolg van de maatschappelijke reactiesWaar mogelijk moet er wat bijgesteldworden. Ik denk dat het briesje in die richting begint te waaien."

 

 

 

Aucun commentaire: