mardi 16 décembre 2014

Charles Michel demande un peu de discrétion à ses ministres

Le Soir

Belga 

 

Au lendemain de la grève nationale, le gouvernement a tenu une réunion en comité restreint.



• 

 

De commun accord, les ministres présents au kern n’ont pas voulu faire de commentaire à la sortie de la réunion pour permettre aux rouages de la concertation sociale de bien fonctionner.

Seul le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, a répété l’appel à cette concertation. « Les contacts vont se poursuivre. Jusqu’à présent, nous avons eu une confrontation. Il faudra qu’à un moment, on puisse mettre les partenaires sociaux et le gouvernement autour d’une table »a-t-il souligné.

Le Premier ministre a demandé aux membres de son gouvernement de cesser les déclarations tous azimuts qui alimentent la chronique politique, a-t-on indiqué à bonne source. L’accord de gouvernement prévoit un glissement fiscal et le chantier s’ouvrira au cours de la législature.

Ces dernières semaines, les déclarations des partenaires de la majorité se sont succédé et n’allaient pas toutes dans le même sens, tant s’en faut. Au cœur des débats se trouve la question du glissement de la fiscalité sur les revenus du travail vers d’autres sources de revenu, dont le capital, soit le « tax shift ».

POUR KRIS PEETERS, LES DÉCLARATIONS DE BART DE WEVER N’INCITENT PAS AU DIALOGUE

Le point est d’autant plus compliqué que tout le monde ne parle pas toujours de la même chose, le flou régnant entre un impôt sur la fortune et une taxation des plus-values.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

ZERO POINTÉ EN COMMUNICATION POUR « MICHELLEKE »


Qu’on lui lise illico l’édito de Béatrice Delvaux pour expliquer à ce « fils de » que s’il continue à communiquer comme un manche, il rejoindra très vite Français Hollande sur la liste des grands losers en politique. On a l’impression que Didier Reynders piaffe d’impatience pour le remplacer.

MG  

 

 

Aucun commentaire: