vendredi 2 janvier 2015

Les bateaux fantômes, un nouveau degré de cruauté des trafiquants d'êtres humains

Le Vif

 

Les "bateaux fantômes" remplis de migrants africains et laissés à la dérive en mer Méditerrannée constituent un "nouveau degré de cruauté" atteint par les trafiquants d'êtres humains, estime vendredi l'agence européenne de gestion des frontières Frontex.



© Belga

L'avis suit la découverte, pour la deuxième fois en quelques jours seulement, d'un bateau à la dérive par la marine italienne, avec plusieurs centaines de personnes à bord. L'équipage aurait quitté le bateau, abandonnant les migrants à leur sort. "C'est un nouveau phénomène de cet hiver", indique la porte-parole de FrontexEwa Moncure.

Selon elle, cette pratique est très lucrative pour les trafiquants. Elle consiste à envoyer en mer des navires récemment déclassés, sans équipage et avec une quantité à peine suffisante de carburant. Il s'agirait d'un business pesant "des millions". "Chacun de ces candidats migrants est forcé de payer plusieurs milliers d'euros ou de dollars pour la traversée.

Le montant grimpe vite si l'embarcation peut contenir plusieurs centaines de personnes". "Quand un bateau inapte à naviguer en haute mer est surchargé et se retrouve en situation de détresse, les personnes qui y sont enfermées dans des espaces de stockage n'ont aucune chance", insiste encore Ewa Moncure, qui s'exprimait vendredi à Varsovie.

News LeVif.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LA PIEUVRE


Certes,le djihadisme islamiste est un fléau, une menace non négligeable pour la démocratie. Mais il y a pire : les mafias silencieuses qui poussent leurs tentacules partout où le capitalisme dérégulé présente des failles. En cela elle gangrène dangereusement les fondements démocratiques de notre société.

Si on en croit wikipedia : six caractéristiques définissent une mafia :

Structuration de l'organisation qui suppose un engagement réciproque de ses membres et un certain nombre de règles internes.

La violence qui est à la fois utilisée pour accéder à des richesses et pour protéger l'organisation par l'intimidation.

La mafia a aussi un rôle social. Les mafieux cherchent à avoir des rôles importants dans des activités de médiation sur le plan politique, social ou économique, en particulier pour la jonction entre la sphère légale et illégale.

Un ancrage territorial. Ainsi tout en ayant des activités internationales, les mafias cherchent à garder des liens sur leurs territoires d'origine.

La coexistence entre les activités légales et illégales entre l'ensemble des ressources de l'organisation. Seule l'Italie, confrontée de longue date aux phénomènes mafieux, a défini le crime d'association mafieuse.

Le lien avec les classes politiques et les institutions, soit à l'échelle régionale, soit à l'échelle nationale. Grâce à cette interpénétration, elle arrive à accéder à certaines ressources, dont des marchés publics. Elle arrive dans certains cas à agir en toute impunité judiciaire parce qu'elle monnaie son soutien à la classe politique à travers l'influence qu'elle exerce sur la société.

Ce dernier point doit retenir toute notre attention : « agir en toute impunité judiciaire par un soutien à la classe politique à travers l'influence qu'elle exerce sur la société. »

Il est bien certain que la mafia est toute puissante dans l’univers glauque des passeurs d’immigrants comme l’illustre bien cet article.

En cela, elle mine les fondements de notre société et doit être combattue avec la plus grande énergie. Que font les Nations Unies ? Que fait le gendarme du monde ?

Curieusement ceci est un sujet très rarement abordé par les medias. J’ai lu Pax Mafiosa autrefois et me souviens que la grande hantise de l’auteur était que les mafias isolées ne se mettent à collaborer entre elles pour conquérir le pouvoir mondial. Le livre date de 1993, depuis lors aucune publication fracassante n’est venue corroborer ce redoutable diagnostic.

 

MG

 

 

Aucun commentaire: