mercredi 11 février 2015

L'afflux de combattants étrangers en Syrie est "sans précédent", selon les Etats-Unis

La Libre Belgiqique



La guerre en Syrie attire des combattants étrangers d'une manière "sans précédent", estime l'administration américaine qui chiffre à 20.000 le nombre de ces combattants.

L'évaluation figure dans un témoignage écrit préparé pour le Congrès par Nicolas Rasmussen, le directeur du Centre national anti-terroriste (NCTC) qui synthétise toutes les informations sur la menace terroriste des agences de renseignement américaines.

M. Rasmussen doit être entendu mercredi par la commission de la Sécurité intérieure de la Chambre des représentants, mais la partie écrite de son témoignage a filtré dès mardi soir.

La nouvelle estimation de 20.000 combattants étrangers, en provenance de 90 pays, est légèrement supérieure à celle jusqu'à présent en vigueur (19.000), selon le NCTC.

Car le rythme des arrivées de combattants est "sans précédent", notamment par rapport à ce qui s'est passé en Afghanistan et au Pakistan, en Irak, au Yémen ou en Somalie, selon M. Rasmussen.

Le profil de ces combattants est très variable, mais "nous estimons qu'au moins 3.400 de ces combattants étrangers viennent de pays occidentaux, dont 150 Américains", a-t-il expliqué.

"La majorité" de ceux qui partent vont rejoindre les rangs du groupe jihadisteEtat islamique (EI) en Syrie et en Irak, a-t-il relevé. "Les tendances sont claires et inquiétantes".

Le nombre d'aspirants au voyage dans les pays de départ augmente également, selon les informations du NCTC. Les réseaux sociaux permettent, "spécialement à l'EI", d'attirer des combattants et de leur fournir des renseignements pratiques pour leur voyage, relève M. Rasmussen.

La capacité de propagande en ligne de l'EI "continue d'augmenter", avec près de "250 productions officielles de l'EI publiées en ligne" depuis le 1er janvier, a-t-ilnoté.

L'EI diffuse des images terribles, comme celles des meurtres d'otages, mais elle offre aussi "des images bucoliques, familiales" de la vie sous son autorité, a poursuivi le directeur du NCTC.

Le groupe jihadiste utilise souvent des références à la culture occidentale, comme des jeux vidéo, pour séduire des cibles cherchant des émotions fortes, ou des jeunes "en quête de réalisation d'eux-mêmes".

L'EI a aussi su inventer des "mèmes", terme décrivant une idée simple destinée à se propager sur les réseaux sociaux comme "On ne meurt qu'une fois - pourquoi ne pas choisir le martyre", résumé par l'acronyme YODO (you die only once).

Selon le responsable américain, la Turquie --lieu de passage privilégié des aspirants au combat-- a récemment renforcé ses efforts pour les interdire dès leur entrée, sur la base d'informations fournies par les pays d'origine.

La liste des interdits d'entrée en Turquie compilée par Ankara compterait désormais 10.000 noms, a précisé M. Rasmussen.

Concernant le territoire américain, il a estimé que la menace d'actes extrémistes commis par des Américains restait stable.

"Nous pensons que cette menace va rester à son niveau actuel, avec moins de dix projets non coordonnés et non sophistiqués, émanant d'un groupe de plusieurs centaines d'individus, pour la plupart connus des services de renseignement ou de police", a-t-il relevé.

Un responsable du département d'Etat américain avait indiqué récemment qu'un grand nombre d'étrangers figuraient parmi les combattants de l'EI tués à Kobané, la ville syrienne reconquise fin janvier par les forces kurdes après des mois d'une bataille acharnée.

Un rapport de la commission du Conseil de sécurité de l'ONU publié en novembre avait chiffré à 15.000 le nombre de combattants à avoir rejoint des organisations radicales comme l'Etat islamique, en provenance de 80 pays.

"Je suis inquiet de notre capacité à combattre cette menace (extrémiste) à l'étranger, mais aussi chez nous", a déclaré dans un communiqué le président de la commission sur la Sécurité intérieure de la chambre, Michael McCaul.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

UN MUSULMAN BELGE SUR DEUX EST UN FONDAMENTALISTE


Malheureusement les graphiques ne sont pas transposables ici, il faut les consulter sur le site du Morgen, ils sont consternants et montrent à quel point notre jeunesse belge musulmane, bruxelloise en particulier, a été manipulée par les mosquées locales, les salafistes des rues et les réseaux sociaux. La faillite de l’école à transmettre nos valeurs démocratiques est totale. Aucun pays n’envoie autant de jeunes combattre là-bas que le Belgique, du moins proportionnellement.

Conclusion ? Nos autorités n’ont rien vu venir. Ou alors elles ont été aveuglées par un intérêt tout  électoraliste  à fermer les yeux pour drainer les voix musulmanes. C’est un calcul à très court terme car demain nous aurons des partis musulmans comme le prédit Houellebecq dans son roman "Soumission" qui donne froid dans le dos.

Oui, il existe des musulmans éclairés qui pratiquent un islam des lumières mais ils ne représentent malheureusement qu’eux-mêmes et une poignée d’intellectuels qui les suivent. « Il faut faire un travail d'information et de pédagogie, poser les limites et les frontières entre la citoyenneté et la religion. Il faut répéter que l'islam des terroristes n'est pas l'islam et qu'il y a différentes couleurs de l'islam. Répéter aussi que la laïcité n'est pas l'ennemi de l'islam. C'est un gros chantier qui demande du temps. Mais je suis persuadé que nous pouvons réussir. » (Malek Chebel)

Un gros chantier qui demande une armée de formateurs qu’il reste à former intellectuellement quand  l’ennemi recrute à tour de bras dans les prisons, les rues, les arrières-mosquées et internet. Difficile de se montrer encore optimiste.

MG 

 

 

"HELFT BELGISCHE MOSLIMS IS FUNDAMENTALIST"

©THINKSTOCK

Ruim de helft van de Belgische moslims is fundamentalistisch en wantrouwtjoden en homo'sDat blijkt uit een studie van het Berlijnse Centrum voorSociale Wetenschap (WZB) bij 9.000 moslims en christenen in België, Nederland, DuitslandFrankrijkZweden en Oostenrijk.

BELGISCHE MOSLIMS BLIJKEN SAMEN MET HUN OOSTENRIJKSEGELOOFSGENOTEN DE MEEST XENOFOBE EN FUNDAMENTALISTISCHEMET DEZE CIJFERS IN HET ACHTERHOOFD VINDT ONDERZOEKER RUUD KOOPMANS HET NIET TOEVALLIG DAT NET UIT ONS LAND ZO VEEL JIHADI'S NAAR SYRIËZIJN VERTROKKEN. "HET BELEID MOET BIJ DE AANPAK VAN RADICALISERING VERDER KIJKEN DAN HET KLEINE GROEPJE DATGEWELD GEBRUIKT", ZEGT HIJ.

"DE WORTELS VAN DIT PROBLEEM ZITTEN IN DE MOSLIMGEMEENSCHAP ZELFGEWELDDADIG GEDRAG WORDTUITGELOKT DOOR EXTREME OMSTANDIGHEDEN ZOALS DE SITUATIE IN SYRIË. MAAR WE ZIEN DAT EEN BELANGRIJKEMINDERHEID EEN VIJANDIGE INTERPRETATIE VAN DE ISLAMAANHANGT."

RUIM HELFT MOSLIMS IN BELGIË MOET GEEN HOMO'S EN JODEN

Onderzoeker vindt het geen toeval dat uit België zoveel jihadi's naar Syriëzijn vertrokken

SOFIE VANLOMMEL

Ruim de helft van de Belgische moslims is fundamentalist en wantrouwtjoden en homo's. Dat houdt gevaar in, zegt onderzoeker Ruud Koopmans, die de moslimgemeenschap bevroeg in zes Europese landen.

Koopmans, het Nederlandse hoofd van de cel migratie bij het Berlijnse Centrum voor Sociale Wetenschap (WZB), bevroeg 9.000 moslims en christenen in België, Nederland, DuitslandFrankrijkZweden en OostenrijkDe resultatenzijn nu gepubliceerd in vakblad Journal of Ethnic and Migration Studies. Uitzijn onderzoek blijkt dat Belgische moslims bij de meest fundamentalistische enxenofobe van de zes Europese landen horen. Enkel Oostenrijk scoort hoger.

Koopmans werkte met 600 Franstalige en 600 Nederlandstalige Belgen die zichzelf moslim noemenvoornamelijk van Turkse en Marokkaanse origine.

MALEK CHEBEL : L'ISLAM, LA FRANCE, CHARLIE HEBDO ET MOI




FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Dans son dernier livre, L'inconscient de l'islam, Malek Chebel revient aux fondements anthropologiques de la religion musulmane pour mieux en analyser les dérives actuelles. Il a répondu aux questions de FigaroVox.


Anthropologue des religions et psychanalystes, Malek Chebel est connu pour sa nouvelle traduction du Coran et pour être le héraut d'un islam des Lumières. Son dernier livre.L'inconscient de l'islam vient de paraître aux éditions CNRS.


PROPOS RECUEILLIS PAR ALEXANDRE DEVECCHIO @AlexDevecchio

 

DANS VOTRE DERNIER LIVRE, VOUS EXPLIQUEZ LES DÉRIVES DU MONDE ARABO-MUSULMAN ACTUEL PAR CE QUE VOUS DÉFINISSEZ COMME L' «INCONSCIENT DE L'ISLAM». DE QUOI S'AGIT-IL EXACTEMENT?

A travers ce livre j'ai voulu expliquer ce qui se cachait derrière le miroir, revenir au fondement anthropologique et inconscient qui détermine les différentes expressions de l'islam contemporain. Mon livre remonte aux racines de la religion musulmane et à l'histoire des califes. Cette histoire est celle des guerres saintes détournées, de l'exacerbation de la figure du kamikaze, ou encore de la censure des livres. La folie actuelle se nourrit de cette histoire.

LE MYTHE DE L'ESCLAVE BLANCHE EXPLIQUE L'ARDEUR DE NOMBREUX GUERRIERS MUSULMANS À VOULOIR COMBATTRE ET SOUMETTRE L'INFIDÈLE.

VOUS PARLEZ NOTAMMENT DE «GUERRE SAINTE DÉTOURNÉE». DE QUOI S'AGIT-IL EXACTEMENT? QUELLES ÉTAIENT LES VÉRITABLES BUTS DE CETTE GUERRE?

D'après mes recherches, la guerre sainte s'est arrêtée à la mort du prophète en 632. Toutes les guerres qui ont suivi, menées par les différents califes et sultans, tant abbassides (750-1258) que mameloukes (1250-1517), puis ottomans, à partir du XVIe siècle, jusqu'à la chute du califat en 1923, étaient des guerres de puissance. Il s'agissait de peupler le harem du souverain de jeunes femmes venues d'ailleurs afin de régénérer le sang de la race. Exit l'idée de l'expansion de l'islam, l'heure était à l'assouvissement d'un désir de puissance et d'un désir sexuel. Les objectifs de la conversion, à l'islam, le projet spirituel initial s'est progressivement vidé de son sens religieux pour se transformer en festin céleste, avec ses récompenses ici-bas, ses objectifs de nombre et d'amélioration du pedigree de la classe au pouvoir. Chaque potentat avait par exemple à cœur de posséder son esclave blanche. Le mythe de l'esclave blanche explique d'ailleurs l'ardeur de nombreux guerriers musulmans à vouloir combattre et soumettre l'infidèle. La guerre pour les femmes se substitue à la guerre sainte.

DIRIEZ-VOUS QU'IL S'AGIT AUSSI D'UNE CLEF DE COMPRÉHENSION DU DJIHADISME D'AUJOURD'HUI?

Oui. On peut notamment s'interroger sur la véritable nature de la guerre sainte à laquelle s'accrochent les djihadistes d'aujourd'hui, adeptes du «mariage temporaire», qui sévissent sur tous les fronts. De même, comment comprendre le comportement d'un grand nombre de zaïms militaires, qui s'octroient des femmes, proies faciles, dont le seul tort est d'être désirable? Cette structure mentale ne relève pas de l'islam, mais de la négation de l'islam, d'un islam de razzia, en partie criminogène, qu'il faut pointer et dénoncer, car il porte atteinte aux croyants.

AUX YEUX DE L'ISLAM, LE CORAN SEUL DEVRAIT AVOIR LE TITRE DE LIVRE. EN DEHORS DE LA « RÉVÉLATION », POINT DE SALUT POUR L'ÉCRIT PROFANE

VOUS CONSACREZ UN CHAPITRE DE VOTRE ESSAI AUX LIVRES INTERDITS. QUE VOUS INSPIRE L'AUTODAFÉ DE DAECH À MOSSOUL?

Cela relève de l'absence de respect pour la création humaine au sens large. La haine des images et notamment de la caricature procède de la même logique. Car les fondamentalistes haïssent tout ce qui est du ressort humain et non divin. Les Saintes écritures ont toujours été problématiques en islam, religion-culture fondée sur l'oralité, où l'écrit est absent, ou alors dangereux. Il s'avère ainsi qu'aux yeux de l'islam, le Coran seul devrait avoir le titre de livre. En dehors de la «Révélation», point de salut pour l'écrit profane, les écrivains étant suspectés de déviationnisme, puisqu'à travers leur création, il réfute la pensée mimétique et ses conventions étroites. Aujourd'hui encore, tout écrivain qui ose écrire un livre risque d'être pris pour un anti-prophète.

PLUS LARGEMENT QUELS SONT LES LIENS ENTRE RELIGION, POLITIQUE ET LIBERTÉ DANS LA DOCTRINE MUSULMANE?

LA SÉPARATION ENTRE LA POLITIQUE ET LA RELIGION EST LE POINT LE PLUS CRUCIAL DE LA MARCHE DE L'ISLAM VERS LA MODERNITÉ.

Pour l'instant, la confusion entre ces trois domaines est totale. C'est pourquoi, je me bats pour un islam des LumièresIl faut couper le cordon ombilical qui relie la religion à la politique. La religion a tout à fait sa place dans la cité musulmane, y compris lorsque l'islam est à l'extérieur de ses territoires comme en France ou en Europe, mais dans le cadre de la mosquée. La séparation entre la politique et la religion est le point le plus crucial de la marche de l'islam vers la modernité. Si nous n'arrivons pas à briser le lien entre ces deux univers, on ne fera bouger l'islam qu'à la marge. Cette séparation des deux corps est la condition indispensable pour faire évoluer le monde arabo-musulman notamment sur le statut des femmes. Depuis le XVIIIe siècle, les musulmans des Lumières ont commencé à s'intéresser à cette question. Ils ont avancé sensiblement sur de nombreux dossiers, dont celui des femmes, mais aussi celui de la gouvernance. Dès les années 1920, certains livres qui ont enflammé les foules, en particulier en Egypte, posaient clairement le principe de séparation de la mosquée et de l'Etat. La confusion qui règne actuellement n'est donc pas congénitale. L'islam pâtit simplement d'un contexte géopolitique défavorable. A mon avis, elle fera son aggiornamento plus vite qu'on ne le croit.

FRANÇOIS HOLLANDE A EXPLIQUÉ QUE LES ATTENTATS DE CHARLIE HEBDO N'AVAIENT RIEN À VOIR AVEC L'ISLAM. L'ISLAMISME N'EST-IL PAS, MALGRÉ TOUT UNE «MALADIE DÉGÉNÉRÉE DE L'ISLAM»?

Je dirai plutôt que cela n'a rien à voir avec l'islam mais tout à voir avec les musulmans. Ces derniers sont en mesure de donner de l'islam une très belle ou une très mauvaise image. Les musulmans de France ont commencé à faire bouger les lignes. Avant les attentats de Charlie Hebdo, personne n'aurait pu imaginer que ces derniers manifesteraient pour la liberté d'expression. En effet, beaucoup de musulmans avaient trop peur d'être stigmatisés par leurs coreligionnaires. La marche du 11 janvier a permis de faire sauter un verrou. Le travail de pédagogie commence à payer. Il y a maintenant une distance critique de la part des musulmans qui se distinguent très nettement des semeurs de mort.

COMMENT UN OUVRIER MAGHRÉBIN PEUT-IL ÊTRE RACCORD AVEC L'APPEL UNANIME DE LA NATION FRANÇAISE FACE À LA VIOLENCE TERRORISTE LORSQUE PAR AILLEURS ON LUI DIT QUE LES JOURNALISTES DE CHARLIE HEBDO ONT INSULTÉ LE PROPHÈTE ?

CERTES CERTAINS MUSULMANS ÉTAIENT PRÉSENTS DANS LES CORTÈGES LE 11 JANVIER, MAIS IL Y A AUSSI EU LES INCIDENTS DURANT LA MINUTE DE SILENCE À L'ÉCOLE. D'AUTRES ONT ÉGALEMENT AFFICHÉ LEUR SOLIDARITÉ AVEC LES TERRORISTES VIA LES RÉSEAUX SOCIAUX…

Il faut garder la tête froide. Les enfants n'ont pas la même logique de compréhension que celle des adultes. Avant de les montrer du doigt, il faut les éduquer. L'être humain n'est pas un programme informatique. On ne peut pas demander à tous les enfants de France de se comporter de la même manière, surtout si un véritable travail de pédagogie n'a pas été fait au préalable. Il y a des mauvaises manières qui se traitent par l'éducation, d'autres par la police et la justice. Il faut hiérarchiser les problèmes. Les enfants sont des victimes plus que des coupables…

ON PEUT SUPPOSER QU'ILS ONT ÉTÉ INFLUENCÉS PAR LEURS PARENTS. CELA NE DÉMONTRE-T-IL PAS QUE LE CHEMIN À PARCOURIR POUR PARVENIR À UN ISLAM DES LUMIÈRES EST MALHEUREUSEMENT ENCORE LONG?

Même certains adultes manquent d'éducation, ils ne peuvent pas être considérés comme responsables d'une éducation qu'ils n'ont pas reçue. Comment un ouvrier maghrébin peut-il être raccord avec l'appel unanime de la nation française face à la violence terroriste lorsque par ailleurs on lui dit que les journalistes de Charlie Hebdo ont insulté le prophète? On en revient à la difficile séparation des corps. Il faut faire un travail d'information et de pédagogie, poser les limites et les frontières entre la citoyenneté et la religion. Il faut répéter que l'islam des terroristes n'est pas l'islam et qu'il y a différentes couleurs de l'islam. Répéter aussi que la laïcité n'est pas l'ennemi de l'islam. C'est un gros chantier qui demande du temps. Mais je suis persuadé que nous pouvons réussir.

 

 

Aucun commentaire: