mardi 31 mars 2015

Abou Jahjah dépose plainte pour racisme contre De Wever

Elodie Blogie

Le Soir

Une dizaine de citoyens et deux associations ont décidé de passer à la vitesse supérieure face aux propos du président de la N-VA.


 Abou JahJah. © Pierre-Yves Thienpont.

• 
Abou JahJah


Si certaines polémiques ne font pas long feu, celle déclenchée par les propos de Bart De Wever sur la communauté berbère n’a, elle, rien d’un feu de paille ! La semaine dernière, Dyab Abou Jahjah avait organisé un sit-in sur la Grand-place d’Anvers. Cette fois, l’activiste passe à la vitesse supérieure : il a déposé plainte lundi soir contre Bart De Wever pour racisme.

Le fondateur du « Movement X » n’est pas seul à la manœuvre. La plainte est en effet déposée conjointement et par le mouvement d’Abou Jahjah et par l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (AMDH). Enfin, une dizaine de citoyens se joignent, en tant qu’individus, aux deux associations.

Pour Maître Lahlali, l’avocat qui porte le dossier, les éléments sont réunis pour déposer plainte contre le leader N-VA au sens de la loi contre le racisme, mais aussi en fonction de textes internationaux, comme la Convention européenne des Droits de l’Homme.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE PITBULL ET LE DEMAGOGUE

Cela a toute les apparences d’un poisson d’avril médiatique mais ce n’en est pas un. Pas de chance monsieur le démagogue Bart De Wever. On vous avait prévenu :un pitbull jamais ne lâche jamais prise, il sera désormais votre talon d’Achille. 'Hij legde een causaal verband tussen Berbers enerzijds en terrorisme en criminaliteit anderzijds' afirme son avocat Lahlali.

Affaire à suivre de très près.

MG


DE WEVER REFUSE DE PRÉSENTER DES EXCUSES

Par ailleurs, le bourgmestre d'Anvers a refusé lundi soir, lors de la séance du conseil communal, de revenir sur les propos qu'il a tenus la semaine dernière sur le racisme et la communauté berbère au cours de l'émission "Terzake". Le chef de groupe Groen Wouter Van Besien lui avait demandé de présenter des excuses après que plusieurs élus, du CD&V notamment, ont vertement critiqué ses déclarations. Mais Bart De Wever n'y a pas donné suite.

Le patron de la formation nationaliste flamande s'est contenté d'affirmer que cette question n'avait pas été inscrite officiellement à l'agenda lors de la réunion du collège des échevins, vendredi. Ce pourquoi, il ne se sentait pas tenu de s'expliquer sur la nature des propos échangés avec les échevins CD&V Philip Heylen et Marc Van Peel.

Le bourgmestre d'Anvers a ensuite refusé de revenir sur les déclarations qu'il a faites au cours de l'émission Terzake. Selon lui, il ne peut s'exprimer qu'au nom de l'administration lors d'un conseil communal et ne doit y défendre ses opinions politiques personnelles que dans le cadre des politiques menées.

Wouter Van Besien a qualifié d'irresponsables les propos du nationaliste et lui a reproché de se dérober à ses responsabilités.

Interrogé sur les arrestations qui ont suivi la manifestation organisée par l'activiste Abou Jahjah à Anvers mercredi dernier, Bart De Wever a précisé que ce rassemblement n'avait pas été autorisé et que la médiation sur place avec l'organisateur avait été vaine. "C'est pour cette raison que la police a dû procéder à des arrestations", ajoute-t-il, "mais peut-être était-ce le but de l'organisateur, qui annonce une nouvelle manifestation à Bruxelles, pour laquelle il a demandé une autorisation", conclut-il.

 

ABOU JAHJAH ANNONCE UNE MANIFESTATION CONTRE DE WEVER À BRUXELLES

LE « MOVEMENT X » SE RÉUNIRA DEVANT LE SIÈGE DE LA N-VA DIMANCHE 5 AVRIL.

• 


Le « Movement X » a annoncé lundi une nouvelle action contre le bourgmestre d’Anvers et président de la N-VA, Bart De Wever. Dimanche prochain, fête de Pâques, ce mouvement pour les droits des citoyens emmené par l’activiste Abou Jahjah se rassemblera devant le siège du parti nationaliste flamand, rue Royale à Bruxelles à partir de 14 heures.

RACISMEKLACHT VAN MAROKKAANSE ORGANISATIE TEGEN DE WEVER

De Morgen

Klacht krijgt steun van andere verenigingen

Remy Amkreutz



©PHOTO NEWS

Een Marokkaanse mensenrechtenorganisatie dient bij het Antwerpseparket en bij de Verenigde Naties klacht in tegen N-VA-voorzitter Bart De Wever wegens racisme. "Als leider van de grootste partij en burgemeesterzijn zijn uitspraken in Terzake onaanvaardbaar."

Waren de uitlatingen van Bart De Wever racistisch? Dat wil advocaatAbderrahim Lahlaligespecialiseerd in onder andere vreemdelingenrecht ensociaal rechtlaten onderzoeken door het Antwerpse parketAls er voldoendeelementen voor een strafklacht zijn, dan volgt die automatisch. Maar daarvoordient de parlementaire onschendbaarheid van de N-VA-voorzitter te wordenopgehevenToch kan De Wever al in een eerste fase worden ondervraagd.

De aanleiding is het interview over integratie dat de Antwerpse burgemeester in Terzake gaf. In een document van twintig pagina's dat Lahlali vandaag indientbij het parkethoudt hij die uitspraken tegen het lichtDe Wever noemde de Berbers in zijn stad "een gesloten gemeenschap", met een "groot wantrouwentegenover de overheid".

"Hij legde bovendien een causaal verband tussen Berbers enerzijds en terrorisme en criminaliteit anderzijds", zegt Lahlali. "Zo creëert hij een angstbeeld van eenbevolkingsgroep." Dat De Wever ook stelde dat misdadigers en verkrachtersmassaal zijn geregulariseerddraagt bij aan de 'criminalisering' van de grotegroep nieuwkomersvindt Lahlali.

De Wever intimideert één deel van de bevolking. Tegelijk kan hij het anderegrootste deel aanzetten tot haat tegen dat kleine deelzegt Lahlali"Zijnuitlatingen zijn niet onschuldig. Hij is de machtigste man van het land. Hij is burgemeester van de grootste stad van Vlaanderen. De partij waarvan hijvoorzitter is, leidt de Vlaamse en de federale regeringBovendien hebben zijnpartijgenoten in de regering gezegd dat ze zijn uitlatingen steunen."

Voor alle duidelijkheider wordt geen klacht ingediend tegen N-VA, zoalsdestijds tegen het Vlaams Blok. "N-VA is een democratische partij, met eendemocratisch programma", stelt Lahlali. Ook wil hij niet tornen aan de vrijemeningsuiting. "Dat is een onschendbaar basisprincipeMaar er zijn wellimieten. Racistische uitspraken zijn nu eenmaal strafbaar."

Het is de Belgische afdeling van de Association Marocaine des Droits Humains(AMDH) die het initiatief heeft genomen om de klacht in te dienenDe Marokkaanse mensenrechtenorganisatie heeft een kantoor in Brussel. Haarklacht wordt gesteund door twee andere organisaties en door zowat acht burgers, onder wie socioloog Jan Hertogen (verbonden aan de Movement X van DyabAbou Jahjahen modeontwerpster Rachida Aziz.

Die laatste wil vooral een signaal geven aan de N-VA-voorzitter. "Hij zegt dathij de problemen wil benoemenmaar gebruikt die 'redenals excuus om racistische uitspraken te doen. En dat terwijl die niet wetenschappelijk kunnenworden gestaafdIk wil hiermee tonen dat we racisme en discriminatie niet meerpikken."

'DIT GAAT OM PRINCIPES'

ABDERRAHIM LAHLALI

Aziz, die vorige woensdag ook meeliep in de manifestatie van Abou Jahjah en werd opgepakthoopt dat het discours van De Wever verandert. "Dit gaat om principes. Hij zou een al zwakke gemeenschap niet nog verder moetenstigmatiserenWe hopen dat er een onderzoek komt en eventueel eenveroordeling, maar in feite is dat laatste zelfs bijzaak."

Vandaag dient AMDH ook een klacht in bij de Human Rights Council van de VN, die ook een zetel heeft in Brussel. Die zal de uitspraken van De Wever sowieso onderzoeken.

De N-VA-voorzitter wenste niet te reageren.

 

 

Aucun commentaire: