lundi 9 mars 2015

Athènes menace d'envoyer ses immigrés à Berlin


Figaro



Le ministre grec de la Défense, membre de la droite nationaliste, menace l'Europe de représailles en cas de désaccord sur le sauvetage de la Grèce.

De notre correspondant à Berlin

C'est une nouvelle menace qui ne passe pas inaperçue. Le ministre de la Défense grec Panos Kammenos, du parti nationaliste des Grecs indépendants, a promis à l'Europe, et en particulier à l'Allemagne, une vague d'immigration s'ils n'accordaient pas leur aide financière à la Grèce. «S'ils portent un coup à la Grèce, ils doivent savoir que demain matin les immigrants illégaux recevront des papiers et partiront à Berlin!», a-t-il lancé, dimanche, devant des militants de sa formation. Il a cru bon de préciser que parmi ces réfugiés, «certains appartiennent à Daech». La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères, Nikos Kotzias, formulait la même idée en des termes plus mesurés: la Grèce pourrait devenir le point d'entrée en Europe «de millions d'immigrants et de milliers de jihadistes» si la Grèce s'effondrait économiquement.

RÉACTIONS INDIGNÉES EN ALLEMAGNE

Les propos du ministre de la Défense ont suscité lundi des réactions indignées en Allemagne, où l'exaspération l'emporte désormais sur la question grecque. «C'est absolument inacceptable!», s'est énervé le député CDU RoserichKiesewetter, membre de la commission des Affaires étrangères. Kammenos«fait du mal à son pays», a commenté le président SPD de la commission des Finances, Johanne Kahrs.

Angela Merkel, en déplacement à Tokyo, a préféré commenter l'avancée des négociations financières entre l'Union européenne et la Grèce. «Il reste encore un énorme chemin à parcourir», a-t-elle déclaré. La mise en garde implicite de la chancelière est sans doute à prendre elle aussi au sérieux.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LES TRIBULATIONS HORS ALLEMAGNE DE LA CHANCELIERE DE FER.


Angela Merkel est perpétuellement en déplacement et c’est de nature à exaspérer ses compatriotes qui souhaitent qu’elle se penche sur les problèmes intérieurs. Angela n’en a cure, ce n’est pas une année électorale. L’arrivée en masse de sans-papiers envoyés en Allemagne par le gouvernement grec pourrait la faire changer d’avis radicalement.

MG  

 

Aucun commentaire: