mardi 24 mars 2015

Intégration et racisme: Le MR n'accepte pas les propos de Bart De Wever

BELGA  La Libre



Le président du MR, Olivier Chastel, a pris ses distances avec les déclarations du président de la N-VA, Bart De Wever, à propos de l'intégration des personnes d'origine étrangère et du racisme. "Olivier Chastel n'accepte pas les propos de Bart Wever. En tant que libéral, il refuse tout amalgame et toute stigmatisation", a indiqué le porte-parole du MR à l'Agence Belga.

"Le président du MR ne cautionne pas ces propos qui réduisent des individus à leur appartenance à une communauté. Etre libéral, c'est considérer que l'individu prime sur le groupe. C'est aussi s'opposer à toute forme de communautarisme et croire qu'une société libre est d'autant plus forte qu'elle est diversifiée", a-t-ilajouté, en rappelant les Assises de l'interculturalité qu'ont lancées les libéraux francophones sur le thème du vivre-ensemble.

Ce week-end et lundi, M. Wever, a contesté la théorie selon laquelle le racisme serait une cause de radicalisation.

La radicalisation ne touche que des groupes particuliers de migrants, a-t-ilsouligné avant de dénoncer une politique d'intégration qui aurait accepté en masse une "mauvaise sorte de migrants" et de juger "relative" la notion de racisme.

En tant que bourgmestre d'Anvers, il a pointé du doigt la communauté marocaine et en particulier les Berbères, une communauté qu'il juge fermée.

"Je n'ai encore jamais rencontré un migrant asiatique qui se dise victime de racisme", a-t-il ajouté.

L'OPEN VLD NE PARTAGE PAS LES PROPOS DE DE WEVER

Comme leurs homologues francophones du MR, les libéraux de l'Open Vld ne peuvent pas partager les propos du président de la N-VA, Bart De Wever, sur le racisme et l'intégration, ressort-il de propos tenus mardi par leur présidente Gwendolyn Rutten, interrogée à ce sujet. "Les libéraux croient en l'égalité des chances et aux talents de chaque individu. Nous nous opposons à la stigmatisation des gens et aux stéréotypes car nous croyons précisément en l'inverse, à savoir que la différences entre les individus et la diversité constituent la force d'une société ouverte et libre", a-t-elle dit.

Dans l'opposition flamande, Groen a estimé, par la voix de sa présidente Meyrem Almaci, qu'au delà de déclarations stigmatisantes et d'accusations, Bart De Wever n'a formulé aucune proposition de solution. Pour elle, avec de telles déclarations, Bart De Wever constitue "une partie du problème et non de la solution".

La présidente de Groen s'en est par ailleurs prise aux gouvernements flamands qui se sont succédés au cours des dix dernières années pour n'avoir pris aucune mesure digne de ce nom pour favoriser l'intégration et lutter contre la discrimination.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY


De N-VA ziet de samenleving als een organisch geheelmeer een Gemeinschaft dan een Gesellschaft.

Dat weerklinkt duidelijk in het programma van de NVA, die zich als eengemeenschapspartij  definieert EEN INDIVIDU KAN DUS ENKEL VRIJ ZIJN, ALS HIJ VERANTWOORDELIJKHEID NEEMT. ALS HIJ BESEFT DAT HIJ DEEL UITMAAKT VAN EEN GROTER GEHEEL, VAN IETS DAT HEM OVERSTIJGT. DAAROM OOK DAT ER VOOR DE N-VA GEEN RECHTEN KUNNEN BESTAAN ZONDER PLICHTEN.”

Si j’ai bien compris c’est le plus grand reproche que De Wever fait au Wallons qu’il trouve irresponsables surtout dans leur manière de gérer (dépenser) les transferts financiers venus de Flandre. On est ici au cœur du malentendu entre non entendants.  Pendant des décennies le CVP a fait la sourde oreille en se contentant de gérer la Belgique comme un Etat CVP. Le message ne passe plus en Flandre, c’est le drame de ce parti à la recherche d’un nouveau souffle moins « conservateur ».

En cela le conservatisme à la De Wever diffère du libéralisme, pour qui l’individu doit toujours avoir la priorité

MG

 

Aucun commentaire: