lundi 16 mars 2015

Iraaks leger foltert, onthoofdt en vierendeelt IS-leden

De Standaard

Bron: ABC news, amnesty international

MailPrint



Iraakse soldaten op weg naar Tikrit. Foto: REUTERS

OP SOCIALE MEDIA DUIKEN DE AFGELOPEN WEKEN BEELDEN OP VAN IRAAKSE SOLDATEN DIE LEDEN VAN TERREURGROEP IS MARTELEN. ER WERD EEN ONDERZOEK GESTART NAAR DE OORLOGSMISDADEN VAN DE SOLDATEN.

Het was ABC News dat voor eerst de de foto’s van de Irakese soldaten online plaatsteVeel laten ze niet meer aan de verbeelding over: een bebloed lid van Islamitische Staat dat met handen en voeten werd vastgenageld aan een houtenmuureen IS-aanhanger die onthoofd wordt met een bot mes en daarna een fotovan een Iraakse soldaat die met zijn voet het afgehakte hoofd van een extremist vermorzelt.

LIKES EN SHARES

Opvallend is ook dat de foto’s volop gedeeld en geliket worden op de websites. Intussen zijn er honderden foto’s die circuleren op verschillende websites van Iraakse soldaten die trots poseren bij lijken van gelynchte aanhangers van IS.

ABC News kwam ook een filmpje op het spoor waarin Irakezen een geboeid IS-lid eerst martelen en daarna doodschieten. ‘De ondervraging was afgelopendushebben we hem gedood’, klonk het. Meer dan 600 mensen klikten op ‘like’ nahet bekijken van de video.

AMNESTY INTERNATIONAL EN VS: ‘ONDERZOEK NAAR DEZE GRUWELDADEN’

Wie minder goed kan lachen met deze foto’szijn Amnesty International en de VS. Amnesty International liet weten dat het wel degelijk gaat om oorlogsmidaden en dat sjiitische milities aan het werk zijn in Irak die de steunvan de overheid genieten en daardoor vaak ongestraft gruweldaden kunnenbegaanEén van hen is intussen zo berucht dat ze hem  De Engel des Doods noemen.

Ook de Verenigde Staten eisen een onderzoek naar de gruweldaden die doorIraakse soldaten en sjiitische milities worden gepleegd: ‘Als deze aantijgingenworden bevestigdzullen de betrokkenen zich moeten verantwoorden.’


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LES ANGES DE LA MORT


La terreur génère la contre-terreur.

Les ennemis du Daech infligent aux membres du Daech un traitement tout aussi inhumain que rien ne saurait justifier. Y aurait-il quelque chose de pourri dans la nature humaine ?

Rousseau est formel : « L’homme naît bon, c’est la société qui le corrompt ».

Les Anges de la mort sont parmi nous. Songeons à ces motards aux mines patibulaires qui se déplacent en bandes comme les vautours pour aller s’attaquer à la bande rivale que volontiers ils agressent. Il suffit que la société baisse sa garde pour que les bas instincts remontent. Certains ont pointé la mort de dieu comme cause, le déclin des religions. Mais voilà que précisément ces gens-là déchaînent leurs bas instincts et leur plus vile nature précisément au nom de dieu.

MG

 



Depuis l’Emile jusqu’au Contrat Social, Rousseau présente sa vision de l’humanité, telle qu’elle devrait être et non telle qu’elle est.

Rousseau a en effet une profonde répugnance pour l’homme tel qu’il est. Dans l’état de nature selon Rousseau, l’homme est autosuffisant et cultive son bout de terre librement. Etre stupide, robuste et candide, l’homme naturel ne connaît ni le bien ni le mal et vit au présent, sans soucis des lendemains. Contre Hobbes, qui décrit l’état de nature comme un état de guerre, Rousseau fait de l’état pré-civilisationnel une époque de paix et défend le mythe du bon sauvage, pure face à l’homme civilisé perverti.

Rousseau s’illustre par un profond pessimisme sur l’histoire en général et la civilisation en particulier, et un optimisme assez béat sur la nature humaine.

Je voudrais qu’on choisît tellement les sociétés d’un jeune homme, qu’il pensât bien de ceux qui vivent avec lui ; et qu’on lui apprît à si bien connaître le monde, qu’il pensât mal de tout ce qui s’y fait. Qu’il sache que l’homme est naturellement bon, qu’il le sente, qu’il juge de son prochain par lui-même ; mais qu’il voie comment la société déprave et pervertit les hommes ; qu’il trouve dans leurs préjugés la source de tous leurs vices ; qu’il soit porté à estimer chaque individu, mais qu’il méprise la multitude ; qu’il voie que tous les hommes portent à peu près le même masque, mais qu’il sache aussi qu’il y a des visages plus beaux que le masque qui les couvre”

 

 

 

Aucun commentaire: